AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout sur Slayers les films (ou presque)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 12 Sep - 23:38

Tout sur Slayers les films (ou presque)




Introduction



1) Faire un point

Slayers les films… Voila quelque chose qui pourrait paraître anodin dit comme ça, pourtant ce n’est pas quelque chose de si facile à aborder chez nous… Un peu comme les OAVs*.
D’abord parce-que le traitement qui leur ont été réservé fut assez catastrophique dans notre belle contrée. Si à l’époque on avait eu le droit au premier volet en VHS, aujourd’hui on oscille tantôt entre l’objet banalisé et la pièce de collection. Car en France si vous voulez les voir ces fameux films, il vous faut acheter les coffrets DVD de la série. Un film par saison ! Merveilleuse idée de l’éditeur Declic Images afin de justifier une édition collector des plus douteuses.
Un film en bonus de la série ? Où a-t-on vu ça ? Réduits au simple rang de bouche-trous il est impossible de se procurer ces longs-métrages sans acheter ces damnés coffrets. Formidable idée privant ainsi tous les petites bourses ayant déjà acheté les éditions simples de cet autre aspect de Slayers.
Et en plus de cela, il y a une erreur de calcul ! Trois saisons pour cinq films ? Où sont passés les deux autres ? Eh bien ils ont disparus ! Évaporés ! Slayers Gorgeous reste d’ailleurs inédit chez nous alors que Declic en possède également les droits. Quant à Premium n'en parlons pas ! Aucun éditeur ne s'est encore penché sur son cas.
Un coffret fût mainte fois annoncé mais très franchement, qui va acheter un coffret de cinq films alors qu’il en possède déjà trois ?

J’en viens à mon point : connaissez-vous vraiment les films de Slayers ? Les avez-vous vus pour autre chose que de simples bonus voir -pas forcément mieux- comme cinq OAVs supplémentaires ?
Dans ce dossier nous allons essayer de remettre les choses à plat, afin de regarder ces cinq métrages pour ce qu’ils sont : des œuvres Cinématographiques qui ont été diffusés dans des salles obscures (Slayers au ciné… dur à imaginer nan ?). De ce fait, il faut oublier les critères sur lesquels nous nous basons habituellement. Nous devons les voir pour ce qu’ils sont : des films !


2) Chronologie…Mythologie… aux orties ?!

Qu’est-ce que ça veut dire exactement ? Que comme un film se doit d’être indépendant de son matériel d’origine (sauf s’il y fait suite directe, mais c’est très rare et généralement c’est calamiteux), il doit réintroduire les personnages, il doit reposer le décor et paradoxalement… Il ne peut pas ajouter grand-chose. Car dans le cas de Slayers, nous constaterons que les ajouts mythologiques sont d’une pingrerie rarement atteinte. Les histoires fonctionnent toute indépendamment de la série et n’ont pas de rapports entre elles. Cela ne les empêchent pas d’avoir un style bien commun, hormis pour le cinquième qui est une sorte de mouton noir.

Cela peut paraître frustrant vu que les aventures se passent presque toute avant le duo Lina/Gourry et donc propice à des découvertes, mais nous n’apprendrons pas grand-chose. Aucun élément crucial ne sera ajouté tout comme il n’y a aucune allusion trop pointu sur des événements futurs. Il ne faut par contre pas confondre avec les clins-d'oeils fort nombreux à la mythologie mais qui n'ont rien à voir avec une véritable exploitation de celle-ci. Décevant donc pour le fan mais essentiel pour le spectateur : vous pouvez montrer ces films à un novice de Slayers, il n’aura aucun problème à les comprendre. Et dans un sens, c’était très important.

Notre attention se doit alors d’être portée sur autre chose. Outre l’histoire, la réalisation ; la mise-en-scène ; la bande originale deviennent centraux quant à la qualité de l’œuvre. Le récit devient presque secondaire et c’est la façon dont il nous sera raconté qui sera crucial, plus que le propos en lui-même.


3) Remise dans le contexte.

Vous savez maintenant quelle est, à mon sens, la meilleure façon d’aborder ces films.
Mais maintenant revenons à quelque chose de plus concret.

Slayers au cinéma est souvent amalgamé avec Slayers en OAV. Le fait est qu’ils traitent la même période, partagent la même équipe technique (différente de la série TV), donc la même patte visuelle et une bande-son très similaire ne sont pas des facteurs anodins. Le style diffère tellement de la série qu’on pourrait presque y voir une sorte de version alternative. Certes les événements se passent avant, mais le traitement les rendent vraiment à part au point qu’il ne serait pas étonnant que certains les préfèrent au style télévisuel.
C’est un choix audacieux que s’est offert Slayers ! Beaucoup se seraient contentés d’adapter les aventures de leurs héros au Cinéma sans remettre en question ce qui a été établi par la petite lucarne. Ici, les auteurs vont même plus loin en proposant un autre duo que celui popularisé par la mouture télévisée ! … hormis le cinquième film, mais nous y reviendrons le moment voulu.

Bref ! C’est effectivement très proche des OAVs, mais la durée est bien plus conséquente (sauf le… vous avez compris), et le budget largement revu à la hausse.
Maintenant ne faisant qu’une heure au mieux, ces films faisaient forcément partie d’une programmation. En effet, il est très courant au Japon que les films de Japanime de ce calibre soient en fait des compilations de deux ou trois films projetés en même temps (la très célèbre «Toei Anime Fair » par exemple). Je n’ai pas moyen de le confirmer pour tous, mais il est par exemple certain que « Slayers Great » était accompagné d'un film « Tenchi Muyo ».

Réglé comme une horloge, les aventures de Lina au cinéma sortaient au rythme de une par ans, accompagnant les saisons télévisuelles. Le duo qu’elle y forme avec Naga se permettra même de vivre une année supplémentaire en paraissant dans un quatrième et ultime métrage en 1998, soit une année après la conclusion de Slayers Try.
Et puis comme pour la télé, Slayers disparu des salles obscures.
Jusqu’en 2001 ou Lina reviendra une nouvelle fois dans ce fameux cinquième métrage que nous aborderons plus bas. Pourquoi fameux ? Car il a tout revu : nouvelle équipe, nouvelle durée et surtout… changement de duo. Pour le meilleur ou pour le pire ? Ça nous en parlerons le moment voulu. Mais le fait est qu’il est du coup très à part dans l’esprit du fan.

Maintenant ! Nous sommes parés pour traiter chaque films comme il se doit !
Alors installez-vous confortablement, car ces cinq films sont bien l’équivalent d’une saison de 26 épisodes ! Eh oui ! Ça risque d’être long !

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 13 Sep - 14:23, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 12 Sep - 23:40

Slayers Perfect



Titre : Slayers-Slayers the Movie-Slayers Perfect
Titre original : 劇場版スレイヤーズ
Durée : 65mn
Studio : JC Staff
Distributeur : Toei Animation
Sortie : 29 Juillet 1995


Staff:

Histoire: Hajime Kanzaka (Lost Universe; Higaeri Quest...)
Réalisation : Kazuo Yamazaki (Please save my Earth), Hiroshi Watanabe (Star Ocean, Video Girl)
Scénario : Kazuo Yamazaki
Chara-design : Takahiro Yoshimatsu (Trigun, Ninja Scroll)
Décors : Hiroshi Kato (Gunbuster 2; Gurren Lagann)
Compositeur : Takayuki Hattori (GTO; Sister Princess)

Voix :

Lina Inverse : Megumi Hayashibara
Naga le Serpent : Maria kawamura (Gunbuster; Mobile Suit SD Gundam, Evangelion)
Rowdy : Osamu Saka (Ghost in the Shell; Patablor; Kamen Raider)
Rowdy jeune : Minami Takayma (Detective Conan, Macross Zero, Ranma1/2)
Joyrock : Tesshô Genda (City Hunter; Cowboy Bebop, Escaflowne)
Lagos : Norio Wakamoto (Appleseed; Tenchy Muyo; Kiddy Grade)

Ending:

Titre: « Midnight Blue »
Interprète : Megumi Hayashibara
Paroles: Satomi Arimori
Compositeur : Hidetoshi Satou



Critique :


Originalement nommé « gekijōban sureiyāzu» dans sa langue d’origine, soit « Slayers version film » dans un laid Français, Slayers a ensuite été rebaptisé « The Movie » aux Etats-Unis. Aujourd’hui beaucoup de fans s’y référent en tant que « Slayers Perfect ». C’est cette dernière appellation qui est à privilégier. Pourquoi ? Simplement parce-que « Slayers » tout simple ne se réfère à rien de précis, quant à « Slayers the Movie » ça n’a pas de sens tant on a l’impression qu’il n’y a qu’un film Slayers. « Perfect » permet une reconnaissance simple et s’inscrit dans le style des titres qu’ont les autre films (et OAVs).
Maintenant reste à savoir si le métrage est à la hauteur de son titre.

Par ou commencer avec ce film ? L’histoire je dirai ! Et je vais commencer par le background car je vous vois venir : « Honte ! Scandale ! Mensonge ! Calomnie ! Tu avais dit que les films n’apportaient rien en mythologie ! Or c’est faux !!! ». Effectivement, de prime-abord Slayers Perfect n’est pas pingre en informations. On y rencontre la descendance de Gourry et l’on découvre la jeunesse de Lina. Mais je pense que devant toutes ces « informations capitales » il nous doit de prendre du recul.
En ce qui concerne la généalogie de Gourry, il faut savoir que ces éléments sont très contestés par l’auteur lui-même. En effet le film nous apprend que Gourry aurait dans sa descendance une lignée Elfique. Il ne manque plus que la lignée royale et Gourry devient Aragorn ! Or Hajime Kanzaka est revenu sur ce point, pour des raisons discutables certes mais ça reste un fait important.
Sauf que comme vous le savez, je suis un grand partisan du « A chaque support sa Mythologie ! ». Et si l’on considère que les films appartiennent plutôt à la série, alors on peut quand même considérer que ces informations sont pertinentes. Eh bien même dans ce cas il faut remettre ça en perspective. En dehors de cette information, qui ne nous éclaire pas plus sur le personnage, nous n’apprenons rien. Rody n’est pas celui qui a vaincu Zanaffar, donc quoi ? On ne sait pas comment l’épée de lumière est arrivée dans la famille et il n'y a pas d'éléments nouveaux sur des points qui nous intéressent vraiment (les frères de Gourry par exemple) ! C’est un élément de curiosité, rien de plus. Je pourrai même dire qu’il s’agit d’un lien créé artificiellement par le film pour donner plus de couleur à l'histoire et lui donner plus de valeur qu'elle n'en a vraiment.
Il en est de même pour Lina et son village natal ! On ne peut rien y voir d’autre qu’un sympathique clin-d’œil et l’occasion d’un bon gag. Zephilia est réputé pour ses vendanges… ce n’est pas ce que j’appelle un élément central. Il y avait bien d’autres choses qu’on aurait aimé savoir sur la jeunesse de l’héroïne autrement plus intéressante que ça. Cela ne retire rien au plaisir de la scène, mais je pense qu’on lui apporte un peu trop de crédit –à tel point qu’on croirait que c’est la seule scène dont se rappelle les gens- pour ce qu’elle est réellement.
Certes, ces références sont plus clinquantes par rapport aux autres films mais elles ne sont pas plus importantes, loin s’en faut.


Maintenant est-ce que ça pénalise l’histoire du film ? Pas le moins du monde. Et vu que nous rentrons dans le cœur du sujet autant répondre immédiatement à cette question : ce premier film Slayers n’a de Perfect que le nom (oui, j’étais impatient de pouvoir la cracher cette formule toute faite archi vue et revue). La faute à ce qui pourrait être sa principale qualité : un réçit ambitieux. L’histoire prend son temps pour se lancer, elle nous fait voyager, nous présente les personnages uns à uns avec beaucoup de soin et la véritable intrigue ne se dévoile complètement qu’à la moitié du film. Tout ceci est fort bien, sauf que, paradoxalement alors qu’il s’agit du film « Slayers » le plus long, le métrage est trop court pour se le permettre.
Une heure c’est peu ce qui fait que comme pris au piège, le dénouement se fait dans la précipitation la plus totale. J’en prends pour exemple cette séquence ou le sage Rody raconte son histoire à Lina et Naga et leur exprime sa volonté de changer le passé. Séquence suivante voila nos compagnons qui affrontent Joyrock, le mazoku du film, et ses sbires avant de se téléporter dans le passé. Hein ? De quoi ? Où ? Comment ? La brutalité avec laquelle cette transition est faite, ainsi que tout le passage dans le passé qui n’est pas l’apothéose qu’elle aurait dû être, gâche complètement tout le travail accompli jusqu’à présent.
Il est clair que « slayers Perfect » est bâti comme un film d’une heure et demi au bas mot, sauf qu’il n’en fait qu’une et les ambitions louables se retournent contre l’œuvre elle-même la rendant très bancale. D’ailleurs à ce moment on se met à regretter toutes ces séquences annexes qui ont bouffé un temps monstrueux et qui auraient pu être employés plus intelligemment. La séquence des sources chaudes par exemple, ou bien l’affrontement au port qui, si elles sont amusantes, auraient très bien pu être réduites, voir supprimées. A vouloir être trop ambitieux, « Slayers Perfect » oublie de traiter ce qui est vraiment important et échoue dans son rôle de nous raconter une histoire épique.


Le résultat est un déséquilibre surprenant par rapport à d’habitude : alors que la saga a toujours réussi à brillamment voltiger entre l’humour et le tragique, c’est ici la comédie qui prend le pas sur tout le reste. Et malgré des efforts évidents pour apporter une certaine noirceur au récit avec le massacre de tout un village ainsi qu’un Némésis des plus sadique (mais au design discutable), on n’est jamais vraiment touché par la dramaturgie qu’est censée se dégager tant elle arrive trop tard. Dommage, car le « merci » du vieux Rody à Lina aurait pu avoir un impact émotionnel très fort, si seulement le spectateur n’avait pas été perdu en route.

Cela ne l’empêche pas d’avoir de multiples atouts qui en font un spectacle de qualité.
La réalisation est efficace et techniquement le film est beau, très beau même encore pour aujourd’hui. Il s’agit très probablement du plus beau film Slayers à ce jour ! C’est fluide, les décors sont visuellement magnifiques et les sorts spectaculaires ! Visuellement cette version grand écran de Lina Inverse fait plaisir à voir.
Cette réussite technique est même audible, grâce à des thèmes orchestraux vraiment superbes et qui donne sans souci ce souffle épique et la grandeur filmique qu'on pouvait attendre. Bien sûr un film peut être beau mais chiant, sauf que même si la trame principale n’est pas aussi bien menée qu’elle aurait pu l’être, l’ensemble reste divertissant grâce à un humour ravageur et omniprésent dont ont doit cette brillante réussite au duo Lina/Naga. Le tout est agrémenté de séquences d’action dynamiques et qui permettent de fermer les yeux sur les anicroches scénaristique.


« Slayers Perfect » avait toutes les cartes en main pour l’être, mais handicapé par sa trop courte durée, le film n’est jamais rien de plus qu’un plaisant divertissement dont il nous reste toujours ce triste sentiment d’inachevé. Et c’est bien dommage car il est le seul des cinq films à avoir pris autant de risques durant sa trop petite heure. Au lieu d’ouvrir une voie pour des aventures ambitieuses, le résultat sera un recul de la part du réalisateur qui va alors opter pour des films à la mécanique parfaitement rodée, mais sans aucune volonté autre que de divertir.
Mais ça, nous n’allons pas tarder à le constater.


_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 13 Sep - 14:30, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 12 Sep - 23:42

Slayers Return



Titre : Slayers Return
Titre original : スレイヤーズ RETURN
Durée : 60mn
Studio : JC Staff
Distributeur : Toei Animation
Sortie : 3 Aout 1996


Staff:

Histoire: Hajime Kanzaka (Lost Universe; Higaeri Quest...)
Réalisation : Kuinihiko Yuyama, Hiroshi Watanabe (Star Ocean, Video Girl)
Scénario : Hajime Kanzaka
Chara-design : Takahiro Yoshimatsu (Trigun, Ninja Scroll)
Décors : Hiroshi Kato (Gunbuster 2; Gurren Lagann)
Compositeur : Takayuki Hattori (GTO; Sister Princess)

Voix :

Lina Inverse : Megumi Hayashibara
Naga le Serpent : Maria kawamura (Gunbuster; Mobile Suit SD Gundam, Evangelion)
Selena Biatz : Akiko Hiramatsu (Bubblegum Crisis; Hack/Sign)
Père de Selena : Akio Ohtsuka (Saint Seiya Hadès; Slayers Revolution)
Zahhard : Kazuki Yao (Bastard !!; Initial D; One Piece)
Galev : Kenji Utsumi (Angel Links; Docteur Slup; Dragon Quest)



Ending:

Titre: « Just be conscious »
Interprète : Megumi Hayashibara
Paroles: Satomi Arimori
Compositeur : Karkland Happy



Critique :

Deuxième opus Slayers sur grand écran et probablement celui qui sera le plus fondateur du style « Slayers au cinéma ». Après avoir tenté de respecter l’alchimie particulière des romans et de la série en proposant une aventure à la fois drôle, tragique et épique « Slayers Return » change la donne en proposant une histoire avant-tout propice à l’humour et aux gags les plus délirants.

Pourtant au départ, le réalisateur se permet de poser un décor assez sombre avec des villageois asservi par un puissant sorcier afin de déterrer un artefact magique scellé par les elfes durant la Kouma War. Mais cette introduction ne sera jamais développé, au contraire ! Plus on avance dans le film, moins ces éléments n’ont d’importance jusqu’à finir dans le burlesque total. Ça pourrait être un handicap mais heureusement il n’en est rien.

Car oui, si « Slayers Return » délaisse complètement la face sombre de l’œuvre c’est pour mieux transcender cet autre atout majeur qu’est l’humour. Entre le sorcier Galev et son acolyte inefficace jusqu’à la créature magique, aucun personnage n’est épargné dans le ridicule. Les gags sont multipliés sans économie et lorsque l’on pense par deux fois que le récit va s'essouffler faute d'avoir un fil rouge très épais, de nouveaux éléments permettent de relancer la fête (les mercenaires et la créature finale). Bref, beaucoup d’astuces pour cacher un scénario rachitique, alors qu’il aurait pu être développé de bien d’autres manières, mais qui permettent de tenir la longueur, ce que n’avait finalement pas réussi « Perfect ».
Bien sur, avec un tel postulat le risque le plus grand était de sombrer dans la parodie un peu facile de l’Heroic Fantasy. Certains d’ailleurs pourraient voir le film ainsi mais ce sera tout de même évité.
De façon assez discrète, des éléments sont disséminés afin de rendre les événements potentiellement crédibles. Un sorcier avec une hutte comme Q.G et qui arriverait à réduire des villageois en esclavage, présenté tel-quel semble un postulat parodique. Pourtant le personnage de Galev est capable d’invoquer des démons, ce qui prouve son niveau à peu près correct. Et il est facile d’imaginer, vu son discours, que des mercenaires avide de richesse auraient été capable de le suivre dans ses délires probablement persuasif.
Jamais le film ne se laisse aller à l’incohérence facile afin de faire rire ni à laisser le spectateur combler les trous du récit ce qui est pourtant un caractère de la parodie. L'histoire bien que simple tient parfaitement sur ses jambes.
Faut- il en conclure que « Slayers au cinéma = juste de l’humour » serait la formule gagnante ? Ça c’est encore autre chose.


Si l’on ne sombre pas dans la parodie et que l’on reste dans la pure tradition de l’œuvre de Kanzaka, l’absence de grandeur et de prise de risque est quand même bien dommageable. Lorsqu’on sait ce que la série était capable de nous offrir avec peu de moyens et vu les pistes offertes par « Perfect », on se met à rêver une adaptation filmique qui saurait incarner autant l’humour que le sérieux du matériel d’origine.
Car Slayers purement rigolo on connaît, c’est la même formule que les OAVs. Oui sauf que voila, nous sommes au cinéma, pas à la télévision. Ce manque de prise de risque est quand même bien désagréable à avaler. Autant de moyens technique mis au service du plus basique aspect de Slayers c'est, il faut le dire, un joli gaspillage. Il y a tellement d'autre chose à faire même en une heure de temps.


D’un point de vue spectacle, ce « Slayers Return » est en tout point plus satisfaisant que son prédécesseur. C'est assez paradoxal mais finalement logique ! Sa grande qualité est de raconter une histoire peut-être trop simple, mais de bien le faire. Après, d’un point de vue cinématographique il s’avère au final moins intéressant, tant il n’a pas grand-chose à nous raconter de plus que ce que l'on voit. Entendez par là qu'un seul visionnage vous suffira pour en faire le tour. Et comme nous perdons l'aspect « grand écran » au passage...
Cela dit, le film est moins beau techniquement que son prédécesseur ; moins varié (on se cantonne beaucoup à des forets comme décor) ; la narration est plus simpliste alors que le précédent s’autorisait des flash-back et même des bonds temporels. Et en plus il est plus court !
Ce n’aurait pas été un problème s’il avait s’agit du seul film exploitant cette voie. Après tout ce n’est que le second, ils peuvent bien expérimenter des choses différentes. Sauf que voila, ce modèle va être un peu trop systématiquement suivi par les opus suivants.


_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Dim 21 Aoû - 0:36, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 12 Sep - 23:44

Slayers Great



Titre : Slayers Great
Titre original : スレイヤーズ ぐれえと
Durée : 60mn
Studio : JC Staff
Distributeur : Toei Animation
Sortie : 2 Aout 1997


Staff:

Histoire: Hajime Kanzaka (Lost Universe; Higaeri Quest...)
Réalisation : Kuinihiko Yuyama, Hiroshi Watanabe (Star Ocean, Video Girl)
Scénario : Hajime Kanzaka
Chara-design : Takahiro Yoshimatsu (Trigun, Ninja Scroll)
Décors : Hiroshi Kato (Gunbuster 2; Gurren Lagann)
Compositeur : Takayuki Hattori (GTO; Sister Princess)

Voix :

Lina Inverse : Megumi Hayashibara
Naga le Serpent : Maria kawamura (Gunbuster; Mobile Suit SD Gundam, Evangelion)
Rya : Kikuko Inoue (Air; Nadia: Ah my Goddess)
Seigneur Haizen : Kiyoshi Kawabuk (Silent Moebius; D Gray Man)
Seigneur Granion : Norio Wakamoto (Appleseed; Tenchy Muyo; Kiddy Grade)
Galia : Seizo Katou (Gunsmith Cats, Lupin III)
Huey : Takehito Koyasu (Angel Sanctuary; Betterman; DNA2)

Ending:

Titre: « Reflection »
Interprète : Megumi Hayashibara
Paroles: ?
Compositeur : ?


Critique :

Et lorsqu’en 1997 débarque « slayers Great » on est impatient de savoir à quel type de film on va avoir le droit. Et c’est un peu la désillusion lorsqu’on comprend qu’il s’agira de la même construction que « Slayers Return » : un début assez sérieux pour finalement terminer dans le grand n’importe-quoi. Sauf que celui-ci est beaucoup moins peaufiné que son modèle et, s’il n’est pas un spectacle désagréable, ne convaincra jamais complètement. Pourtant le film avait -encore une fois- pas mal d’atouts dans sa manche.

Le problème d’avoir une structure en deux intrigues, c’est qu’il faut alors traiter correctement les deux… Et sur ce point « Great » abandonne tout simplement en cours de route.
Pourtant la thématique de la rivalité est chose courante dans la saga (Next épisode 3, Try 9 et 10, Slayers Excellent 3…et j’en passe), on pourrait donc penser qu’il s’agit de quelque chose de maitrisé.
Eh bien non ! Après une demi-heure à placer les conflits entre les deux seigneurs de Stoner et la dualité père/fils de Galev et Huey, le combat de golems commence et c’en est fini de l’histoire du même coup. Tout ceci n’était finalement qu’un prétexte pour que Lina et Naga puissent s’en mettre plein la pomme. La rivalité des seigneurs ? Volatilisée ! La grogne entre le père et le fils ? Une petite tape dans le dos à la fin et on n’en parle plus (un peu comme l’épisode 16 de Next… Sauf que ça durait 20mn) ! On peut quand même se demander si autant de temps était nécessaire pour trouver une raison aux deux sorcières de s’affronter.


Qui plus est quand la mise en bouche n’est pas aussi satisfaisante qu’elle aurait dû l’être. La faute d’abord à une première partie extrêmement mal rythmée. Soyons honnêtes, on devine dès les premières minutes qu’il va y avoir une rivalité, que Lina et Naga vont chacune rejoindre un camp et se combattre, pourtant à l’écran ça prend un temps infernal. Quand on sait qu’avec une durée trois fois moindre la série savait poser sa situation et la rendre crédible de façon efficace, on se dit que parfois le mieux est vraiment l’ennemi du bien. En plus, l’humour repose en grande partie sur la présence du personnage de Rya qui possède un running-gag profondément affligeant, bien accentué par ce bruit cartoonesque horripilant et qu’on nous servira à intervalle régulier faisant penser que les auteurs n’avaient peut-être pas l’inspiration nécessaire pour tenir aussi longtemps.

La preuve en est avec le fameux affrontement qui dure quand même la moitié du métrage et qui aurait pu durer bien plus si ils avaient voulu. Quant à la cassure que cela produit, elle nous donne le sentiment de voir deux métrages différents.
Si l’on repense à « Slayers Return », on pourrait penser qu’il s’agit du même cas de figure. Eh bien pas vraiment, car si le film dérivait dans le n’importe-quoi il n’abandonnait jamais son intrigue. Les délires montaient crescendo, offrant ce qu’on peut quand même qualifier de cohérence et un rythme constant dans son récit.
« Great », à partir du moment ou le combat commence, se fiche éperdument de son intrigue. De plus, l’apparition des golems s’avère être le point culminant du film ! La surprise une fois dévoilée, le soufflet ne cesse de retomber, doucement mais surement. Aussi drôle soit le combat, la réalisation n’est pas franchement spectaculaires tant ces deux géants (un et demi) sont empotés, contrastant avec tous ceux que nous avions pu voir jusqu’à présent dans la série et films. Et mis-à-part leur apparence, ils ne cache aucune surprise ! A croire que deux golems aux proportions différentes qui s'affronte n'est pas si propice que ça à une pléthore de délires visuels. Tout ça finit par se trainer et pour se conclure de façon un peu trop prévisible : un Drag Slave bien placé. Etait-ce alors bien nécessaire tout ça ?



Et c'est bien dommage ! Car Slayers Great abordait un élément intéressant : les golems. Aussi stupide cela puisse paraître, nous n’avions vu alors que des golems magiques. Pourtant ce film dévoile qu’il existe bien une technologie dans le monde de la barrière qui permet d’en créer mécaniquement. Et le tout activé par une sorte de moteur.
Nous retrouverons ce principe dans Slayers Revolution avec les tanks, mais là encore on ne s’attardera pas dessus.
Une demi-heure passée sur la création des golems, et finalement à part savoir qu’il faut un cœur chargé en magie dedans (sans qu’on nous dise comment celui-ci est d’ailleurs chargé... C'est magique ?), on ne nous apprend rien. C’est dommage et imputable à ce choix de ne plus vouloir prendre aucun risque en terme de background. Vraiment dommage.

Pourtant, si l’on peut lui reprocher pleins de choses, le tout reste distrayant. Qu’on le veuille ou non, la rivalité entre Lina et Naga reste l’ingrédient comique le plus nourricier des films et on ne s’en est jusque là, pas encore lassé.
Un divertissement appréciable, mais le prochain rendrait presque ce film obsolète.


_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 13 Sep - 11:37, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 12 Sep - 23:46

Slayers Gorgeous


Titre : Slayers Gorgeous
Titre original : スレイヤーズごうじゃす,
Durée : 60mn
Studio : JC Staff
Distributeur : Toei Animation
Sortie : 1 Aout 1998


Staff:

Histoire: Hajime Kanzaka (Lost Universe; Higaeri Quest...)
Réalisation : Hiroshi Watanabe (Star Ocean, Video Girl)
Scénario : Hajime Kanzaka
Chara-design : Masahiro Haizawa (Orphen; Digimon)
Décors : Shunichiro Yoshihara (Blue Seed; Saint Seiya Lost Canvas)
Compositeur : Osamu Tezuka (Medabots) Takayuki Hattori (GTO; Sister Princess)

Voix :

Lina Inverse : Megumi Hayashibara
Naga le Serpent : Maria kawamura (Gunbuster; Mobile Suit SD Gundam, Evangelion)
Seigneur Culvert : Akira Kamiya (City Hunter; Detective Conan)
Gaizno : Junpei Takiguchi (D.Gray Man; Karin)
Thornfort : Kaneta Shiozawa (Case Closed; Gatchaman)
Marlene : Kyoko Hikami (Di-Gi Charat; To Heart)


Ending:

Titre: « Raging Waves »
Interprète : Megumi Hayashibara
Paroles: ?
Compositeur : ?


Critique :

Dernier film de la première époque, Slayers Gorgeous pourrait presque être qualifié de remake de « Slayers Great » tant sa construction est similaire : une ville ou s’affrontent un père et une fille pour la domination du royaume (agrémentée d’une sombre histoire d’argent de poche) ; chacune de nos deux sorcières rejoignant un camp qui finiront par s’opposer lors d’un combat final.
A quoi bon raconter la même histoire une seconde fois ? C’est une bonne question ! A priori on pourrait y voir une pâle copie et un peu de paresse de la part de l’équipe… Pourtant, comme ça arrive en certaine occasions, la copie surpasse l’original.

Le gros avantage de Slayers Gorgeous face à son prédécesseur, c’est de ne pas céder à la facilité comme ce fut le cas de « Great ». L’histoire est mieux rythmée et restera cohérente jusqu’au bout. Mais la principale différence reste dans le fait que le scénario ne reste pas au statu quo exposé au début, en s’autorisant même un rebondissement final avec pour adversaire un dragon.
Là ou il fallait meubler pendant trente minutes avec le même combat, « Gorgeous » permet de capter plus notre intérêt en relançant son récit (même si c'est de façon très simple) plutôt qu’en nous servant une énième confrontation entre l’Epouvandrag et le serpent Blanc.


Et fait intéressant, le film se reverrait presque à titiller la mythologie en parlant de la déchéance actuelle dans laquelle sont tombées les dragons. Dommage que cela n’aille pas plus loin et que l’on ne sache pas vraiment à quel type de dragons nous avons affaire. Difficile donc de savoir si cela colle vraiment à quelque chose de précis ou si ce n’est qu’un ajout sans réel impact. Sans doute de la pur esbrouffe donc, mais l’effort est là ! En ajoutant une petite touche de sérieux qui avait disparu des films, tout en gardant un humour corrosif, avec une adversaire qui se bat une épée en bois… ce Slayers Gorgeous serait une sorte de pot-pourri de tout ce qui a été fait dans les films jusqu’à présent. Ce qui s'avère une très bonne idée.

Et à la différence des précédents métrages, le film possède une vraie patte dans sa réalisation. Comme libérés, les plans virevoltent, tentant des mouvements surprenants pour un film Slayers. Les trois précédents films n’étaient pas mal réalisés, mais la mise-en-scène était toujours raide, sans style particulier. Des films d’animation comme on en voit à la pelle : bien mis en boite mais sans identité (je parle de réalisation, non de graphisme).
Ici, Hiroshi Watanabe, enfin débarassé de coréalisateurs génants, tente des angles et des mouvements plus audacieux, que même « Premium », pourtant techniquement plus récent, ne peut pas se vanter d’avoir.
Sans non plus prétendre à nous offrir du jamais-vu, on se retrouve avec quelque séquences de bonheurs, comme les deux duels dans la forêt (avec des travelings avant et arrière, permettant au passage un peu de fanservice), jusqu’à la séquence finale lorsque Lina pénètre dans une église et y lance le Drag Slave surement le plus graphique de tous les films.


Toutes ces petites choses additionnées font de Slayers Gorgeous le meilleur film de la saga à ce jour. Paradoxalement, ce n’est pas forcément le film que j’apprécie le plus au visionnage. Slayers Perfect était plus ambitieux, Slayers Return plus drôle, Slayers Great racontait la même chose… Oui sauf que tous ces autres films n’excellaient jamais au mieux que dans un seul domaine.
Slayers Gorgeous est le seul à combiner avec le plus de talent tout ce qui fait la richesse de Slayers, avec en bonus une réalisation bien au dessus de ses camarades. De ce fait, c’est finalement le moins original qui s’avère le plus réussi. Il faut croire que Lina ne fera jamais comme tout le monde !
Ainsi, s'il n'est pas le film épique qu'on attend toujours, il est celui qui s'en rapproche le plus encore aujourd'hui.


_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 13 Sep - 11:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 12 Sep - 23:47

Interlude




Ceci achève la première époque des films Slayers. Après cela, il faudra attendre trois ans pour avoir un nouveau « long » métrage avec Lina Inverse sur nos écrans et comme nous le constaterons d’ici quelque paragraphes, il est difficile de le considérer de la même façon tant il est différent.

De ce fait, il nous faut encore voir certaines choses. A l’écriture de ce dossier j’ai été de nombreuses fois bloqué sur la meilleure façon d’aborder ces films. Car si ils sont tous indépendants, cela ne les empêche pas de régir à certains codes qui leurs sont propres et qui finalement les relient. Devais-je en parler en traitant les films directement ou plutôt à part ? J’ai choisi la seconde solution afin de ne pas me disperser. Les films fonctionnant comme des entités propres, il vaut mieux que ce soit le cas pour les critiques. Je trouve donc plus judicieux de parler des points supplémentaires à part. Car il y a encore quelque petites choses à dire. La mythologie ne fait pas tout !


Bien sûr on ne peut pas commencer cette partie en parlant de la différence la plus importante de cette fausse quadrilogie : le duo. Nous l’avons dit bon nombre de fois, Slayers est une affaire de binôme. Et si pour le lecteur Lina et Naga est déjà bien connu, pour ce qui est de l’anime c’est via le cinéma que nous sera introduit le personnage pour la première fois, les OAVs arrivant un an plus tard.
Sans faire non plus une présentation exhaustive du personnage, revenons sur ce que cela apporte et diffère du célèbre duo Lina/Gourry.
Etrangement dans sa conception, Naga serait un personnage bien plus classique : elle est la rivale de Lina et donc par définition, son antithèse. Ce qu’elle est d’ailleurs que ce soit d’un point de vue physique (grande brune à la poitrine opulente/petite rousse plate) que magique (affinité avec la magie de glace/ affinité avec la magie de feu). Bref on pourrait faire quasiment un jeu des sept différences, mais le fait est qu’un rival qui s’avère être l’inverse (Lina) du personnage principal est une mécanique assez courante.
Pourtant Naga partage un point commun avec notre fameux guerrier : elle n’est pas la rivale attitrée de Lina, c’est elle qui s’est proclamée comme telle, tout comme Gourry s’autoproclame gardien. Cette petite différence a en fait d’énormes conséquences.
Grâce à ce petit tour de passe-passe, la relation de Lina et Naga est riche d’ambigüités. Tantôt alliées, tantôt adversaires, pas franchement ennemies mais pas non plus amies, d’un postulat un peu trop simple, on se retrouve en fait avec une situation originale, permettant des retournements de situations assez inattendues. On pourrait presque dire qu’il ne s’agit pas d’un vrai binôme et à l’image de la séquence d’ouverture de « Perfect », la Lina qu’on nous dépeint est bien plus solitaire et démontre qu’elle est aguerrie aux voyages. Un portrait que n’a pas vraiment le temps de nous proposer la série ou l’héroïne est accompagné en permanence.
Il y aurait encore beaucoup à dire sur cette dualité et ce qu’elle apporte, mais le but ici était surtout de souligner les bases exploitées par les films.


Et forcément, Slayers a toujours eu ses passages obligatoire dans la série. Il ne pouvait en être autrement dans les films.
Ainsi, comme le film commencera toujours avec un repas (de façon un peu tardive dans Perfect) il terminera toujours par un générique épiloguant sur les événements. Cette idée assez amusante aura comme mauvaise manie à partir du second film de trop pousser le happy-end. Bien entendu aucun film ne termine tragiquement, mais on verra alors les anciens méchants devenu soudainement très gentils et pardonnés par tout le monde. C'est un peu inutile et ça fait paraître la fin plus mièvre qu'elle ne l'est vraiment.
Et surtout à la fin nous avons une poursuite entre Lina et Naga pour laquelle elles bataillent (sauf là encore dans Perfect). Cette étrange séquence est présente à chaque fois et diffère toujours un peu à chaque fois. Et aussi anodine qu'elle puisse paraître, elle est très intrigante. Et à vrai dire, je ne pourrai pas énoncer de théorie dessus, peut-être parce-que mes connaissances sur l'univers de Kanzaka reste très limitées, mais du coup je ne sais pas à quoi ça correspond. Doit-on y voir une symbolique ? S'agit-il d'une pièce en particulier ? Est-ce que c'est juste un ultime délire de l'équipe ? Franchement je ne pourrai pas vous dire. Peut-être que c'est un peu tout ça à la fois.
Évidemment ça fait un peu plat, mais au lieu de dire n'importe-quoi, je me contenterai de le souligner, car cela me paraissait important.
Le seul truc un peu amusant dans l'histoire, c'est de voir des films comme « Great » et « Gorgeous » qui s'escriment à inventer des prétextes pour faire s'affronter les deux filles, alors qu'avec une seule pièce ça nous paraît totalement plausible.

Bien sûr, nous l'avons déjà dit, mais l'aspect technique est également un lien très fort.
Nous sommes rapides à faire le raccourci : Lina/Naga pour les films et Gourry/Lina pour la série. Il paraît logique, mais finalement en quoi ? La série nous conte des événements chronologiques évident. Les événements de Slayers se passent avant Next qui se passe avant Try. Les films... Qu'est-ce qu'on en sait ? Le second pourrait être le premier et le premier le dernier ! Et finalement, rien ne les empêchait de raconter une autre période, d'avoir un autre style graphique d'un film à l'autre (comme ce sera fait avec Premium). Même la série s'offrait de légères retouches de design d'une saison à l'autre. Ces films sont immuables. Ils ont la même identité visuelle et musicale (avec un thème principal splendide).
Cette faculté ne leur fait pas forcément défaut, car même si ça pourrait décevoir ceux qui auraient aimé plus d'originalité, elle est non seulement dans la logique narrative qui veut que les films sont construits de façon très similaires, mais encore plus important ils sont intemporels. « Gorgeous » qui est trois ans plus jeune que « Perfect » n'est pas identifiable, là ou « Next » paraît immédiatement plus récente que « Slayers ».
ce choix de les souder ainsi graphiquement (malgré un changement de chara-designer pour Gorgeous, mais c'est pas super flagrant), tout en les rendant très libre temporellement leur permet de traverser plus facilement les années tout en pouvant presque paraître comme une vraie quadrilogie. Là ou la série apparait bien plus décousue sur son identité visuelle. Ceci est quand même une particularité très cinématographique quand on y réfléchit.

Voilà pour les points les plus importants. Je n'ai pas forcément dit tout ce que j'avais à dire, et peut-être que cette partie n'avait pas sa place ici (plutôt dans la conclusion), mais vu le film qui va suivre et faute de mieux pour l'instant, je pense qu'il fallait quand même en parler quelque part.


_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 13 Sep - 11:39, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 12 Sep - 23:54

Slayers Premium



Titre : Slayers Premium
Titre original : スレイヤーズぷれみあむ,
Durée : 30mn
Studio : JC Staff
Distributeur : Toei Animation
Sortie : 22 Décembre 2001


Staff:

Histoire: Hajime Kanzaka (Lost Universe; Higaeri Quest...)
Réalisation :Junichi Satõ (Sailor Moon R; Aria)
Scénario : Junichi Satõ
Chara-design : Tetsuya Kumagai (Skip Beat; Super Doll Licca-chan)
Décors : Junichiro Nishikawa (Angel Sanctuary, Yu-Gi-Oh GX)
Compositeur : Takayuki Hattori (GTO; Sister Princess)

Voix :

Lina Inverse : Megumi Hayashibara
Naga le Serpent : Maria kawamura (Gunbuster; Mobile Suit SD Gundam, Evangelion)
Gourry Gabriev : Yasunori Matsumoto (Fullmetal Alchemist; Love Hina)
Zelgadis Greywords : Hikaru Midorikawa (GTO; Slam Dunk)
Amelia Will Tesla Saillune : Masami Suzuki (Gate Keepers; Suzuka)
Xellos : Akira Ishida (Evangelion; Naruto; Chrno Crusade)
Ruuma : Yuri Shiratori (Magic Knight Rayearth; Saber Marionette)
Chie-tako : Takahiro Sakurai (Gate keepers, Zero no Tsukaima)

Ending:

Titre: « Feel Well »
Interprète : Megumi Hayashibara
Paroles: Megumi Hayashibara
Compositeur : Takahashi Gou



Critique :

Et nous y arrivons enfin ! 2001 et le retour de Slayers dans les salles obscures avec un nouveau film répondant au doux nom de « Slayers Premium ». N’ayant à ce jour pas donné naissances à d’autres opus, on pourrait penser qu’en parler comme une « nouvelle époque » est un peu exagéré, pourtant je pense qu’avec son choix de prendre place dans une autre période chronologique de la saga par rapport aux quatre précédents films permet de lui accorder un tel titre.

Car oui ! C’est une table rase qui est faite pour cet épisode ! Nouveau réalisateur (qui a majoritairement réalisé des séries de magical girls) ; nouvelle équipe et nouvelle durée ! Et là je ne parle que des changements techniques. L’autre nouveauté, qui n’en est pas vraiment une, c’est de nous offrir pour la première fois au cinéma le duo célèbre de l’anime : Lina et Gourry.
Et il faut dire qu’à l’époque, Premium a du pas mal souffrir. Un peu comme avec Revolution mais sept ans plus tôt, il a fallu reconquérir son public après l’échec de Try et trois ans d’absence. J’ignore d’ailleurs ce qui a poussé à refaire un film tant il semble perdu et ne correspond à rien de précis. Si quelqu’un le sait…
Probablement alors que certaines têtes « bien-pensantes » ce sont dit qu’il fallait tout revoir à zéro. Après tout la formule des films date des années 90 ! C’est le nouveau millénaire bon sang ! En tout cas la conséquence est salée à payer : au lieu de la petite heure habituelle, c’est péniblement que « Premium » atteint les trente minutes.
Un peu en signe de rédemption d’ailleurs, l’histoire est censée se dérouler après « Slayers Next ».
Malgré-tout, ce film est le mouton noir de la série et pourrait presque, oserai-je le dire, être considéré comme le « Slayers Try » cinématographique. Rien que ça ? Eh bien oui. Enfin... toute proportion gardée entendons nous !

La raison de cet échec est que rien ne fonctionne dans ce métrage et ce sur tous les tableaux, que ce soit artistique ou filmique.
Dès les premières secondes on ne peut que contester ce choix d’avoir entièrement revu le chara-design, rendant certains de nos personnages méconnaissables ( Zelgadiss a regard très… efféminé). Pourtant en soi le rendu est plutôt joli et même plus fidèle au trait actuel de Rui Araïzumi. Oui mais voilà, si les précédents films adoptaient un style différent c’était d’abord pour soutenir le principe que l’époque était également différente et des protagonistes différents. « Slayers Premium » est censé être en plein milieu de Next et Try. Or ce choix le rend impossible de l’inscrire dans une telle continuité. C’en est à un point que la première fois j’ai eu du mal à reconnaître l’épée de lumière.
Et en terme de mythologie on ne peut pas avoir d’inédit. On peut rétorquer que les précédents films non plus, mais leur avantage était de se passer avant « Slayers », permettant, même si ce n'était qu'illusoire, de donner quelques os à ronger. « Premium » n'a même pas cette marge.
Alors aussi sympathique soit ce changement graphique, il est purement gratuit, avec pour seul but de nous masquer le fait qu’on va nous servir une intrigue qui atteint le zéro absolu en termes d’enjeu. Difficile alors de cautionner ce choix.

Pourtant c’est vrai que lorsque ça commence, retrouver Lina et Gourry dans ce restaurant fait plaisir et le tout commence dans une ambiance très sympathique. Mais dès que le restaurateur entre dans la pièce (scène qui n’est qu’un mélange honteux de deux gags de Next) on rentre de plein pied dans l'histoire et par le même coup dans les ennuis... Ou l'ennui tout simplement.
La durée du film et son pitch amenait pourtant à une seule direction possible : une petite histoire drôle et sans prétention. Sauf que non ! « Slayers premium » se prend finalement très au sérieux !


Un ennemi au charisme fou !


L'histoire d'abord est bourrée d'incohérence et de trous. Arrivé dans la ville pour déguster une fameuse pieuvre locale, Gourry se voit empoisonné et condamné à s'exprimer dans le langage des mollusques. D'après la légende, un démon serait emprisonné dans une jarre scellé par des piliers. Lina a détruit ces piliers et ce serait la cause l'épidémie (d'une demi-journée). Ce qui est faux étant donné que le Mazoku est toujours dans la jarre. Il n'est pas encore libéré. Or on sait que seule les pieuvres ayant reçu de l'énergie d'un Mazoku sont dangereuses. Comment le Mazoku, alors encore scellé, a t'il pu contaminer les pieuvres ? Et admettons qu'il le puisse, il aurait réussi à le faire en une matinée ? Les pieuvres ont eu le temps de le trouver,de se faire contaminer, puis se faire pêcher et s'organiser pour récolter l'énergie ? En une foutue matinée ????? La seule solution serait que les pieuvres soient contaminées depuis longtemps, mais alors dans ce cas, ça a encore moins de sens.
Pire encore ! Le fameux maitre de Ruuma ayant prévenu trois ans à l'avance de cette catastrophe et qui part dans les montagnes pour trouver un remède... En clair, au lieu d'empêcher la malédiction de se produire, il préfère aller chercher l'antidote... C'est très alambiqué comme façon d'aborder un problème.
Donc pour la première fois, le pitch d'un film Slayers ne tient pas debout. Oui, c'est symptomatique d'une parodie.

La suite n'est qu'un enchainement de gags balourd basé sur les différences de sens du langage pieuvre, sans aucun développement concret du pitch de base. Au lieu de ça, on préfère perdre une minute avec une chanson insipide, il faut l'avouer très bien rembarrée par une Lina qui dira tout haut ce qu'on pense tout bas, mais ça n'enlève pas le fait qu'on a dû se la farcir.


Comme quoi je ne suis pas le seul à trouver la chanson craignos !

Et c'est alors que débarquent en pagaille Xellos, Amélia et Zelgadiss. Pourquoi faire ? Absolument rien ou plutôt afin de contenter les fans. Mais ce que le fan veut n'est pas forcément parole d'évangile.
Xellos ne sert à rien, si ce n'est mentir au spectateur (il dit trouver l'histoire intéressante); Zelgadiss fait tapisserie, quant à Amélia... eh bien... Revenons à la base voulez-vous ? Amélia n'est pas une parodie d'un personnage de Sentaï. Elle est un personnage de Sentaï projeté dans un univers d'heroic Fantasy. Bien sûr, le trait à parfois été grossi afin d'en faire un élément comique, mais jamais n'importe-comment.
Dans « Premium » elle est tout bonnement hystérique : elle hurle, elle saute partout; elle fait des yeux gigantesques; elle se perche sur toutes les battisses possible... tout ça pour rien !
Ce cabotinage exacerbé fait qu'elle tombe elle aussi dans le piège de la parodie.
C'est très simple, elle est insupportable dans ce film. Et je vous dis ça alors que, à la différence de beaucoup, j'apprécie le personnage.
Quant à Naga... ce clin-d’œil honteux aux ancien films mérite à peine qu'on le souligne. Réduite à une apparition proche du néant, elle ne rend pas justice au personnage qui faisait quand même la moitié de la réussite des films précédents.


Bordel ! Mais attachez-la bon sang !

Enfin, après des combats hideux avec de la 3D cradingue et un effet « Bullet time » stupide, le grand mazoku fait son apparition. En plus de n'être qu'une copie moche du Nessie, il réussit à plonger le film dans le drame. Sur une musique poignante, on essaie de nous faire croire que c'est très triste cette manipulation qu'a subie les pieuvres. Vraiment ? Donc en plus de ne pas être franchement drôle, voilà que le film rate aussi l'aspect sérieux de Slayers. Franchement... vous avez-vu la tronche des pieuvres ? Vous voulez vraiment nous faire compatir à leur sort ?
Allez !Drag Slave rapide et c'est fini. Il n'y a plus qu'à recopier la séquence finale habituelle de course-poursuite -en moins bien- et vous avez terminé ! Tant mieux, car malgré sa petite moitié d'heure, tout ceci arrivait à trainer en longueur.


Ils ont osé ? ils ont osé...

Réalisation sans âme, surtout à cause d'une 3D maladroite, personnages sous-exploité, intrigue mal foutue... « Slayers Premium » est une mauvaise parodie de Slayers.
Et se prendre soudainement au sérieux avec une base d'histoire pas plus poussée qu'un épisode break... c'était idiot. Ce n'est pas parce-que le film est 10mn plus long qu'il faut soudainement avoir des idées de grandeur. A la place il aurait été plus valable de peaufiner les dialogues absolument pas fun (qui n'a pas été déçu du sens de « I love you » de Gourry ?).

Gâchis donc que d'avoir offert une telle animation et un nouveau chara-design au service d'un film qui n'en mérite pas le titre (« OAV de luxe » lui conviendrait mieux). Et qu'on ne me parle pas des drama ou autre mangas complémentaires. Les films en kit n'ont en aucun cas le droit à un traitement de faveur.
Bien sûr on ne peut pas cacher un certain plaisir coupable lorsqu'on le regarde ! Sa courte durée le rendant finalement moins nocif qu'un poulpe. Et moi-même j'apprécie ces retrouvailles avec Lina dans une animation assez propre (plus que Revo-R) Mais c'est bien tout ce qu'on peut lui accorder... ça et de bonnes musiques. Mais forcément vu qu'elles sont pompées de la première époque !
« Slayers Premium » est vraiment à voir à part des quatre films précédents et je dois dire que c'est tant mieux.

Moi aussi je suis perplexe

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 25 Oct - 10:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 12 Sep - 23:55

Conclusion



Que pouvons nous donc conclure de ces cinq escapades de Lina sur grand écran ? Que notre chère sorcière aux cheveux roux (ou feuille morte, selon l'époque) n'apprend pas de ses erreurs.
Parti sur un film très bancal mais nourri d'une vraie volonté de bien faire et de nous offrir un Film au sens noble du terme, jamais les autre ne persévèreront dans cette voie, se cantonnant à des divertissements généralement de bonne qualité, mais sans aller plus loin que le bout de leur nez.

Les films de Slayers n'en restent pas moins des expériences divertissantes et plutôt représentatives de l'aspect délirant de l'œuvre, mais ils n'en captent jamais les autres aspects.
De ce fait, hormis un moyen de prolonger un peu plus l'aventure pour les fans, ils n'en resteront que des coupes-faims bien loin de la qualité narrative de la série télé ou, bien entendu, des romans. Ce qui nous fait dire que Slayers souffre du même symptôme que les adaptations de séries au Cinéma et ce malgré tous ses efforts pour être accessible à tous : ça s'adresse d'abord aux aficionados. Le pèlerin découvrant l'univers n'y verra que des comédies sur fond médiéval et ne s'attachera probablement pas autant que le connaisseur. Or comme j'ai dit, la mythologie qu'emploie les films est très légère. Du coup ça ne contente personne totalement.
Évidemment il faut quand même dire que les films sont, avec les OAVs, les seuls moyens de découvrir le personnage de Naga en France. Ça ne fait pas tout, mais c'est toujours bon à prendre.

Le jugement peut paraître bien sévère à certains qui pensaient sans doute que je traiterai ces films comme des objets sacrés. D'ailleurs ne vous méprenez pas ! Je suis très attaché à ces films. Mais Slayers c'est de l'Heroic Fantasy. Or au cinéma elle a complètement oublié d'être héroïque. Il n'en reste que la fantaisie, c'est déjà pas mal mais c'est insuffisant et les quelques séquences allant dans ce sens sont malheureusement trop peu nombreuses. Je pense qu'on était en droit d'attendre beaucoup plus, et même si la majorité s'en contentera parce-que ça reste dans la tradition de ce que sont les films à licence dans la Japanime, le potentiel de la saga a au Cinéma est bien plus fort que ces sympathiques mais hélas, inoffensifs métrages.

Croisons les doigts, si après « Try » Slayers est revenue dans une saison de haute volée, il est tout à fait imaginable qu'il en soi de même après « Premium ».
Après tout, ça ne fait pas de mal d'espérer.


*Je sais qu'il est de bon ton désormais de dire OVA, mais comme je ne vois pas d'où vient cette lubie stupide, je continuerai à dire OAV.



NB : Et voilà ! Après l'avoir d'abord suggéré, puis annoncé, puis daté, puis reporté, puis re-daté, puis re-reporté, puis me faire tout petit pour qu'on en parle pas trop, je vous livre enfin mon dossier sur les films.
Si j'en suis plus satisfait que lors de mes premiers jets, je dois admettre que ça n'aura pas été sans mal ! D'ailleurs je pense qu'il repassera à la moulinette pour le site tant j'étais indécis sur un grand nombre de choses (mais si je fais ça, j'ai peur de me sentir obligé de le refaire pour la série).
En effet, difficile de parler de films qui n'ont finalement pas de rapports entre-eux, mais en fait beaucoup, pour au final pas vraiment.
Difficile de parler mythologie qui est faible mais pas absente, ou parfois renié par son auteur.
Et à chaque fois que j'entame un dossier j'ai peur de faire moins bien que le précédent, alors je panique !
Bref ! C'était très compliqué ! Plus que je ne le pensais ! Et mille fois plus casse-gueule que pour la série. J'ai fait au mieux et j'espère que sa longueur ne vous aura pas trop ennuyée !
Merci pour tous ceux qui l'ont lu jusqu'au bout ! J'attends maintenant votre propre avis sur les films !
Et on se retrouve très prochainement pour les OAVs !... En tout cas, j'espère ne pas mettre sept mois pour le pondre.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LoN_Xelloss
Chevalier de Ciefied
avatar

Messages : 987
Date d'inscription : 07/07/2009
Age : 37
Localisation : Beuvrages à côté de Valenciennes

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Lun 13 Sep - 6:29

Ahaaaaah le fameux dossier sur les films que nous attendions tous! Bon là je suiis au bureau mais sitot chez moi je lis ça (du moins les deux premiers films....puis Great dès que j'aurai pris les 3/4h pour le visionner).

Mais comme toujours, c'est du Shakka, c'est du condensé c'est du lourd. Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
liclic
Prêtre manipulateur au service de Greater Beast
avatar

Messages : 2305
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 36
Localisation : Sherbrooke

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Lun 13 Sep - 10:08

Super !

_________________


Me miseret totarum malarum rerum quas feci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5828
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Lun 13 Sep - 10:56

Ah le voila enfin. Il était attendu depuis un moment, mais vu le découpage et l'analyse qui est derrière, rien de plus normal.

Citation :
C'était très compliqué ! Plus que je ne le pensais ! Et mille fois plus casse-gueule que pour la série. J'ai fait au mieux et j'espère que sa longueur ne vous aura pas trop ennuyée !

Mais dans sa forme finale ce dossier est très simple a aborder. Tu as donc su transformer les complications pour toi en simplifications pour le lecteur. Et puis le découpage par film permet de ne pas s'ennuyer une seconde. J'invite seulement les lecteurs de passage qui vont juste lire des bouts ça et la de lire l'interlude et la conclusion, car s'en tenir à la partie d'un seul film vous donnerait une image un peu incorrecte du tout.

Très bon boulot en tout cas, félicitations. Ca valait la peine d'attendre.

Citation :
Les avez-vous vus pour autre chose qu’un simple bonus

Ca me rappelle ce qu'un de nos petits jeunes avait marqué dans sa présentation :

Citation :
On a vu le premier slayers,slayers next,slayers try,slayers le bonus,

C'est un truc de fou sérieux comme Declic Images a complètement perverti l'image que les français portent à ces opus. Si il existait une association de protection des films, je serai allé les voir pour signaler la maltraitance des films Slayers en France Laughing

Citation :
Le dernier en date, Slayers Premium, reste d’ailleurs inédit chez nous.

Gorgeous également. En fait, seul le premier film est paru en cassette chez nous.

Citation :
J’en prends pour exemple cette séquence ou le sage Rody raconte son histoire à Lina et Naga et leur exprime sa volonté de changer le passé. Séquence suivante voila nos compagnons qui affrontent Joyrock, le mazoku du film, et ses sbires avant de se téléporter dans le passé. Hein ? De quoi ? Ou ? Comment ? La brutalité avec laquelle cette transition est faite, ainsi que tout le passage dans le passé qui n’est pas l’apothéose qu’elle aurait dû être, gâche complètement tout le travail accompli jusqu’à présent.

Tu n'imagines pas à quel point je voulais parler de cette scène en particulier. Ca me rassure de ne pas être le seul a avoir senti l'anguille sous la roche. Ma théorie c'est qu'à l'origine il existait au moins une autre scène entre ces 2 moments, mais qu'elle est passée à la trappe avec le retard accusé de la production. Je ne vois pas d'autres explications possibles. On ne peut pas dans un premier temps mettre des scènes bouches trous dans la première partie et ensuite virer des scènes importantes si il ne se cache pas derrière un problème de budget/retard. Tu dis que ce film aurait du durer 1H30 ? Mais j'irai même jusqu'à dire que c'était l'espoir de son équipe. Il est bâti de la sorte. Sauf qu'à vouloir réaliser les scènes du film dans l'ordre, ils ont été obligé de rusher sur la fin et de virer le meilleur.
Slayers The Motion Picture/Perfect, c'est comme s'endormir au milieu d'un film et de se réveiller en sursaut au milieu en se demandant ce qu'on a raté. Sauf qu'en fait on ne s'est pas assoupi une seconde et qu'on n'a rien raté. Mais notre cerveau est loin d'être stupide. Dans le fond il sait qu'il a perdu un moment du film, surement dans les méandres de la production.

Ca reste néanmoins une véritable réussite musicale et graphique, comme tu le soulignes.

Citation :

D’un point de vue spectacle, ce « Slayers Return » est en tout point plus satisfaisant que son prédécesseur. C'est assez paradoxal mais finalement logique ! Sa grande qualité est de raconter peut-être trop simple, mais de bien le faire. Après, d’un point de vue cinématographique il s’avère au final moins intéressant, tant il n’a pas grand-chose à nous raconter de plus que ce que l'on voit. Entendez par là qu'un seul visionnage vous suffira pour en faire le tour. Et comme nous perdons l'aspect « grand écran » au passage...
Cela dit, le film est moins beau techniquement que son prédécesseur ; moins varié (on se cantonne beaucoup à des forets comme décor) ; la narration est plus simpliste alors que le précédent s’autorisait des flash-back et même des bonds temporels. Et en plus il est plus court !

Ah la la, Slayers Return m'avait fâché avec Slayers à l'époque. Qu'est-ce que je n'aimais pas ce film. Avec le recul j'ai appris à l'apprécier d'avantage, surtout pour son personnage de Galev qui est surement l'une des meilleures pièce rapportée des films. Pour moi la seule grande réussite de Return. Mais la seconde partie, avec la course-poursuite, est une véritable torture de longueur. C'est le phénomène inverse du premier film. La il faut combler les blancs et allonger le film pour que ça est l'apparence d'en être un. Du coup pour le coup je me suis vraiment endormi devant cette course poursuite qui n'en finissait jamais. Quel soulagement quand j'ai entendu le générique de fin.
Bref, un bon début, puis du meublage à n'en plus finir. Great subira d'ailleurs le même sort, avec une minute par pas de golems.

Citation :

Pourtant, comme ça arrive en certaine occasions, la copie surpasse l’original.

Et de loin ! Gorgeous est surement le seul film qui ne m'ait pas laissé un gout amer. Mon préféré, de loin. J'ai halluciné quand tu as marqué que Great et Gorgeous duraient tous les 2 une heure. Je pensais que Gorgeous était bien plus court tant il passait à la vitesse de la lumière, et qu'il s'était assumé en tant que tel en retirant les scènes de meublage de Return et Great. Mais du coup, si il fait quand même une heure, c'est qu'il a transcendé les erreurs des autres et est une véritable réussite.


Citation :
Ici, Hiroshi Watanabe, enfin débarassé de coréalisateurs génants, tente des angles et des mouvements plus audacieux, que même « Perfect », pourtant techniquement plus récent, ne peut pas se vanter d’avoir.

Hmmmm..... Premium alors, non ?

Citation :
jusqu’à la séquence finale lorsque Lina pénètre dans une église et y lance le Drag Slave surement le plus graphique de tous les films.

Et la remix du thème musical est tout bonnement extraordinaire. J'adore véritablement cette composition. J'ai revu cette scène un nombre incalculable de fois quand j'étais jeune et fou, avec mon petit DIVX anglais de mauvaise qualité. C'était une autre époque !
Citation :

Slayers Gorgeous est le seul à combiner avec le plus de talent tout ce qui fait la richesse de Slayers, avec en bonus une réalisation bien au dessus de ses camarades. De ce fait, c’est finalement le moins original qui s’avère le plus réussi. Il faut croire que Lina ne fera jamais comme tout le monde !
Ainsi, s'il n'est pas le film épique qu'on attend toujours, il est celui qui s'en rapproche le plus encore aujourd'hui.

Pas mieux. Ce qui met encore plus la rage quand on sait qu'il n'ait jamais sorti chez nous.

Citation :
Etrangement dans sa conception, Naga serait un personnage bien plus classique : elle est la rivale de Lina et donc par définition, son antithèse. Ce qu’elle est d’ailleurs que ce soit d’un point de vue physique (grande brune à la poitrine opulente/petite rousse plate) que magique (affinité avec la magie de glace/ affinité avec la magie de feu). Bref on pourrait faire quasiment un jeu des sept différences

Et je pense qu'on les a Cool
Différences de gout, de style, de milieu social (classe moyenne versus Princesse)... je crois que leurs seuls vrais points communs sont la nourriture, la magie et surtout le gout de l'aventure.

Citation :
elle n’est pas la rivale attitrée de Lina, c’est elle qui s’est proclamée comme telle, tout comme Gourry s’autoproclame gardien. Cette petite différence a en fait d’énormes conséquences.

A oui, pas con. Le seul moyen pour Lina de former un duo est quand son coéquipier s'impose à elle sans lui demander son avis. Sinon elle demeure seule et indépendante.

Citation :


Car oui ! C’est une table rase qui est faite pour cet épisode ! Nouveau réalisateur (qui a majoritairement réalisé des séries de magical girls) ; nouvelle équipe et nouvelle durée ! Et là je ne parle que des changements techniques. L’autre nouveauté, qui n’en est pas vraiment une, c’est de nous offrir pour la première fois au cinéma le duo célèbre de l’anime : Lina et Gourry.

Ah... Premium. Malgré tous les défauts que tu soulignes, je n'arrive pas à le détester. Surement parce que j'adore son chara-design et que je n'étais pas forcément fan de ceux de la série. Et le duo Lina/Gourry fait toujours plaisir... sauf que comme dit dans ton dossier le rôle de ce duo sera gâché par un fanboyisme de merde poussant les auteurs à faire apparaitre Zel, Amelia et Xellos qui une fois de plus n'avaient rien à faire la. Quand les gens comprendront-ils enfin qu'un personnage absent vaut mieux qu'un personnage présent mais inutile ? Personne n'a compris le message de Kanzaka ma parole.

Citation :
Quant à Naga... ce clin-d’œil honteux aux ancien films mérite à peine qu'on le souligne. Réduite à une apparition proche du néant, elle ne rend pas justice au personnage qui faisait quand même la moitié de la réussite des films précédents.

Moi j'aime beaucoup cette scène. Tout à fait en adéquation avec le personnage de Naga. Je regrette juste que la discussion entre Xellos et le Démon Poulpe soit absente de la version animée, c'était un des seuls bons moments du manga du même nom.... à la qualité tout autant discutable d'ailleurs.

Citation :
OAV de luxe » lui conviendrait mieux

En fait c'est ça le problème. Pris comme une OAV, Premium se défend. C'est le fait que se soit un film qui le plombe méchant. M'enfin les japonais ne payaient pas plein tarif pour voir ça, il était diffusé avec d'autres petits films issus d'autres séries. Un sorte de regroupement de moyen métrage pour faire un film.

J'ajouterai enfin qu'il est dur de juger le film Premium sans s'attarder sur la compilation Premium en général. Premium c'est un tout, une sorte de souffle pour relancer Slayers. Le problème c'est que ce tout est basé sur le fanservice plutôt que sur le travail de Kanzaka, erreur fondamentale qui enfonce la totalité de la compile dans les méandres du bofbof. Impossible de relancer une saga comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Lun 13 Sep - 12:59

Citation :
Mais comme toujours, c'est du Shakka, c'est du condensé c'est du lourd.

Ouais enfin... Attends de le lire quand même !
Et je sais pas si on peut parler de "condensé" vu comment je bavarde Laughing
Enfin du coup je sais pas comment tu vas le percevoir en ne lisant que des parties ! Bah je suppose que ce sera un bon test !

Citation :
Super !

Je sais pas si ça concerne le contenu ou juste le fait de l'avoir posté, mais merci ! Car moi aussi je suis content qu'il soit enfin en ligne !


Citation :
Ah le voila enfin. Il était attendu depuis un moment, mais vu le découpage et l'analyse qui est derrière, rien de plus normal.

Ça veut dire que je suis pardonné de l'avoir fini aussi tard ? Cool

Citation :
Et puis le découpage par film permet de ne pas s'ennuyer une seconde.

J'ai énormément hésité sur ce point ! J'avais peur que ça paraisse comme une solution de facilité.
Autant pour la série faire par arc d'épisode avait un sens ne serait-ce qu'en terme de chronologie, mais là...
Finalement j'ai quand même opté pour ça, car chaque film est une entité individuelle ! Je tenais à respecter ça. Tant pis si c'est moins élaboré qu'une analyse globale ou les métrages se seraient entrecroisés, mais je risquais trop de me perdre en route. Peut-être comme dossier complémentaire... un jour...

Citation :
s'en tenir à la partie d'un seul film vous donnerait une image un peu incorrecte du tout.

C'est le piège d'une telle construction. J'ai pensé ce dossier comme un tout, mais séparer les films tend à vouloir en picorer seulement des morceaux. C'était inévitable Razz

Citation :
C'est un truc de fou sérieux comme Declic Images a complètement perverti l'image que les français portent à ces opus.

Et maintenant, je ne suis même pas sûr qu'un coffret indépendant y changerait quoique ce soit. A part si Slayers redevenait ultra prolifique en France, mais bon... Disons que c'est pas pour de suite !
En tout cas, ça a un effet très pervers. Comme ils sont mal considérés, ils sont aussi mal abordés.

Citation :
Gorgeous également. En fait, seul le premier film est paru en cassette chez nous.

Ne me demande pas pourquoi, mais j'ai en tête l'image d'une jaquette VHS de Gorgeous chez AK Vidéo. Du coup pour moi, c'était sorti.
Mais j'ai revérifié et tu as raison ! Je sais pas d'où me vient cette idée ! Je corrigerai ça !

Citation :
Ma théorie c'est qu'à l'origine il existait au moins une autre scène entre ces 2 moments

C'est même certain qu'elle existe ! En tout cas sur le papier. Comme tu le dis, avec une telle première partie ou ils prennent bien leur temps, il est inconcevable qu'ils n'aient pas pensé à faire une transition.
Après je ne sais pas si ils réalisaient les séquences dans l'ordre chronologique. Ce n'est pas une pratique très courante, mais après ce n'est pas impossible.
Que ce soit ça ou autre chose (on peut imaginer que la production a jugé bon de sacrifier ce genre de séquence pour axer plutôt le film sur l'humour), elle est un manque indéniable. C'est dommage ! Très dommage ! Dix minutes de moins dans les sources and co (aaah les séquences de rêve), pour dix minutes de plus sur Joyrock et je pense que le film tenait déjà plus le coup. Il manquerait toujours du temps, mais bon l'important aurait été un peu mieux traité.

Citation :
Ca reste néanmoins une véritable réussite musicale et graphique, comme tu le soulignes.

C'est indéniable ! Et il ya cette ambiance très particulière qui a quelque chose de captivant je trouve.

Citation :
Ah la la, Slayers Return m'avait fâché avec Slayers à l'époque.

C'est marrant la façon dont tu le racontes, car moi ça été totalement l'inverse (Lina) Razz
Au premier visionnage j'ai largement préféré Return à Perfect. Parce-qu'au départ je me focalise sur la narration et que j'avais trouvé Perfect mal foutu et Return super drôle et mieux bati (normal, vu la simplicité de l'intrigue). Avec le temps j'apprécie plus Perfect malgré ses bourdes et je me lasse de Return parce-que bon... je connais les gags.

La poursuite par exemple m'avait vraiment fait marrer la première fois. Aujourd'hui... Ouais je la trouve un peu trop longue quand même Cool
Enfin aujourd'hui j'aime encore beaucoup ce film, rien que pour le personnage de Galev comme tu dis. Mais c'est vrai que c'est pas celui que je regarde le plus tant je pense que je pourrai vite m'en lasser.

Citation :
Great subira d'ailleurs le même sort, avec une minute par pas de golems.

Une seule ligne pour Great ? Comme c'est étrange Laughing

Citation :
Je pensais que Gorgeous était bien plus court tant il passait à la vitesse de la lumière

Tu vas rire, mais j'ai eu exactement la même idée ! Pour moi Gorgeous était très court, 40mn au grand max. Mais en fait non ! Il fait exactement la même durée ! Faut dire qu'on a pas le temps de s'ennuyer et qu'il offre au moins de vraies scènes d'action !

Citation :
c'est qu'il a transcendé les erreurs des autres et est une véritable réussite.

Pourtant au premier visionnage, je me rappelle qu'il ne m'avait pas marqué plus que ça. Je l'avais trouvé très bon, mais pas incroyable... mais déjà je pense que je le regardais différemment ! Je le jugeais comme un vrai film. C'est vraiment en le comparant aux autres que je lui trouve à chaque fois de nouvelles qualités ! Il surpasse ses ainés dans tous les domaines !

Citation :
Hmmmm..... Premium alors, non ?

Erreur de ma part ! Je voulais effectivement le comparer à Premium ! C'est corrigé !

Citation :
Et la remix du thème musical est tout bonnement extraordinaire. J'adore véritablement cette composition. J'ai revu cette scène un nombre incalculable de fois quand j'étais jeune et fou, avec mon petit DIVX anglais de mauvaise qualité. C'était une autre époque !

Une époque ou on galérait !... Ce qui a pas trop changé pour Slayers en fait Razz
je ne peux que plussoyer pour la reprise du thème ! Elle donne un souffle énorme à cette séquence.

Citation :
Pas mieux. Ce qui met encore plus la rage quand on sait qu'il n'ait jamais sorti chez nous

C'est encore plus agaçant quand on sait qu'il dure une heure ! Declic étant spécialisé pour sortir ses coffrets en pièce détachées avant de faire des intégrales... pourquoi ils n'ont pas sorti ce film ? Vu sa qualité, il méritait largement une sortie, même indépendante !

Citation :
je crois que leurs seuls vrais points communs sont la nourriture, la magie et surtout le gout de l'aventure.

Et y'a vraiment que ça ! Remarque même la magie ! Même si elles partagent ce point commun, elles l'utilisent tellement de façon différente Laughing

Citation :
Sinon elle demeure seule et indépendante.

Je me demande bien si il existe des récits avec Lina toute seule.

Citation :
Ah... Premium. Malgré tous les défauts que tu soulignes, je n'arrive pas à le détester.

Moi non plus à vrai dire. Mais comme j'ai dit, ce sont des plaisirs coupables ! Concrètement y'a trop de défauts de ce "mini film" pour le défendre. Même si certains aspects le rendent attachant.
Avant de le voir, je me préparais au pire ! Et même si je l'ai effectivement eu, j'arrivais pas à le détester.

Citation :
Surement parce que j'adore son chara-design et que je n'étais pas forcément fan de ceux de la série.

Sauf que je me demande comment on aurait perçu slayers en son temps si le chara-design avait ressemblé à ça. Ils ont quand même tous des têtes de gosses. C'était pas non plus trop le style de l'époque.

Citation :
Quand les gens comprendront-ils enfin qu'un personnage absent vaut mieux qu'un personnage présent mais inutile ?

Et les goodies ???? Tu les vends comment après ?
Y faut des taaaaas de personnages pour faire un taaaaas de dérivés !
D'un côté on peut dire qu'avoir mis Amélia et Zel dans Revo-R aussi servait à rien (dans le premier acte en tout cas). Mais bon... même si c'est la même démarche que Premium, c'est quand même moins flagrant vu qu'au bout du compte ils serviront à quelque chose. Et d'un côté on reste dans la tradition de la série avec son quatuor.
Mais là c'est un film ! Ça n'avait jamais été que Lina et Naga auparavant ! Donc rien ne les obligeaient ! Moi sur le coup j'étais partie dans l'idée de ne voir que Lina et Gourry et ça m'allait très bien ! je trouvais ça même logique vu la durée du film. Alors quand j'ai vu les autre se pointer... Syndrome "Portnawak" hein ! "Try" rôde toujours !

Citation :
Moi j'aime beaucoup cette scène. Tout à fait en adéquation avec le personnage de Naga. Je regrette juste que la discussion entre Xellos et le Démon Poulpe soit absente de la version animée, c'était un des seuls bons moments du manga du même nom

Pour moi c'est gâché ! Bon sang ! Naga quand même ! L'un des pilier des films auparavant, relayée à se faire éjecter en 10 secondes ! Elle méritait plus d'égard ! Enfin moi ça m'énerve.
La scène de Xellos je suis d'accord, parce-qu'en l'état, sans cette scène il ne fait absolument rien !

Citation :
En fait c'est ça le problème. Pris comme une OAV, Premium se défend. C'est le fait que se soit un film qui le plombe méchant. M'enfin les japonais ne payaient pas plein tarif pour voir ça, il était diffusé avec d'autres petits films issus d'autres séries. Un sorte de regroupement de moyen métrage pour faire un film.

Et je pense qu'en OAV, l'aspect en kit était plus acceptable. Pas appréciable, mais l'OAV étant généralement un produit pour le fan, ça tenait la route.

Ensuite je sais que le film sortait en compil' (avec un film de Sakura Wars, Digi Charat et d'Azumanga Daioh pour être exact), mais ça reste un film. Au même titre qu'un cout-métrage. Si ils ont jugés bon de le diffuser sur grand écran, c'est qu'il devait tenir sur ses jambes. Or ce n'est pas le cas.
Je sais que c'est une vision très Occidentale, mais bon ! J'y tiens !

Citation :
Impossible de relancer une saga comme ça.

On a d'ailleurs vu avec quel talent ça a fonctionné !

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LoN_Xelloss
Chevalier de Ciefied
avatar

Messages : 987
Date d'inscription : 07/07/2009
Age : 37
Localisation : Beuvrages à côté de Valenciennes

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Lun 13 Sep - 13:35

chevaliershakka a écrit:
Citation :
Sinon elle demeure seule et indépendante.

Je me demande bien si il existe des récits avec Lina toute seule.
Certains romans Special peut être (notamment les premiers avant qu'elle ne rencontre Naga) ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Lun 13 Sep - 13:40

Citation :
Certains romans Special peut être (notamment les premiers avant qu'elle ne rencontre Naga) ?

Idem, je tablais un peu sur les Special... Mais connaissant très mal leur contenu, je veux pas m'avancer.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5828
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Lun 13 Sep - 13:47

Citation :
Une époque ou on galérait !... Ce qui a pas trop changé pour Slayers en fait

Laughing Laughing Laughing

C'est l'effet Carcetti (The Wire). Les choses promettent de changer, mais au final le mal est fait et on se retrouve toujours avec la même coupe de m... Rien ne changera jamais vraiment de ce côté la. Mais ca ne nous empêche pas de nous donner à fond comme tu viens de le faire. Je reste persuadé que la vie des fans français de Slayers est un tout petit peu moins galère depuis la naissance d'EvolutionR, site et forum. Du moins je l'espère. Et je suis encore plus persuadé qu'elle le sera encore un tout petit peu moins grâce à ce dossier !

Citation :
Je me demande bien si il existe des récits avec Lina toute seule.

Oui, les romans de Slayers Special. A l'origine ces derniers devaient nous raconter les aventures de Lina Inverse. Et puis Naga est arrivée et Kanzaka comme les fans se sont beaucoup attachés à elle. Du coup elle apparait régulièrement et de plus en plus au fil de la lecture. Mais, néanmoins, il existe plusieurs histoires ou cette dernière n'est même pas mentionnée.

Après, si tu entends "toute seule" par vraiment toute seule, la réponse est non. Il n'y aurait pas grand chose à raconter sinon. Elle rencontre des gens, acceptent des jobs, visite des villes etc... mais ces personnes la ne l'accompagnent pas sur le long terme.

Citation :
Syndrome "Portnawak" hein ! "Try" rôde toujours !

Ca m'a fait pareil pour Slayers Light*Magic. 8 ans après ils répètent encore et toujours les mêmes erreurs. La seule chose qui ma plaisait encore dans la lecture de ce médiocre manga était le fait que c'était une aventure Lina/Gourry. Rajouter Zel et Amélia pour la fin ne rime à rien.

Citation :
Pour moi c'est gâché ! Bon sang ! Naga quand même ! L'un des pilier des films auparavant, relayée à se faire éjecter en 10 secondes ! Elle méritait plus d'égard ! Enfin moi ça m'énerve.

Si tu veux, dans le drama Premmium elle se prend un Giga Slave Laughing

Citation :
La scène de Xellos je suis d'accord, parce-qu'en l'état, sans cette scène il ne fait absolument rien !

Ce qui demeure profondément incohérent avec le personnage. Ce dernier, après Next, est censé avoir d'autres chats à fouetter que de se préoccuper de cette fausse histoire. M'enfin pour le coup, c'est tout aussi incohérent dans le manga.

Citation :

On a d'ailleurs vu avec quel talent ça a fonctionné !

Plus le temps passe et plus on a de preuves que les ayant-droit de Slayers au Japon sont des gros c.. . A mon avis, ils mettent un peu trop leur nez dans le scenar des opus. Je reste persuadé que tous les auteurs ne sont pas pour un tel fanservice et aimeraient bien faire de la qualité mais que ceux qui lâchent les sousous leur mettent un peu trop la pression pour du commercial qui marche, quitte à affaiblir toujours plus le filon.

Pendant que j'y pense, ce screenshot est superbe :



Ca mériterait de figurer dans la galerie du site.


Edit : Arrrgggl LoN m'a devancé Laughing
Chacun son tour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Lun 13 Sep - 14:15

Citation :
Je reste persuadé que la vie des fans français de Slayers est un tout petit peu moins galère depuis la naissance d'EvolutionR, site et forum.

C'est même certain !
Avant on n'avait plus vraiment d'adresses qui centralisaient un maximum d'info sur la saga en Français. On était obligé de passer par les références Anglophones.
Et même si encore aujourd'hui il y a des tas de choses à faire, je pense qu'on a fait d'énormes progrès !

Citation :
Après, si tu entends "toute seule" par vraiment toute seule, la réponse est non.

Nan quand même pas Laughing
Je parlais bien de Lina en tant qu'héroïne principale, sans compagnon !
J'ai donc ma réponse. J'avais bien vu des histoires dans Special ou Naga n'était pas illustrée, mais je me fie pas forcément aux dessins d'Araïzumi pour en déduire le contenu.

Citation :
Rajouter Zel et Amélia pour la fin ne rime à rien.

Cela-dit... Si on peut mettre du mecha dans Slayers... Zel et Amélia ont bien le droit de venir aussi ! Razz

Citation :
Si tu veux, dans le drama Premium elle se prend un Giga Slave

Faudra bien que j'y jette un œil à ce drama... du moins une oreille.

Citation :
Ce dernier, après Next, est censé avoir d'autres chats à fouetter que de se préoccuper de cette fausse histoire.

A la rigueur si ça avait été un film complètement délirant, prétexte à retrouver tout le monde, why not ? Mais y'a quand même une pseudo-volonté de s'intégrer à la chronologie. C'est un peu génant.

Citation :
Je reste persuadé que tous les auteurs ne sont pas pour un tel fanservice et aimeraient bien faire de la qualité mais que ceux qui lâchent les sousous leur mettent un peu trop la pression pour du commercial qui marche, quitte à affaiblir toujours plus le filon.

Y'a quand même un gros souci au Japon, c'est la place de l'auteur.
Autant je trouve qu'en Occident (et surtout en Europe), on a tendance à le mettre un peu trop au centre de tout, autant au Japon c'est un peu le travers inverse.
Quand on voit les auteurs qui regardent leur adaptation et qui rient jaune en disant que "c'est la vie, on ne peut rien dire"... on se dit que bordel !!! C'est leur œuvre et ils ont aucun le droit de regard dessus ? C'est assez terrible quand même.

Citation :
Pendant que j'y pense, ce screenshot est superbe

pourtant j'ai fait les screenshots à l'arrache hier, mais effectivement j'étais plutôt content de celui-ci même si la frame suivante apparait légèrement. Faudrait que je le refasse. D'autant que dans le speed, j'ai pris l'édition Américaine car je l'avais sous la main. Faudrait que je compare la qualité du DVD Français.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lizardman6
Méduse de Naga
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 22
Localisation : Un petit village dans le sud de la France

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Mer 15 Sep - 11:37

Très bon dossier sur les films de Slayers (on ne pouvait pas en douter venant de notre ami shakka Razz )!

Pour ma part, je retiendrais surtout le premier que j'ai vu 3 fois, et que je trouve toujours aussi réussi et le quatrième, car j'aime beaucoup aussi le nouveau design (même si c'est pas flagrant, il faut le dire Suspect ). Quand au Premium, je dois dire que j'aime beaucoup le design, que je trouve, aussi, très réussi.

Mais bon, les goûts et les couleurs, sa ne ce discutent pas Razz .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lizardman6.skyrock.com/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Mer 15 Sep - 13:44

Citation :
Très bon dossier sur les films de Slayers (on ne pouvait pas en douter venant de notre ami shakka

Merci beaucoup ! Ça fait toujours plaisir à lire ! Smile

Citation :
Mais bon, les goûts et les couleurs, sa ne ce discutent pas

Ouais mais comme dirait l'autre : si c'était vraiment le cas, les forums n'existeraient pas Razz
Après il est évident que selon la sensibilité de chacun on n'a pas forcément les même gouts, mais c'est toujours sympa d'essayer de comprendre comment les autres ont perçu la chose.
Surtout que là, j'essaye vraiment d'être neutre au maximum et de relever des éléments concrets pour mes critiques.
Moi aussi au final j'aime beaucoup le design de "Premium", mais quand on y réfléchit froidement il ne se justifie pas. Et même si j'ai passé un moment pas totalement désagréable devant ce film, je trouve qu'il est difficile à défendre dans sa démarche ^^

Pareil ! J'adore le premier car il tente plein de choses (et il est sans doute le seul), mais il se plante royalement. C'est un peu dommage mais faut le dire je pense.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lizardman6
Méduse de Naga
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 14/09/2010
Age : 22
Localisation : Un petit village dans le sud de la France

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Mer 15 Sep - 14:09

Citation :
Très bon dossier sur les films de Slayers (on ne pouvait pas en douter venant de notre ami shakka

Merci beaucoup ! Ça fait toujours plaisir à lire ! Smile

Je ne dis que la vérité! Wink

Citation :
Ouais mais comme dirait l'autre : si c'était vraiment le cas, les forums n'existeraient pas Razz

C'est pas faux! Neutral

Citation :
Moi aussi au final j'aime beaucoup le design de "Premium", mais quand on y réfléchit froidement il ne se justifie pas. Et même si j'ai passé un moment pas totalement désagréable devant ce film, je trouve qu'il est difficile à défendre dans sa démarche ^^

Evidemment, vu de ce point de vue-là affraid . Mais c'est vrai que 30 minutes, c'est court comme film Shocked (maintenant que j'y pense).

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lizardman6.skyrock.com/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Jeu 16 Sep - 12:04

Citation :
Mais c'est vrai que 30 minutes, c'est court comme film

Disons qu'au Japon, en ce qui concerne la Japanime, ils y'a un Cinéma à deux vitesse : le film d'animation luxueux... Et le produit dérivé. Slayers Premium fait partie de la seconde catégorie.
Comme j'ai expliqué, Premium faisait parti d'une programmation de quatre films d'environ 30 mn. Donc au final tu vas voir un spectacle de 2 heures (ce qui est honnête en terme de durée). Mais tu ne vas pas au ciné juste pour voir Premium (encore que le fan, probablement que si). Tu y vas pour consommer quatre petits épisodes de luxe.
Ce genre de formule me dérange, car au bout du compte on sait que ces films ne seront pas plus que des purs produits mercantile avec pour unique but de vendre du dérivé (la preuve étant le drama et le manga qui a accompagné ce film).
Bien sûr, les autres films de Slayers aussi étaient conçus dans cette optique, mais au moins ils avaient une durée assez conséquente pour offrir un divertissement de qualité et sans à avoir à afficher trop clairement leurs véritables intérêts.

Enfin techniquement Premium n'est jamais sorti chez nous ! Donc je suppose qu'on n'a pas à se plaindre Cool

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xellos VS Zelgadis
Mère du Chaos
avatar

Messages : 2455
Date d'inscription : 12/11/2009
Age : 35
Localisation : THIONVILLE

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Ven 17 Sep - 10:50

Eh Eh ! Après une absence liredes posts aussi loooonnnngs prend un bon bout de temps ! Mais quand c'est de qualité c'est pardonné ! Wink Sincères félicitations Shakka, ton dossier est vraiment bien ficellé et très intéressant ! J'avoue que quand j'ai ouvert le dossier et que j'ai vu sa longueur je me suis dis "Mon Dieu, c'est du Shakka tout craché ! Je pense que je vais lire ça en diagonale sinon j'en ai pour la journée !" Et au final j'ai commencé ... et je l'ai lu en entier ! Very Happy
Vraiment très bien ! Cool
Pour ma part j'ai apprécié les films dans leur ensemble mais je te rejoins complètement dans leurs défauts respectifs ! Tous on quelque chose qui si il avait été amélioré aurait pu donner des résultats vraiment excellents ! Que ce soit dans la longueur sans action (intéressante), le manque d'histoire ou les histoires commencées qui sont oubliées au milieu pour bifurquer brusquement sur autre chose ils ont tous quelque chose qui pèche ! Du coup j'avoue préférer mille fois les séries animées ! Mais bon après comme quelqu'un l'a dit précédemment, les goûts et les couleurs...

Quoiqu'il en soit, encore félicitations ! J'attend avec impatience ton dossier sur les OAV ! Cool

_________________
Have a nice day and keep smiling despite difficulties. :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5828
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Ven 17 Sep - 11:01

Citation :
J'attend avec impatience ton dossier sur les OAV !

Prend ça dans le coeur Laughing

Je suis sur que le pauvre est déjà a moitié mort après ce dossier. Mais c'est vrai qu'il touche au but, plus que 2 !

ps : Au fait XellosVS, tu devrais nettoyer tes mp, je t'en ai envoyé un mais tu sembles ne pas pouvoir le recevoir.


Citation :
Pareil ! J'adore le premier car il tente plein de choses (et il est sans doute le seul), mais il se plante royalement.

Il aurait du inverser son nom avec Slayers Royal.

Citation :
Pour ma part, je retiendrais surtout le premier que j'ai vu 3 fois, et que je trouve toujours aussi réussi et le quatrième, car j'aime beaucoup aussi le nouveau design

Globalement les avis que j'ai lu ici me confortent quelque peu dans le mien. Un quatrième film excellent, un premier qu'on aime malgré tous ses défauts, et le reste bien moyen, relativement anecdotique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Ven 17 Sep - 14:57

Citation :
Après une absence liredes posts aussi loooonnnngs prend un bon bout de temps !

Haha ! C'est vrai que ça faisait longtemps qu'on t'avais pas vu dans le coin Razz !... Enfin toute proportion gardée.

Citation :
Sincères félicitations Shakka, ton dossier est vraiment bien ficellé et très intéressant !

Ce genre de compliments me vont toujours droit au cœur, merci beaucoup !

Citation :
Mon Dieu, c'est du Shakka tout craché !

Et je compte pas changer ! Je sais que maintenant la mode est à la brève, au articles courts et compagnie... Mais moi je pense que lorsque le sujet intéresse la personne, celle-ci est contente d'avoir de la matière et lire.
Du coup, même si je risque à force d'un jour faire trop long, je préfère prendre mon temps dans mes propos plutôt que d'aller an plus bref juste parce-que c'est moins effrayant au premier-abord.

Citation :
Tous on quelque chose qui si il avait été amélioré aurait pu donner des résultats vraiment excellents !

Dans un sens c'est vrai qu'on est pas à plaindre ! Il n'y a aucun véritable navet (faut dire y'en a pas non plus des dizaines). Mais dans l'ensemble ils sont frustrants. Je pense qu'ils sont trop dans le principe de divertir avant-tout. Or on sent bien que chacun à des pistes qui auraient pu donner autre chose.

Citation :
Du coup j'avoue préférer mille fois les séries animées !

Et pourtant, la Fantasy est un genre dont la réussite est très lié à ses moyens techniques. On voit bien ce que donnent les films live fauchés ! Une paire d'oreille en plastique et des arbres en carton... le récit peut être génial, ça parait débile.
Dans l'animation ils peuvent un peu camoufler l'affaire, mais bon voit bien que la série ne peut pas se permettre des décors fantastique (Sailune est quand même représenté comme une bourgade) et se cantonne trop souvent à de la verdure (d'où je pense l'échec avec Gudu) ou des auberges.
Alors à côté, la première fois que j'ai vu "Perfect" et ses décors magnifique, son animation fluide ! Y'a un potentiel énorme !!!! Mais nan... le rythme est mille fois moins efficace que la série. Comme quoi...

Citation :
Je suis sur que le pauvre est déjà a moitié mort après ce dossier. Mais c'est vrai qu'il touche au but, plus que 2 !

A me demander ce que je ferai après Laughing
Mais en fait j'ai encore plein d'idées ! Mes dossiers sont très globaux, je ferai sans-doute des analyses plus pointus sur des aspects en particulier de la série.
Enfin bon, j'espère vraiment faire les OAVs cette année, mais comme je disais à Gruic quand j'ai posté celui-là, faut en faire un pour se rendre compte à quel point c'est épuisant ! Ça n'en a pas l'air comme ça, mais c'est beaucoup de travail et même avant d'écrire la première ligne. Du coup je suis pas pressé de m'y remettre Laughing
Enfin je me plains mais j'adore en faire ! Et c'est d'autant plus plaisant quand d'autre fans ont l'air de penser que je dis pas n'importe-quoi ^^

Citation :
Il aurait du inverser son nom avec Slayers Royal.

Mais "Royal" se serait appelé "Perfect"... Autant ils sont bons, autant c'est p'tet un peu fort Razz

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5828
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Ven 17 Sep - 15:20


Citation :
Mais "Royal" se serait appelé "Perfect"... Autant ils sont bons, autant c'est p'tet un peu fort

Ou encore "Slayers The Motion Picture". Un nom tout simplement Perfect pour un jeu vidéo Laughing

Citation :
Alors à côté, la première fois que j'ai vu "Perfect" et ses décors magnifique, son animation fluide ! Y'a un potentiel énorme !!!! Mais nan... le rythme est mille fois moins efficace que la série. Comme quoi...

Mais de nos jours, je me demande si le premier film ne ferait pas moins fuir que les premiers épisodes. Je crains qu'avec le temps les nouveaux spectateurs se fassent une fausse image de Slayers en la jugeant sur les premiers épisodes. Après tout, passer à côté de Next c'est quand même, d'une certaine façon, être passé à côté de Slayers. Les films ont au moins, encore maintenant, le mérite de montrer que certains opus de Slayers soignent leur esthétique et leur animation, et peuvent peut être permettre d'attirer de nouveaux fans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   Dim 19 Sep - 12:39

Citation :
Ou encore "Slayers The Motion Picture". Un nom tout simplement Perfect pour un jeu vidéo

Mazette ! Voila un jeu de mot... fort goutu ! Laughing
Enfin tu dis ça en déconnant... mais ce "Royal"... Ne l'avons nous pas avant-tout pour ses cut-scenes animées ? Donc tu pourrais presque avoir raison !

Citation :
Mais de nos jours, je me demande si le premier film ne ferait pas moins fuir que les premiers épisodes.

Oui c'est l'éternel question plus le temps passe : par ou commencer Slayers (du moins en Anime... Parce-que sinon, la réponse est "les romans") ?
Mais après je dirai que ça dépend à qui on présente Slayers.
Il est vrai que le premier film vieillit mieux techniquement que la première saison, il est donc plus attrayant pour l'œil. Mais au niveau narration et mythologie, je pense que la série lui reste infiniment supérieure.
Du coup si la personne veut surtout du spectacle, il vaut sans doute mieux commencer par le film et si il accroche à l'ambiance la série. Mais si il veut surtout une bonne histoire, la série est toujours à préconiser je pense.

Enfin on est p'tet trop pointilleux. Peut-être faut attaquer avec Next directement, quitte à ce que la personne en échappe des p'tits bouts.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout sur Slayers les films (ou presque)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout sur Slayers les films (ou presque)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tout sur Slayers Hentaï (ou presque)
» les films Catastrophe Américains
» Saw 1 à 7 - Septologie
» SITE WEB - Films 1-2-3-4: Tout savoir en français: Informations, Résumés, Images, Vidéos, Doublage, etc.
» AMV sur TOUT les films de SUPER HEROS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Slayers Evolution-R :: Le passé de Lina :: Slayers films et OAVs-
Sauter vers: