AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 1:59



Titre : Slayers Evolution-R
Titre original : スレイヤーズ Evolution-R
Nombre d'épisodes : 13
Studio : JC Staff
Année de production : 2009
1ère Diffusion : 12 Janvier 2009 – 6  Avril 2009
Chaine : TV Tokyo

Staff:

Auteur: Hajime Kanzaka (Lost Universe; Higaeri Quest...)
Réalisation : Takashi Watanabe (Lost Universe; Ikki Tousen...)
Scénario : Jiro Takayama (El Hazard; Angel Link)
Chara-design : Naomi Miyata (Lost Universe; Is Pure...)
Décors : Shinji Kawaai (Lupin III OAV, Happy Seven)
Compositeur : Osamu Tezuka (Medabots)

Voix :

Lina Inverse : Megumi Hayashibara
Gourry Gabriev : Yasunori Matsumoto (Fullmetal Alchemist; Love Hina)
Zelgadis Greywords : Hikaru Midorikawa (GTO; Slam Dunk)
Amelia Will Tesla Saillune : Masami Suzuki (Gate Keepers; Suzuka)
Xellos : Akira Ishida (Evangelion; Naruto; Chrno Crusade)
Pokota : Yumiko Kobayashi (Ikki Tousen; Soul Eater)

Opening:

Titre: " Front Breaking"
Interprète et paroles : Megumi Hayashibara
Compositeur : Hidetoshi Sato
Arrangements : Shou Gotou

Ending:

Titre: "Sunadokei"
Interprète et paroles : Megumi Hayashibara
Compositeur : Yabuki Toshirou
Arrangements :  Yabuki Toshirou

Résumé (Animeka, vu qu'aucun éditeur n'a officiellement sorti Evo-R en France):

La conclusion de Slayers Revolution. Dans Slayers Evolution-R, Lina et toute l'équipe partent à la recherche de la jarre contenant l'âme de Rezo, comme d'habitude, chacun pour des raisons différentes (exception faite de Gourry et Amelia). Cependant, le redoutable Zuuma est encore sur les traces de Lina déterminé à lui ôter la vie.



Critique :

L'eternel recommencement :

Dès le départ on peut dire que ce dossier a été entamé avec la fougueuse naïveté d'une jeunesse déclinante. En effet je commence immédiatement en clamant que nous n'avons pas attendu longtemps pour profiter de l'autre moitié de Revolution-R... comme si c'était vraiment le cas. Car nous ne serions pas Français si Slayers n'était pas maltraité en bon et dû forme, vous en conviendrez. Ainsi, Revolution-R ne déroge pas à la règle des éditeurs guignol avec un qui arrive à frapper plus fort encore que feu Déclic Images en son temps ! Je parle bien évidemment de Black Bones/Box.
Même si comme la pluplart, je ne porte pas un amour fou à l'ancien éditeur attitré de Slayers, on ne peut pas reprocher à Déclic d'avoir menti sur leurs intentions. Déclic Images était une maison d'édition d'Anime discount : soit des intégrales pas chers avec la qualité qui va donc avec. Un peu roublard sur les bords donc mais pas totalement antipathique, avec au moins le minimum syndical présent dans les coffrets. Et même si l'éditeur n'a pas jugé bon de ressortir en DVD toutes les OAVs et les films en sa possession, on peut convenir qu'il a au moins sortie toutes les saisons dans son intégralité. En tant que fan pur et dur, l'absence des films et OAVs reste dommageable, mais ceux-ci n'étant pas reliés entre eux outre mesure, on peut pardonner qu'un éditeur mourant (et depuis décédé) n'ait pas eu les finances de tout rééditer. Black Bones par contre n'a même pas jugé bon de sortir l'unique saison en sa possession dans son intégralité. Pour Slayers, c'est une première dont on se serait bien passé.

En réalité et malgré une annonce en grande pompe à l'époque, l'éditeur n'a jamais possédé la partie Evolution-R. Seul un accord de principe le liait à cette saison. La crise passant par là, les ayants-droits Japonais ont décidé de gonfler la note et bien sûr -petit éditeur oblige- Black Bones a rapidement jeté l'éponge.
Passe encore que Black Bones ne puisse pas suivre financièrement. Le marché et difficile et même le consommateur lambda peut comprendre qu'un éditeur ne peut pas mettre en péril la pérennité de son entreprise juste pour satisfaire une poignée de fans. Mais une absence totale d'annonce à ce sujet me fait dire qu'il ne s'agissait que d'un éditeur opportuniste. Je ne vous parle même pas des annonces fumeuses auxquelles j'ai également eu le droit à ce qu'on me fasse carrément miroiter les OAVs et je préfère fermer les yeux sur les discours moralisateurs comme quoi les fans ne sont que des vils pirates alors que je possède Revo-R en toute légalité mais sûrement pas grâce à eux... En clair un éditeur qui clame le discours de la passion mais qui abandonne ses séries en cours de route au moindre pépin et qui n'hésite pas à blâmer le fan sans se remettre en question. Car combien savait que Revolution-R était sorti en France ?
Bref, Black Bones a enterré les chances de découvrir  la saison en France, car peu nombreux seront les éditeurs  qui se risqueront à reprendre une série abandonnée en cours de route. De ce fait je ne peux que vous conseiller les moyens illégaux, ou si vous êtes à l'aise avec l'Anglais de vous jeter sur l'édition Américaine de Funimation. En tous les cas, regardez Slayers Revolution-R dans son intégralité ! Ou vous passerez devant une saison majeure de Slayers.

Retour à la case départ... en plein milieu :

Si je vous répète à chaque fois qu'il faut nommer ces épisodes Revolution-R et non Evolution-R, ce n'est pas pour rien et j'aimerai mettre en lumière un point que je trouve important : Revolution et Evolution-R sont la même saison. Alors ne me sautez pas tout de suite dessus. Je vous accorde volontiers que je l'ai déjà radoté pas mal, sauf que cette fois c'est pour une toute autre raison. Ce qui est important  ici ce n'est pas tant le fait que ce soit une seule et même saison mais le fait qu'il aurait pu en être tout autrement. Des séries à 13 épisodes il en existe au Japon  et on a déjà vu par le passé qu'une saison de Slayers adaptait en général plusieurs romans, allant même jusqu'à piocher dans les Special à l'occasion. Ce qui veut dire qui si le staff l'avait voulu il aurait pu s'agir de deux parties distinctes avec des arcs séparés et on aurait obtenu deux saisons de 13 épisodes totalement indépendantes avec chacune un début, un milieu et une fin. Et quand on y réfléchit, ce qui relie les deux saisons est une intrigue cousue de fil blanc et totalement inventée pour l'Anime : l'histoire deTaforashia. Néanmoins, une fois cette intrigue introduite -quoiqu'on en pense en termes qualitatif- elle  impose une structure générale qui se doit de relier tous les événements des deux saisons. En définitive la solution choisie n'était pas celle de la facilité comme beaucoup l'ont avancé. La facilité c'est par exemple les OAVs. Ici Le projet était complexe car il fallait à la fois conclure la première partie de la saison à l'épisode 13, tout en faisant comme si l'épisode 14 était un premier épisode en même temps qu'un milieu de saison. Cette structure n'a pas faite que de réussites, surtout pour la partie Revo qui en a beaucoup souffert (épisodes breaks parfois insipides; conclusion un peu précipitée...), mais cela a également permis d'excellentes choses à la partie Evo-R comme nous allons le constater.
Pour terminer mon introduction, il faut absolument que les gens gardent en tête que Revolution-R est la même et unique saison mais qu'elle comporte malgré-tout deux actes bien distinct que sont Revo et Evo-R et qui eux même contiennent différents arcs. Un véritable jeu d'équilibriste et un horrible casse-tête Chinois auquel se sont prêtés les auteurs afin d'offrir aux fans une vraie saison 4 de Slayers faisant 26 épisodes tout en se pliant aux exigences du studio qui demandait de produire deux mini saisons à une série dont l'âge d'or semble bien derrière elle. Et même si le résultat est perfectible sur de nombreux points, il faut saluer les intentions car nous aurions pu nous retrouver avec un résultat autrement différent si les deux saisons n'avaient eu aucun rapport entre elles. Il est pour moi fondamental de s'en rappeler durant le visionnage de cette seconde partie.

Maintenant que nous avons bien établit tout ça et que nous savons qu'il s'agit de la même saison avec un traitement particulier du fait que nous sommes censés regarder une hypothétique saison 5, il est temps de nous plonger dans le cœur du sujet : les épisodes.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Mer 10 Déc - 23:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 2:01



Partie 0 (générique) :

Mais d'abord, repenchons nous sur l'opening de cette saison. J'avais dit, plus ou moins à tort, que le générique de la partie Evo-R était moins dans la subtilité que son aîné. D'une façon générale cette observation reste pertinente : on ne peut pas nier que les clins d'œil majeurs aux fans ne sont pas forcément des plus subtils. Dès l'ouverture c'est un véritable défilé des principaux némésis de Lina auquel nous avons le droit : Garv; Phibrizo; Valgarv... seuls manquant à l'appel, ceux de la Saison 1 et pour cause ! Il s'agit de grands méchants de cette saison. Inutile donc de nous les remettre en mémoire de façon aussi explicite étant-donné que nous sommes censés les côtoyer sous peu. A titre de comparaison, ce serait comme si le LoN apparaissait de façon très clair dans l'opening de "Next". Quelques clins d'œil un peu plus fins à propos de quoi sera fait l'intrigue sont d'ailleurs disséminés tel le sigle de Gudu dans l'œil de Posel ou encore Rezo sous forme humaine. Mieux vaut être grossier dans le fanservice gratuit et un peu plus subtil avec les éléments vraiment important.

Donc oui, en terme de finesse "Front Breaking est de prime abord inférieur à "Plenty of Grit". Pourtant comme tout autre opening de Slayers il donne le ton général des épisodes à suivre.
Là ou Revolution faisait du charme aux vieux fans tout en essayant d'attirer de nouveaux spectateurs; la partie Evolution-R est beaucoup moins timorée : il s'agit de reconquérir le fan avant tout. Si vous n'avez pas connu Garv ou Valgarv c'est votre affaire, car à l'inverse de Zanaffar personne ne prendra le temps de vous les introduire. Quant à Hellmaster, vous devrez vous contenter d'une phrase sans vraiment plus d'explications sur qui il était. Alors pourquoi les intégrer dans le générique ? Pour le fan, pour montrer tout le chemin parcouru de notre héroïne et toutes ces aventures que nous avons vécu à ses côtés. Pour nous rappeler les grands moments qu'on a vécu en sa compagnie. Et si Gourry la prend par l'épaule pour la ramener dans le présent ce n'est pas anodin. C'est également nous qu'il ramène par la même occasion afin de suivre de nouvelles aventures. Ne pas oublier le passé mais continuer d'avancer serait un peu le leitmotiv de cet opening.Et tant pis pour ceux qui débarquent en cours de route. Un peu comme si les scénaristes avaient senti que l'opération charme de Revo n'avait pas fonctionné, les voila décidés à se concentrer sur les vieux briscards que nous sommes, laissant sur le bas côté les rares petits nouveaux qui avaient voulu tenter l'aventure. Allons-nous nous en plaindre ? C'est une question à double tranchant. Évidemment le fan aime être flatté et cet opening remplit ce rôle, mais il est toujours dangereux pour une série de regarder un peu trop en permanence dans le rétroviseur. Est-ce que Slayers a franchi cette ligne ?

Au final c'est du goût de chacun. Car en l'état, comme nous allons le constater au cours de ce dossier, cette saison est d'abord pour le fan chevronné avec de nombreux clins d'œil et autres références aux romans . Et c'est de ce statut qu'elle tire sa plus grande force. Sauf que pour le spectateur de base qui découvrirait Slayers il s'agit probablement de la plus mauvaise saison d'introduction. Mais nous aurons le temps d'en reparler au cours de ces lignes, concluons d'abord en ce qui concerne le générique.Non ! Front Breaking n'est pas un générique aussi paresseux qu'il pouvait le laisser paraitre au premier visionnage. Certes les allusions sont plus faciles à voir, mais le message qu'il envoie est fort et démontre une fois encore que Slayers ne va pas chercher à se moderniser, bien au contraire. La Revolution à l'envers continue !

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 2:03



Partie 1 (épisode 14 à 17)

Nous l'avons dit dès l'introduction de cette partie, la construction narrative de cette saison a été très délicate. Il est donc tout autant délicat de commencer cette première partie qui n'en est pas une et in extenso ce premier épisode qui n'en est pas un. Doit-on oui ou non l'isoler comme un épisode d'ouverture habituel de Slayers ou est-ce qu'il faut l'intégrer à un arc plus long. Jusqu’à présent, seul le premier épisode de Slayers Try était regroupé avec son épisode, mais uniquement parce-que l'ouverture était tellement en diptyque qu'il était difficile de parler du second sans faire allusion au premier. Sans ça, l'épisode 1 de Try était parfaitement dans la tradition des ouvertures de la série et fonctionnait également très bien tout seul, dans la plus pure tradition de la série.

Et c'est également le cas pour cet ouverture d'Evolution-R : l'épisode répond à tous les critères d'un épisode 1 avec son Drag Slave comme point final (cette fois-ci bel et bien administré par notre chère Lina). Donc pourquoi ne pas l'isoler ? On pourrait et il ne serait pas incompréhensible que certains le fassent. Mais comme il fallait trancher, j'ai décidé de traiter cet épisode non pas comme le premier d'Evolution-R mais comme le quatorzième de Revolution-R. Et même si il reprend tous les codes d'un opening (dû à la scission dans la diffusion télévisuelle), il possède quand même aussi des différences qui m'ont fait décider à tort ou à raison de l'intégrer dans un véritable arc de la saison : l'arc de Nama. D'ailleurs il existe beaucoup d'autres épisodes breaks finissant par un Drag Slave dans les saisons ultérieures tel l'épisode 14 (également) de Next et cela n'en fait pas pour autant un season opening. Mais la majeur différence avec un véritable épisode 1 c'est tout simplement qu'il n'introduit pas une nouvelle histoire mais qu'il reprend exactement là ou nous en étions dans l'épisode précédent. Pas de retrouvailles avec les personnages ni de brigands martyrisés ou encore de bataille de nourriture, nous sommes directement au cœur de l'intrigue avec une Lina faisant des recherches dans les bibliothèques de Sailune . Pas vraiment l'entrée en grande pompe d'un premier épisode, pas vrai ? Sans conteste, nous sommes plus proches d'un véritable épisode 14 avec quelques attraits d'un épisode 1 que d'un Opening Season pur et dur. Penchons nous donc plus sur l'arc en tant que tel.

S'il fallait le résumer un peu simplement et méchamment nous pourrions dire qu'il ne sert à rien. C'est le cas ! Car il s'agit surtout de relier une succession d'épisodes breaks plus débridés les uns que les autres dans une certaine cohérence loufoque. A vrai dire, on pourrait presque les voir comme une mini saison hors-série à la manière de Fullmetal Panic et sa saison "Fumoffu", série également originaire de Dragon Magazine (avec sa main Serie et ses Special). Il est bien sûr question de la jarre Hellmaster à certains moment et elle reste le moteur sous-jacent de ces épisodes mais c'est soit fait sans véritable conviction comme l'épisode 15 qui se contente d'une allusion à une récompense qui pourrait potentiellement être la jarre que recherchent nos héros (encore moins crédible que pour les épisodes breaks de Next impliquant la Clare Bible), soit comme les épisodes 16 et 17 qui s'en foutent royalement et qui ne font même pas cet effort. En définitive, la jarre d'Hellmaster est à peine un prétexte tant le véritable intérêt de cette partie se trouve ailleurs.
En effet, pour la première fois dans l'histoire de la série, Naga va faire partie du groupe au côtés d'Amélia et Zelgadiss. Sauf qu'il s'agira de façon détournée afin de ne pas briser la règle qui impose qu'Amélia et Naga ne se rencontrent pas. Ainsi le Serpent Blanc ne sera pas physiquement présente et seras frappée d’amnésie, ce qui en ferait presque un personnage à part entière tout en conservant ses mimiques emblématique. Ce n'est vraiment Naga mais Nama. De par ce tour de passe-passe la règle est respectée tout en permettant des interactions bien connues entre Lina et Naga mais au sein de l'équipe emblématique de la série ce qui est forcément un rafraîchissement bienvenue. Sauf qu'il s'agit d'un rafraîchissement pour le spectateur averti. En effet jamais le nom de Naga n'est énoncé dans cette saison et le rapprochement ne sera jamais fait que par petites touches et indices. En définitive, le néophyte n'aura pas les moyens de savoir de qui il s'agit. Et quand bien même il le saurait, ça ne l'avancerait pas pour comprendre les références qui sont faites durant cet épisodes.

Ce qui nous ramène à cette question légitime : est-ce que Slayers ne va pas trop loin dans la nostalgie et le fanservice à ce stade de la saison ? Nous venons de le voir, la principale raison est de faire plaisir au fan car même si elle est présente dans ces épisodes, elle n'en est pas le vecteur central. Et il est légitime de penser que gaspiller quatre épisodes uniquement pour faire des références et autres clins d'œil n'est pas exactement ce qu'il y a de plus intelligent à faire surtout au beau milieu de la saison. Nous l'avions assez reproché à Try en son temps. Pourtant nous sommes plus enclins à pardonner. Pourquoi ? D'abord parce-que l'intelligence de ces épisodes est de ne justement pas rendre Nama si centrale que ça. Elle fait partie des Slayers, mais à contrario de Philia, elle ne vampirise pas l'attention. Elle fait partie intégrante du groupe et se voit traitée de la même façon. C'était l'un des soucis de Revolution avec Pokota et l'erreur n'aura pas été commise ici. D'ailleurs Pokota aussi sera un tantinet mis à l'écart comme nous le verrons plus tard.
Et si cet arc n'est pas vital pour l'avancée de l'histoire ce n'est pas forcément péjoratif. Certes, on ne peut pas dire que l'histoire avance réellement mais ceci n'est pas nouveau dans les épisodes breaks. Et même si le fait qu'elle soit prisonnière d'une jarre n'est qu'un prétexte pour la rattacher à l'intrigue (vu que d'un point de vue technique elle n'apprend rien de nouveau au spectateur) elle ne focalise pas l'attention sur elle. Par contre sa présence permet d'avoir une sorte de fil conducteur un peu plus solide qu'a l'accoutumée pour ce genre d'épisodes, ce qui est nouveau. Jusqu'à présent, jamais les épisodes breaks n'avaient vraiment essayé d'avoir de cohérence autre que le but principal de la saison. Dans Next on était à la recherche de la Clare Bible et dans Try le but était toujours de tenter d'empêcher la déstruction du monde par Dark Star, mais chaque épisodes étaient indépendants (sauf le double épisode 9 et 10 de Try). Tantôt on jouait au tennis, puis on visitait une tour ou bien on chantait comme une Magical Girl... On était bel et bien dans une partie d'épisodes break, mais parler d'arc était impossible tant rien ne les connectaient.
Ici nous avons des épisodes qui sont à la fois totalement indépendant dans leur fonctionnement, mais qui apportent leurs propres questions : qui est Nama ? Où est sa jarre ?  A t'elle vraiment un lien avec l'histoire ? Quant au fan il se demandera si son identité sera réellement établie et si elle fera partie de l'aventure jusqu'au bout ou non. Le personnage apporte son propre lot de questions et de mystères, en marge de l'histoire principale mais pas non plus totalement déconnecté. Ce n'est pas juste une succession de sketchs mais un chapitre cohérent, certes un peu léger mais qui ne cherche pas simplement à gagner du temps en gaspillant des épisodes. L'arc Nama est un arc fanservice et s'intègre dans cette logique que le novice n'appréciera pas. Mais c'est justement tout ce à quoi aspire Revolution-R.

Pour ce qui est des épisodes en soi, c'est un fait : ils sont très indépendants les uns des autres et dans la forme il s'agit d'épisodes breaks très classique. Bien sûr le premier est à caractère introductif étant-donné qu'on nous présente Nama, qu'on nous remémore les événements de Revolution, mais il s'agit bien d'un épisode break : rien n'est accompli, rien n'est résolu, si ce n'est que le cratère de Ruvinagard est un peu plus gros à la fin de l'épisode. En dehors de cela, tout tourne aux petits clins d'œil autours de Naga/Nama et de l'éternelle rivalité avec Lina qui se répète ici alors qu'elles ne se "connaissent pas".
Cet épisode arrive à trouver un tempo intéressant qui n'était pas évident à obtenir. Réussir à donner assez de vitalité à un épisode qui est à la fois en plein milieu de la saison tout en étant l'ouverture de la seconde partie. On alterne alors les séquences d'exposition, remettant d'ailleurs en avant des personnages un peu oubliés comme Zelgadis (et pour cause !) avec des passages plus légers et un duel épique en conclusion. Pourtant c'est bien un épisode break : on repart du même point et à la fin on arrive nulle-part.

Quant aux autres, nous sommes là face à des épisodes breaks solides qui ne feront peut-être pas tous date mais à contrario de ceux de Revo, ne feront surement pas office de canard boiteux.  La série entretient d'abord sa relation étroite avec l'épouvante et le fantastique dans un épisode qui s'inspire du mythe Irlandais des dullahans, multipliant au passage les clins d'œil à d'autres œuvres voir à d'anciens épisodes bien la peur de Lina pour les poulpes semble en contradiction avec Try.  En soi l'épisode 15  se suit sans déplaisir grâce à une écriture futée et un rythme soutenu, mais son aspect un peu trop détaché et son histoire qui n'a avoir avec rien de rien risque de jouer en sa défaveur lors des revisionnages. Comme nous l'avions vu pour l'épisode 4 de Revolution : les gags s'usent et à la fin seule l'histoire reste. Or celle-ci n'offre rien de plus que ce qu'elle nous montre.
C'est justement le piège dans lequel ne tombe pas l'épisode suivant. En se concentrant sur Amélia et Nama, réunissant pour la première fois dans une aventure en binôme les deux sœurs, la série en profite pour approfondir leur relation, nous renseignant au passage un peu plus leur enfance et montrant à quel point le fossé de mentalité entre les deux sœurs est grand. Ce n'est pas grand chose et là encore ça s'adresse au fan, mais pour un épisode break c'est précieux et c'est tellement rare que même si l'humour s'appuie un peu trop sur le comique de gestes et le burlesque (Amélia maladroite dans son armure étant le ressort comique principal), il est intéressant d'avoir de véritables dialogues cherchant à creuser un peu plus les personnages plutôt qu'un simple épisode loufoque. Et l'image d'Amélia enfermée à l'intérieure de sa sœur n'est peut-être pas juste dans le but de nous faire rire.

Et puisqu'on parle de loufoque cela nous amène logiquement à l'épisode 17. Lors du classique épisode des hommes-poissons, Slayers décide tout simplement de se laisser totalement aller en roue libre. Car si les gags s'usent et que seule l'histoire reste, que se passe t'il lorsque le gag est l'histoire?  La réponse est cet épisode tout entier. S'assumant totalement dans le registre de l'absurde, il est impossible d'expliquer concrètement ce qui se passe sans se demander soi-même si c'est vraiment ce qu'on vient de voir. Un espèce de trip hallucinogène où il est impossible deviner dans quelle direction va l'histoire et ce même une fois la révélation finale, dont à vrai dire on se fiche quelque peu, est révélée. On peut d'ailleurs se demander si l'on peut vraiment l'intégrer à l'arc Nama et j'admets moi-même ne pas être très sûr que cela ait beaucoup de sens. Mais au final tout ceci est parfaitement à l'image de l'épisode, alors pourquoi pas ?
Surtout que si Nama est Naga, alors ne serions nous pas dans une logique à la Slayers Special ? Plusieurs histoires racontant des aventures loufoques avec des personnages haut en couleur ? Oui c'est définitivement l'Arc Nama, car il assimile parfaitement l'état d'esprit du personnage.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 23 Déc - 10:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 2:04



Partie 2 (épisode 18) :

Mais toutes les bonnes choses ont une fin ! Et il est temps de dire adieu à Nama, aussi jouissif fut son passage... et d'accueillir le grand retour de Zuuma, venant remettre la série brutalement sur les rails de l'intrigue. Car on l'aurait presque oublié, mais nos héros sont à la recherche de la jarre d'Hellmaster. Du coup, difficile de classer cet épisode car c'est à la fois la fin d'un personnage et le retour d'un autre. Néanmoins, la tonalité étant totalement différente, il est impossible de l'intégrer à la partie précédente. Quant au départ de Nama, il est aussi anecdotique que possible : un petite tape sur la jarre et elle n'est plus ! Mais on constate également que si l'intrigue reprend ses droits ce n'est que dans les dernières minutes de l'épisode que des événements concrets vont se produire tandis que le cœur de l'épisode n'est qu'une succession de gags et de péripéties. Difficile également dans ces conditions de dire qu'on entame une nouvelle partie. Nous sommes plus dans ce qui semble être un épisode passerelle. Une transition concluant l'arc Nama et entamant l'arc Zuuma/Venzendi. En somme toute, sa construction est très proche de l'épisode 7 de Revo, avec beaucoup d'humour mais aussi avec des événements ayant un réel impact sur la suite à venir. Malheureusement cet épisode n'a pas de boss Crépuscule pour lui venir en aide et il faut admettre que son fonctionnement est bancal. Pendant trop longtemps on ignore s'il s'agit d'un épisode break  ou du début de quelque chose. Là ou Weizer essayant de capturer Lina a toujours été un élément récurrent aboutissant à des infos concrètes, ici on ignore s'il va s'agir d'une énième piste erronée de Nama qui n'aboutira nulle-part ou non. A force d'avoir trompé le spectateur, celui-ci s'est laissé porté par les épisodes précédents, en oubliant presque les réelles motivations de nos héros. Ainsi, un peu comme les méchants de Sentaï jurant leur victoire au prochain épisode, on ne croit plus vraiment en Nama pour faire avancer l'histoire. C'est donc comme une suite de sketchs qu'on voit d'abord cet épisode. Sauf qu'ils ne sont pas toujours hilarant, pire encore : on se retrouve à ressasser de vieilles rengaines tels  Rézo gentil mais en fait pas tellement, Nama seule piste mais au final pas du tout... etc... Bref, rien de détestable, mais une sale sensation de redite juste bonne à nous faire perdre du temps, et l'idée que tout ceci ne va pas aboutir plane pendant trop longtemps sur cet épisode.

Heureusement la fin sait nous happer : le retour de Xellos et les menaces de Zuuma nous replongent immédiatement dans le bain et l'impatience de voir la suite se fait réellement sentir à nouveau. Non pas que le spectacle était désagréable, bien au contraire. Mais Slayers c'est le mélange détonnant d'humour et d'épique. Or un de ces ingrédients manquait cruellement à l'appel. Donc oui, plus break que mythologique mais lorsqu'il faut être sérieux, cet épisode sait clairement l'être. Il est pourtant difficile de nous sortir de cet état d'esprit comique qui perdurait encore quelques minutes avant. Mais la force de la série a toujours également résidé à savoir redevenir sérieuse au moment opportun. C'était le cas dans Revolution même si parfois avec quelques couacs, c'est ici appliqué à la perfection dans Evolution-R.
Et de fait, cet épisode n'est pas non plus un ratage. Il a d'ailleurs l'intelligence de faire disparaitre Nama dans le plus pur esprit Slayers : pas d'adieu; pas de drame... celle-ci se vaporise et c'est à peine si le groupe se fait du souci pour elle. Juste le temps de dire qu'elle est probablement indemne et c'est fini.

On ne le redira jamais assez, mais c'est ce qui fait la réussite de cet arc Nama. Elle était le fil rouge qui reliait vaguement ces épisodes à l'intrigue, mais jamais elle n'a supplantée l'histoire. Pourtant avoir Naga dans la série aurait pu être l'occasion de se laisser aller beaucoup plus que ça, la rendant primordiale et pourquoi pas la faire poursuivre l'aventure avec le groupe jusqu'a la fin ? Après-tout on est là pour faire plaisir aux vieux fans non ? Mais non ! Autant il s'agissait là d'un cadeau, mais en aucun cas il n'a amené a des dérives dangereuses. L'utilisation du personnage a toujours été en rapport avec l'histoire et Nama a fait partie de la troupe comme tout autre Slayers, pas plus pas moins. Ainsi comme Zelgadis lors de la saison 1, la série se sépare d'un personnage à peine introduit il y a quelques épisodes à partir du moment ou il ne sert plus l'intrigue. Une décision intelligence alors que la série a souvent pêché de ne pas savoir se séparer de protagonistes en temps voulu. Mais de toute façon, comment un personnage aussi débridé aurait pu s'intégrer correctement dans les épisodes suivants ?

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Mar 24 Déc - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 2:06



Partie 3 (épisode 19 à 21) :

Car nous voici dans la partie la plus complexe à aborder mais aussi probablement la plus originale et la plus audacieuse de la saison.  Slayers s'est vêtu ici de son noir le plus profond pour nous offrir probablement l'arc le plus sombre de Slayers en Anime à ce jour.
Et cela on le doit entièrement  à son némésis : Zuuma, ennemi de prime abord assez secondaire lors de son apparition dans l'épisode 6 de Revolution et qui va ici regagner toutes ses lettres de noblesse. Car Zuuma est très différent de tous les adversaires affrontés par Lina jusqu'à présent.
Pour la première fois Lina affronte un simple humain. Et par là je n'entend pas uniquement sa condition physique, mais également ses motifs. Rezo était un grand magicien doublé de l'hôte d'une partie de Gudu, qui recherchait à retrouver la vue. Gaarv un seigneur Mazoku déchu qui ne cherchait finalement qu'à survivre. Phibrizzo un autre seigneur Mazoku cherchant à atteindre le but suprême de ceux de sa race... Etc. Rien de tout cela chez Zuuma. Il s'agit d'un homme sans autre pouvoir que ses talents de tueur et qui poursuit un but très simple : la vengeance. Une vengeance qui s'accomplira une fois Lina tuée. Un homme simple aux goûts simples si l'on peut dire !
On pourrait alors faire le rapprochement avec d'autres adversaires. Et le premier nom qui vient alors en tête est Valgarv. Certes l'ancien dragon cherchait à se venger sauf qu'il ne s'agissait pas uniquement de Lina mais de toute une espèce qu'était les dragons d'or. Il était d'ailleurs clairement défini les crimes de chacun et l'on parlait du génocide de tout une espèce. Même s'il y avait une couleur personnelle dans sa vengeance pour s'en prendre à Lina en particulier, elle naissait d'abord d'un crime contre l'humanité. Et à sa disposition l'ex-général en possession de moyens et de pouvoirs colossaux.
Et même si Zuuma n'est plus tout à fait humain à la fin, il n'est en rien non plus comparable en Rezo. Chez ce dernier il y a toujours le doute qui subsiste que ce serait sous l'influence de Gudu qu'il aurait commis ses crimes car Rezo lui même n'était pas au courant du Mazoku qui dormait en lui. Ici c'est sciemment et pour réaliser sa vengeance que Zuuma fait un pacte avec des Mazokus.

Vengeance qui est d'abord née d'une histoire sans aucun rapport avec notre héroïne. Ce n'est que par la circonstance des choses que Lina est mêlée à tout ça.Son lien peut d'ailleurs paraître très léger, en effet  Zuuma lui reproche de l'avoir privé de sa vengeance en tuant les assassins de sa femme lors de l'incident de Sairaag. Or ce n'est pas Lina qui a détruit Sairaag mais Copy Rezo. Elle est certes liée à l'incident mais n'en est pas la coupable directe. Mais très malignement, le premier épisode de Revo nous faisait part de ces rumeurs comme quoi Lina aurait détruit Sairaag. On comprend alors que la haine qui nourrit Zuuma l'empêche de chercher à voir plus loin : il lui faut un coupable pour venger sa femme et les détails ne l’intéresse pas. Et quand bien même il serait au courant, Copy Rezo est mort. Tué par Lina. Son nom vient donc immédiatement en second sur la liste des responsables. Ce sont des impulsions très humaines et très différentes des adversaires de Lina jusqu'alors : ses motivations ne sont pas rationnelles et n'ont pas d'envergure aussi grandioses que les Mazokus.

Autre aspect inédit dans Slayers et qui renforce l’ambiguïté et l'originalité du personnage : Zuuma n'est pas quelqu'un qui a tout perdu. A la différence d'Halcyform (arc possédant de nombreuses similitudes avec celui-ci) qui a pactisé avec un Mazoku ou d'un Valgarv qui ne possède plus rien (ni maitre ni peuple), Zuuma ou du moins son alter-ego Radok possède une vraie vie. Dès le début le personnage est décrit comme un homme d'affaire à succès, avec une excellente réputation dans sa ville et qui possède une famille à travers son fils sur lequel il doit veiller. Et quand bien même nous n'avons jamais de preuve concrète que Radok possède bien un travail et qu'il ne s'agit pas d'une simple couverture pour cacher sa véritable activité, on peut suspecter qu'afin de ne pas attirer l'attention et vu les racines de sa famille commerçante, c'est probablement plus qu'une mascarade. Zuuma/Radok est donc l'archétype du super-héros qui mène une double vie, sauf qu'il s'agit là d'une vie de criminel. Car bien entendu, Slayers fait toujours tout à l'envers. Ces éléments donnent une dimension fascinante au personnage, car jamais la série n'avait eu à décrire des méchants faisant autre chose que leurs trucs de méchants si l'on peut dire. Et cela nous force encore plus à nous interroger quant au comportement de Radok  et à sa soif de vengeance. Au fond de nous, on ne veut pas croire que cela va mal se terminer et que Radok est vraiment le monstre qu'il s'est créé sous les traits de Zuuma. D'une certaine façon, on veut croire à la fin heureuse et à la rédemption du personnage car il subsiste encore le doute que Radok soit plus un antagoniste qu'un véritable méchant comme semble vouloir nous dire la conversation qu'ont Radok et Lina durant l'épisode 20.

Mais nous étions bien naïfs d'espérer, car la soif de vengeance du personnage nous amènera probablement à la conclusion d'arc la plus noire de toute la série. En plus d'être particulièrement violente graphiquement pour le standard Slayers, elle l'est également psychologiquement du simple fait qu'il n'y a pas souvent d'humains tués par des humains dans la série. Certes des brigands meurent en permanence, mais le traitement est généralement cartoonesque. Un meurtre de sang froid n'est pas chose courante. Et ici Zuuma va jusqu'à tuer son propre fils. Si le fait est tout nouveau pour la série, ce n'est pas inédit pour Slayers en général. En effet, Christopher, le frère de Phil, tue également son fils, mais la série n'avait pas osé retranscrire l’événement et il s'agissait de punir la trahison et donc de quelqu'un de moralement condamnable. Ici c'est une mort violente d'un innocent par la main de quelqu'un que les épisodes précédents nous avaient presque rendu empathique. Sans aller jusqu'à l'apprécier, il nous était possible de comprendre son raisonnement et ce qui l'avait amené à être qui il était. Mais ce geste symbolise une rupture. Une rupture violente rendant le spectateur très mal à l'aise, ne comprenant pas pourquoi Zuuma est allé jusque là.
C'est un choix risqué, mais ce qui permet son fonctionnement est le fait que nous n'aurons jamais plus d'explications sur son geste. Avant qu'il puisse ajouter quoique ce soit, Xellos se débarassera de lui pour de bon et également de façon violente. C'est abrupt et à la fois très intelligent de la part de la série car en plus de nous rappeler à quel point Xellos est dangereux elle semble remettre les choses en perspective. Comme si le Mazoku sifflait la fin de la récréation, balayant cette vengeance humaine au final un brin trop personnelle pour lui afin de se concentrer sur quelque chose de plus important : la jarre d'Hellmaster. Cette mort brutale et inattendue renforce l'aura particulière du personnage.
De par tout cela, Zuuma est un adversaire unique. Un véritable humain avec ses forces et ses travers, qui sombre peu à peu dans la folie et qui ne peut plus revenir en arrière même si cela veut dire se perdre totalement. Et au final, toute l'histoire de la jarre semble bien secondaire par rapport aux événements qui se trament durant cette partie de la saison, qui est probablement la meilleure de toute. D'un point de vue général, on pourrait même lui reprocher ce détachement un peu trop flagrant par-rapport à l'histoire principale, mais n'est-ce pas justement ce qu'à toujours fait Slayers ? Emboîter des intrigues au premier abord différentes qui finalement se rejoindront dans un grand final ? Aussi n'oublions pas le caractère « saison pour le fan » de Revolution-R. Zuuma était le dernier personnage du premier arc en romans que la série n'avait jamais osé traiter (sûrement à cause de son caractère très noir n'allant pas avec l'esprit de l'époque), l'erreur est désormais corrigée brillamment ici.

Un arc très sombre et très dense mais qui heureusement n'éclipse pas totalement le reste de la saison, qui possède d'ailleurs des épisodes réservant également leur lot de surprises. Même si parfois ces surprises ne sont pas toujours bienvenue, comme va nous le démontrer l'épisode suivant.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Mar 24 Déc - 16:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 2:07



Partie 4 ( épisode 22) :

Un peu perdu au milieu de nulle part, voici la seule faute de gout de la partie Evo-R : l’épisode 22. Un épisode break aucunement drolatique et qui n’es rattaché à rien de particulier. Un peu comme l’épisode 6 de Revo, on se retrouve avec une régression au niveau de l’intrigue alors que le suspens atteignait son point d'orgue lors de l'épisode précédent.
Pour le résumer voici ce qui se passe : une fois la jarre en leur possession, les Slayers  peuvent parler directement à l’esprit de Rezo. Première nouvelle, c’est possible. Mais il semblerait qu’un séjour prolongé dans la jarre ait rendu le sage quelque peu toqué. Le voici donc à énoncer des prédictions absurdes que les Slayers s’appliqueront à suivre à la lettre pour un résultat forcément médiocre.
Qu’on soit clair : ce n’est pas la pire base que Slayers ait eu pour un épisode break. Au contraire même l’idée n’est pas totalement saugrenue et dans l’ensemble la teneur n’est pas détestable. Certes nous ne sommes pas ici face à un chef d’œuvre d’humour et l’épisode fera partie de ceux qu’on oubliera vite, mais il n’y a là rien de concrètement exécrable. Pourtant cet épisode est autant haïssable que ce fameux épisode 6. Pourquoi ? Tout simplement car il arrive pile au moment ou c’est la dernière chose qu’on veuille voir.

La démarche est pourtant compréhensible : après un épisode 21 aussi intense, le but concret du 22ème est de nous faire décompresser afin de nous préparer doucement pour le final. Cela a pour double effet de ne pas avoir à tomber dans la surenchère en terme de tragédie (ce qui n’aurait pas été une bonne chose) mais aussi de nous permettre de souffler et de retrouver une ambiance un peu plus Slayeresque et plus axé sur les personnages. Oui mais là ou les deux premières saisons concluaient clairement chacun de leurs arcs avant de passer au suivant, ici nous avions une mise en suspens et pleins de questions sur les lèvres. Slayers n’est pas la première série à prendre à contre-pied le spectateur et ne pas répondre à ses attentes immédiatement pour le frustrer, mais le choix d’un épisode humoristique nous parait presque insultant, qui plus est lorsqu’on voit que la saison se gardait un atout tel que l’épisode 23 juste derrière.
On peut pourtant considérer cet épisode comme un mal nécessaire. Passer immédiatement à l’épisode 23 aurait paru encore plus hors-sujet et aurait surement gâché la surprise (ou du moins on ne l’aurait pas autant savouré). Alors oui cet épisode est défendable dans sa nature voir essentiel dans la structure de la saison. Malheureusement ce n’est qu’un épisode correct calé entre deux qui dégagent chacun une aura autrement plus puissante. Pour mieux passer cet épisode se devait d’être un chef d’œuvre ou ne pas être. Ce n’est pas le cas et notre regard dessus en pâtit indéniablement. Probablement qu’il aurait mieux valu un autre épisode break ou deux afin de vraiment séparer l’arc Zuuma de sa suite et de bien mieux trancher en terme de ton, malheureusement la structure particulière de la saison n’a probablement pas permis une telle chose. De fait cet épisode break isolé subit une mise en perspective erronée et devient insupportable au visionnage. La seule véritable erreur de la saison. Dommage que ce soit à un moment aussi crucial.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 2:09



Partie 5 (épisode 23) :

Et puis il y a l’épisode 23. Difficile de lui rendre justice correctement tant cet épisode est à la fois incongru et essentiel. Une sorte d’OAV qui pourrait faire office de Zelgadis Gaiden et qui n’a pas grand rapport avec le reste de la saison mais qui pourtant justifierait presque à lui seul le recyclage de Rézo comme adversaire final. La série décide de répondre aux interrogations quant au personnage de Zelgadis ainsi que sa forme de chimère, le tout sous forme de flash-backs nous permettant de retrouver des personnages de la première saison tel Zolf ; Dilgear ou bien même Noonsa. Clairement des visages qu'on n'aurait jamais pensé revoir un jour et surement pas dans cette saison à ce moment. On ne peut être qu'un peu ému de retrouver un Zelgadis entouré de ses anciens compagnons haut en couleur qui n'avaient eu à l'époque qu'un court rôle. A ce moment, Slayers atteint probablement le point de non retour en ce qui concerne la nostalgie, larguant définitivement le néophyte. Mais peu importe ! Certaines séries mettent des seins pour son fanservice, Slayers met des barbus et des poissons qui dansent. La grande classe.

Et au delà du plaisir de recroiser ces visages familiers, Revo-R va plus loin en offrant une nouvelle perspective à la transformation de Zelgadis. On savait que la transformation avait été fait contre sa volonté et de là naissait sa haine envers Rezo. Un prémices un peu simple mais classique et proprement établie pour l’époque et le peu de temps à la disposition de la série. Ici on redistribue un peu les cartes en faisant interagir les deux personnages, montrant qu’il existait une véritable admiration de Zelgadis envers le moine rouge. On nous explique aussi les raisons qui poussent le personnage à vouloir devenir plus fort ce qui n’avait jamais été clairement expliqué jusqu’à présent. On peut d’ailleurs trouver la raison un peu niaise (Zelgadis, le robin des bois de Slayers qui veut nourrir les enfants orphelins), il n’empêche qu’elle permet de donner un véritable objectif au protagoniste plutôt qu'une course à la puissance sans réel but. De cela en découle l’idée que pendant un temps, Zelgadis était résigné à cette apparence, se convaincant que c’est ce qu’il souhaitait et que si ce sacrifice pouvait servir l’homme sage qu’était Rezo cela en valait la peine. En définitive il acceptait de devenir une arme au service d’idéaux. Ce n’est alors que parce qu’il a découvert les ambitions égoïstes du moine rouge qu’il a perdu cet idéal et la foi en celui qu’il considérait comme un modèle. Au-delà donc de son apparence qu’il était prêt à accepter, c’est ce qu’elle symbolise réellement qui le dégoute et qui le pousse à vouloir redevenir normal. Car en l’état, cette apparence le rattachera toujours à Rezo et a sa quête folle pour recouvrer la vue. Tous ces éléments nouveaux approfondissent la psychologie de Zelgadis et permettent d’appréhender la saison 1 d’une nouvelle façon. Pensiez-vous qu'un épisode de 2009 allait vous permettre une relecture d'épisodes datant de 1995 ? Pour l'amoureux de la série que je suis, c'est très précieux.

Et ce passé de justicier quelque peu naïf qu’on nous conte nourrit pourtant son binôme actuel. En effet il a toujours été quelque peu comique de voir Zelgadis, mercenaire qui se vend au plus offrant tant que cela sert son but, associé à Amélia amoureuse de la justice. Mais cela rend la relation entre les deux protagonistes un peu plus subtile tant il ne s’agit pas alors juste d’associer deux personnages au caractère complètement opposés afin de créer un décalage rigolo. Au bout du compte, Zelgadis servait la justice bien avant Amélia et de façon beaucoup plus concrète et discrète qu’elle. Serait-ce la naïveté un peu touchante du personnage qui amuserait Zelgadis ? Est-ce que cela lui rappellerait ce qu’il était lui-même à l’époque ? On ne peut que spéculer, mais on peut désormais s’amuser à y voir beaucoup de choses, bien plus qu'auparavant.

Encore une fois et plus que jamais ici, Revo-R ne vise ici que le fan de la première heure, vu qu’il faut forcément avoir connu la saison 1 pour apprécier cet épisode. N’allons pas non plus jusqu'à dire que sans cela on ne peut pas comprendre les enjeux, mais l’impact n’est pas le même si l’on n’a pas suivi l’histoire de ce personnage depuis le début. Car c’est tout bonnement 14 ans qu’il aura fallu à la série pour offrir une réponse claire quant à l’avenir chimérique de Zelgadis. Intrigue qui est régulièrement mise au second plan car c’est habituellement la carotte malsaine des scénaristes de Japanimation (et en fait de toutes les séries du monde) : l’intrigue à laquelle on ne répond jamais vraiment mais dont on distille de petites informations de temps à autre pour nous faire miroiter une conclusion possible. Eh bien finalement, Slayers Revolution-R aura fini par y répondre de façon définitive ! Zelgadis ne retrouvera pas forme humaine. Bien entendu, il est toujours possible pour la série de trouver une pirouette scénaristique afin de relancer l’intrigue si le besoin s’en fait sentir. Donc d'une certaine façon, ça vaut ce que ça vaut. Mais au cas où Slayers n’aurait plus l’occasion de revenir sur nos écrans, on peut considérer cette partie de l'histoire comme conclue. Et ça c’est un beau cadeau que nous fait cet épisode. Ce ne sont pas toutes les séries qui osent ce genre de décision. Même Kanzaka, le papa de Slayers, n'a pas osé être aussi définitif à propos de ce personnage. Quoique allez savoir s'il n'a pas inspiré tout ça ?
Mais le plus important, c'est que cet épisode à lui tout seul justifie la présence de Zelgadis dans le groupe. Rien que ça permet à cet épisode d'être indispensable.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 2:11



Partie 6 ( épisodes 24 à 26) :

Et c'est alors que tous nos regards se tournent vers le final ! Oublions définitivement le novice qui a sûrement abandonné son visionnage de la saison il y a plusieurs épisodes de ça ! Parti aussi le spectateur qui avait simplement vu la série une fois à l'époque et qui n'a vu dans ce revival qu'une franchise coincé dans les années 90 ! Nous sommes désormais entre fans et la question qui nous brûle les lèvres est celle-ci : que peut bien apporter ce dernier arc désormais ? Toute la force de Revolution-R aura été de corriger les erreurs et les absences des saisons précédentes. Mais après un arc aussi dramatique comme Zuuma et un épisode spécial sur Zelgadis aussi intense, que peut bien apporter cette dernière partie de plus ? Oui cette 4ème saison reprend le schéma de plusieurs arcs amenant à un grand final qui relierait tout, mais en étant malheureusement un peu honnête, il est clair que l'intrigue Taforashia est la plus faible présentée jusqu'alors. Peut-être même de toute la série Slayers. Oui oui ! Plus faible que Try ! Les enjeux sont pauvres (sauver un peuple dont personne n'a entendu parler jusqu'alors), le boss final a déjà été dévoilé (Rezo et donc par extension, Shabrani Gudu) Et l'on a du mal a avoir de l'empathie pour le personnage de Posel qui a jusqu'alors plus paru comme une nuisance que comme un véritable ajout.
Alors comment faire pour conclure en beauté cette saison qui semble déjà avoir tout donné ? Très simple : en offrant le final de Slayers le plus explosif jamais fait.

Oui cette dernière partie a ses errances scénaristiques et un grand morceau de la fin dégouline de bon sentiment et de niaiserie avec le bon peuple de Taforashia qui est sauvé de sa maladie incurable à travers une séquence-montage nunuche. Très franchement, il est impossible de se sentir touché par ce royaume dont on ne sait presque rien et dont l'épidémie a été traité avec beaucoup trop de légèreté. Sur cet aspect, Slayers Revolution-R aura failli du début à la fin, ne sachant jamais intéresser le spectateur sur son scénario principal. Mais lorsqu'il s'agit de frapper fort et de nous sortir le grand jeu, c'est une réussite totale. Oui nous connaissions déjà le boss final, mais jusqu'alors, quel avait été le plus grand ratage de la série Slayers si ce n'est son combat contre Gudu ? Try ? Mais Try n'adaptait rien et avec quand même une volonté d'être épique. Parfois trop mais quand Dark Star est apparu... On peut avoir pleins de choses à redire, mais ce n'est pas moins que la planète entière qui était en péril. Shabrani Gudu a fait moins de dégâts que la déforestation en Amazonie.

C'est un point qui avait été souligné dès le premier dossier : le combat contre Shabrani Gudu avait l'air d'une « petite rixe dans les bois ». Certes, le second visionnage permettait d'avoir un œil nouveau sur l'affrontement (avec les dangers du Giga Slave), mais le seigneur des Mazokus était affreusement designé et le combat sans aucune tension. Eh bien Slayers Revolution-R corrige le tir et nous offre le combat que l'on avait toujours espéré voir dans Slayers : un affrontement Dantesque contre une force infernale. Tellement basique mais tellement jouissif. Et on peut le dire sans crainte, mais jamais Slayers n'aura été aussi impressionnant visuellement. Même les films n'ont pas réussi à nous offrir avec tel brio un final à ce point épique et si vous ne ressentez pas un petit frisson de bonheur lorsque l'opening de Next se met à résonner... vous êtes un bien drôle de fan.

Cette satisfaction se fait donc uniquement sur le dernier épisode, là ou le reste de l'arc patauge à conclure une intrigue un brin fadasse avec ses personnages secondaires dont on avait quelque peu oublié l'existence et qui retourneront vite dans l'oubli (la fin d'Ozel est un chef d’œuvre de désaveu de la série elle-même). Mais peut importe ! Le final est au rendez-vous et  nous permettra de quitter nos Slayers, avec ce qui était probablement la dernière saison télévisée, sur une note plus positive et plus enthousiaste qu'à l'époque de Try. Tout ce qu'est Slayers se trouve dans ces 20 dernières minutes qui sont sans doute les plus intenses en terme d'action jamais animée dans l'histoire de la série. Probablement même que ce final surpasse celui de Next tant il digère l'Histoire de la série. Rien que ça, ce n'est pas rien.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 2:12



Conclusion :

Et si Slayers Revolution-R était l'une des meilleures saisons animée de Slayers ? S'il est courant de dire que Slayers Next est la meilleure saison à ce jour de part sa structure et son équilibre, ou tout simplement pour son histoire exceptionnelle, quand il s'agit d'élire la deuxième meilleure les avis divergent beaucoup plus. Peut-être que Slayers Revolution-R est celle qui permettra de trancher.
Probablement que la plupart des gens ne seront pas de cet avis et lui préfereront le Slayers original car il avait le mérite de poser les bases de l'univers. Les autres jugeront « Try » plus méritant pour avoir tenté quelque chose de réellement nouveau plutôt que de s'appuyer sur ses acquis et recycler encore et encore les mêmes adversaires. On peut évidemment reprocher à Revolution-R de ne pas beaucoup innover par rapport aux précédentes saisons et il est effectivement nécessaire d'avoir vu (lu?) tout Slayers pour profiter pleinement de tous les clins d’œil et autres hommages qui la parsème. Mais n'est-ce pas ce que l'on recherche en tant que fan ? Une première saison se doit de poser les bases, mais il s'agit ici de la quatrième et il est naturel qu'elle se serve de la richesse de l'univers et d'en quelque sorte remercier le spectateur de l'accompagner depuis si longtemps. Il est facile de faire table rase du passé pour faire ensuite n'importe-quoi. Et quand on est la première, il n'y a pas de modèle de comparaison donc au final le risque n'est pas le même. Mais exploiter un univers connu et savoir employer ses richesses subtilement tout en corrigeant les erreurs du passé... ça demande peut-être bien plus de talent et de finesse que le reste.

Je n'acte pas que Slayers Revolution-R est la deuxième meilleure saison. Que ce soit Slayers original ou même Try, chacunes ont leurs qualités propres qui peuvent nous les faire préférer plutôt que cette saison aux airs de trip nostalgique. Mais même si dans une vingtaine d'année on oubliera que Slayers Revolution-R était sortie séparément, il est important aujourd'hui de se rappeler du contexte dans lequel nous avons découvert cette nouvelle saison.
Slayers devait se racheter auprès du spectateur en retrouvant son identité qu'elle avait perdu à l'époque. C'est ce que fait Revolution-R, en faisant du rétro plutôt que du nouveau. En corrigeant plutôt qu'en inventant. C'est la révolution à l'envers de Slayers ! Ignorant tout ce qui s'est fait en animation entre temps et en offrant un spectacle tout droit sorti des années 90. Se retrouver soi-même et retrouver les fans. Car Lina n'a jamais fait comme les autres et c'est pour cela qu'on aime Slayers. Se retrouver avant de peut-être, si elle en a la chance, avancer. Ce ne sera probablement pas le cas malheureusement, mais sur une touche personnelle je suis heureux que cette saison existe car elle offre un adieu plus propre que ce ne fut le cas à l'époque. La dernière image est très symbolique car avant Try, la série se concluait toujours sur une touche optimiste, montrant Lina repartant de plus belle vers l'aventure avec un grand sourire. Seule la saison précédente avait changé cette tradition en la faisant tourner le dos au spectateur. Anodin sur le moment, cela laissait un gout amer quand il semblait clair qu'il s'agissait de la dernière saison. Revolution-R efface cela en nous offrant une image qui correspond mieux à Slayers.

L'avenir quant à lui semble morose. Au moment ou j'écris ces lignes, tout porte à croire que Lina ne reviendra pas pour une sixième saison. Saison pourtant fantasmé par le fan. Maintenant que Revolution-R a épuisé tout le premier arc des romans, il est logique de penser qu'une nouvelle saison permettrait de passer à la suite tant espérée. Malheureusement tout ceci semble bien compromis. Mais tant pis ! Car en l'état actuel des choses, Slayers dispose d'une fin satisfaisante.
Car s'il faut retenir quelque chose de cette saison c'est bien ça. Alors Slayers Revolution-R semblait un peu sorti de nulle-part. Cette saison s'est transformé peu à peu en voyage dans le passé, un OVNI dans la saga animée qui est peut-être passé sans avoir été détecté par la plupart des gens, mais qui au fil du temps a su développer une vraie complexité et créer un véritable intérêt. Jamais Slayers n'aura été aussi frileux et jamais Slayers n'aura été aussi audacieux. C'est là tout le paradoxe de Revolution-R, mais si vous arrivez à le saisir, vous profiterez alors d'une expérience unique qui aura su apporter sa pierre au mythe et qui peut sans rougir rejoindre la saga Slayers.

Ainsi s'achève notre tour d'horizon de l'Anime Slayers. Merci à tous ceux qui auront lu ce dossier jusqu'au bout.  Et comme je n'aime pas les adieux, je conclurai comme le disait si bien Megumi Hayashibara : "Owari wa shinai".

Pour toujours, Slayers.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 23 Déc - 17:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5828
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 16:34

Ma foi, maintenant qu'il est la ça fait tout drôle. Une conclusion supplémentaire apportée à la communauté française. Un effort de plus achevé pour faire vivre Slayers chez nous.

Mais un effort essentiel pour cette saison tend méconnue, boudée, méjugée ?
Pourtant la saison a des défauts. Je pense que tu en as fait la liste. Certains plus problématiques que d'autres. Mais comme tu le fais adroitement remarquer, pour la première fois Slayers corrige et renoue. Et ça ça fait du bien. Comme quoi il n'est jamais trop tard pour réparer ses erreurs.
Zuuma et Wizer méritaient d'apparaitre, Gudu méritait un combat culte. Quand c'est propre un mea culpa est toujours le bienvenu. Et la c'est très propre.

Citation :
La seule véritable erreur de la saison. Dommage que ce soit à un moment aussi crucial.

Et pour le 100ème épisode de la série. Je ne le répèterai jamais assez, c'était interdit de ne pas marquer le coup pour les 100 épisodes de la série, ou du moins de rater l'épisode.

Citation :
Pour toujours, Slayers.

Yes !


Très bon travail, en particulier les parties sur Zuuma et la conclusion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4614
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 32
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Lun 23 Déc - 18:06

Citation :
Ma foi, maintenant qu'il est la ça fait tout drôle. Une conclusion supplémentaire apportée à la communauté française. Un effort de plus achevé pour faire vivre Slayers chez nous.

Tout drôle pour moi aussi. Mais au moins désormais il est là ! A défaut d'être sortie en France, Evolution-R aura son dossier sur notre forum. C'est déjà ça.

Citation :
pour la première fois Slayers corrige et renoue. Et ça ça fait du bien. Comme quoi il n'est jamais trop tard pour réparer ses erreurs.

En effet jamais ! Mais c'est probablement ce facteur qui comme tu le dis, fais que la saison a été quelque peu boudée. Revo-R corrige et renoue avec des éléments particuliers, qu'un simple spectateur ne connait pas forcément, ou alors il s'en moque. Il est probable que le combat contre Gudu ne l'avait pas choqué et probablement qu'il pensait vraiment avoir vu Zanaffar lors de l'arc Copy Rezo. Donc pour lui ce n'est ni corriger ni renouer, c'est juste recycler encore Rézo, encore Gudu et encore Zanaffar.
Quant à Zuuma, même si le spectateur néophyte peut l'apprécier, je ne pense pas qu'il vivra de la même façon son introduction et sa conclusion.

Le débat est de toute façon sans fin ! Est-ce que Revo-R est trop ciblé fan hardcore et laisse le spectateur novice sur le carreau ? Oui je le pense. Est-ce que c'est une qualité ou un défaut ? C'est selon chacun.
Pour moi non ! Mais c'est peut-être ça qui va nous coûter la saison 6. Sauf qu'une saison plus grand public aurait peut-être été dans la veine de Try. Dans ce cas je ne suis pas sûr de vouloir voir Slayers multiplier les saisons si c'est pour un tel résultat.
Tant pis si c'est la dernière et tant pis si personne n'aime Revo-R. Je suis ravi qu'elle existe ainsi.

Citation :
Quand c'est propre un mea culpa est toujours le bienvenu. Et la c'est très propre.

Exactement !

Citation :
Et pour le 100ème épisode de la série. Je ne le répèterai jamais assez, c'était interdit de ne pas marquer le coup pour les 100 épisodes de la série, ou du moins de rater l'épisode.

Surtout quand on sait l'épisode qui suit derrière ! J'ai presque envie de dire qu'il aurait fallu changer l'ordre. Niveau histoire ça n'aurait eu aucun sens cela-dit. Mais avoir un épisode 23 aussi cool et ne pas en avoir fait le 100ème... C'est bizarre. Je pense qu'il y avait moyen de faire autrement.
En l'état c'est l'un des épisodes les moins bon d'Evo-R, si ce n'est le moins bon (si on met l'épisode 6 de côté).

Citation :
Très bon travail, en particulier les parties sur Zuuma et la conclusion.

Merci beaucoup. J'admets que la partie Zuuma était la plus simple et la plus inspirante. Forcément ça doit se ressentir.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xellos VS Zelgadis
Mère du Chaos
avatar

Messages : 2455
Date d'inscription : 12/11/2009
Age : 35
Localisation : THIONVILLE

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Mar 24 Déc - 16:16

3 ans que j'attends ce dossier !  Cool 
Le voilà !!!!  cheers 
Sincèrement merci ! Comme toujours très bien écrit et surtout une analyse très complète !  Very Happy 

C'est vrai que cette saison a été très méconnue en France et le sera certainement encore pour un bout de temps malheureusement. Mais pour les vieux fans c'est un pur plaisir ! Tout les reproches que l'on a pu faire sur l'exploitation d'un personnage ou d'un combat sont corrigés pour notre plus grand plaisir ! Et comme vous l'avez si bien dit il n'est jamais trop tard pour corriger ses erreurs surtout quand c'est bien fait !  Wink 

Encore un grand merci et Vive Slayers !  cheers 

_________________
Have a nice day and keep smiling despite difficulties. :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
LoN_Xelloss
Chevalier de Ciefied
avatar

Messages : 987
Date d'inscription : 07/07/2009
Age : 37
Localisation : Beuvrages à côté de Valenciennes

MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   Ven 3 Jan - 12:11

Joli cadeau en ce début d'année. J'ai hâte de lire ça!

_________________
Ph'nglui mglw'nafh Cthulhu R'lyeh wgah'nagl fhtagn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tout sur Slayers Evolution-R (ou presque)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout sur Slayers Hentaï (ou presque)
» Pub pour Pokémon Omega rubis et Alpha saphir
» [Partage] Pour presque tout savoir sur Android
» RÉCIT INTÉGRAL (OU PRESQUE) D'UNE COUPE DE CHEVEUX RATÉE de Jo Witek
» [AIDE] Vibre tout le temps, enfin presque ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Slayers Evolution-R :: Les tribulations de Nama :: Slayers Evolution-R-
Sauter vers: