AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Réouverture des X-Files

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5996
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Réouverture des X-Files   Ven 19 Jan - 13:33

X-Files saison 11 : partie 2
Standardiser la légende

Après 3 épisodes, le premier constat qui s'impose est que la saison 11 ne semble pas vouloir profiter de son surplus d'épisodes pour corriger les défauts de la saison 10. De fait, on retrouve les mêmes vices qui rendent la forme lacunaire. Quel dommage ! Car le fond est tout sauf inintéressant. Retour sur un démarrage laissant un poil dubitatif.

On a le sentiment que X-Files se trouve dorénavant contrainte de respecter un cahier des charges des temps modernes. J'ignore si ce dernier est dicté par la FOX ou si c'est Carter qui se l'impose (probablement un peu les 2), mais la série perd dans l'opération toute son identité visuelle pour se standardiser. Je craignais à l'époque que le retour des X-Files ne sente le ringard et le dépoussiéré... au final je commence à regretter que ce ne fut pas le cas. X-Files était un phénomène, elle a ouvert la voie. Elle avait son truc. Là, comble fou, en voulant montrer que c'est une série à la page elle en abandonne ses qualités pour rentrer dans un moule.
On se retrouve avec des intrigues rushées et des plans qui ne respirent pas. La contemplation de la forêt de Vancouver fait place à des échanges survitaminés. Ca fonctionne. C'est un bon programme pour sur. Mais est-ce vraiment du bon X-Files ?

Si le premier épisode enchaîne les plans comme s'il souffrait de la bougeotte, prouvant que CC n'est absolument pas à l'aise derrière une caméra, il faut bien avouer que ça s'améliore durant l'épisode suivant de Glen Morgan, puis encore après avec le premier (ENFIN !) épisode réalisé par un vrai réalisateur de métier depuis le décès du regretté Kim Manners, qui a emmené avec lui une partie de l'âme de la série que nous ne retrouverons jamais.
Mais le tout reste encore trop speed, avec des enquêteurs qui n'enquêtent plus tellement, attendant d'être guidés ou attaqués.
Le tout manque de pertinence, de coups d'éclats, de gros boom télévisuel ! La où Twin Peaks était parvenu à rester unique, X-Files se conforme à la télévision d'aujourd'hui. La faute au network et aux libertés qui diffèrent d'une chaîne publique à une chaîne privée ? Ca joue, forcément, mais il doit y avoir moyen de composer un chouia mieux malgré ce contexte. Les séries d'aujourd'hui existent en partie grâce à X-Files, c'est triste de la voir imiter ses enfants alors qu'elle devrait les guider !

Reste que My Struggle III, qui ouvrait la saison, n'était absolument pas l'épisode catastrophique que l'on voulait nous vendre et demeure le "meilleur" des 3 segments mythologiques de The Event Serie pour le moment. Il est bourré de trucs intéressants que seule la forme handicape. Pour les couillons qui hurlent au scandale concernant les événements et les rebondissement qui s'y déroulent, on les avait théorisé et deviné depuis belle lurette, que ce soit le reboot des événements comme les actes du CSM. Donc c'était prévu ! Si ça vous a échappé, c'est que vous n'êtes pas assez bon, tout simplement pig

THIS, de Glen Morgan, est un bon épisode, qui permet au co-créateur des Lone Gunmen et de Gorge Profonde de se les réapproprier quelque peu. La démarche ne pouvait pas être plus légitime. 25 ans après avoir révélé le prénom du premier informateur de Mulder, Glen nous donne son nom de famille. La boucle est bouclée.

Avec Plus One, le troisième épisode, CC nous ressert encore et toujours sa fixation habituelle sur les doppelganger (il est incapable de ne pas en mettre), sauf que cette fois, ça marche. Ce n'est pas le génie de Triangle mais c'est bien mieux que Double ou Babylon et contrairement à ce dernier, Plus One a le bon gout de rendre ses doppelgangers inoffensifs pour la suite de l'intrigue.
Mention spéciale à Karin Konovan et ses diverses interprétations au cours dudit épisode. Le X-phile la retrouve toujours avec plaisir. Elle est géniale.

Citation :
Très intéressant comme toujours.

Merci.

_________________
http://www.tvore.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5996
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Réouverture des X-Files   Ven 26 Jan - 12:10


X-Files saison 11 : partie 3
Et Darin Morgan signa un nouveau chef d’œuvre




Episode 11x04 : "The Lost Art of Forehead Sweat"

Et de 8.
8 histoires signées au cours de sa carrière, quasiment exclusives à la 1013. On a brièvement aperçu Darin Morgan sur quelques autres show, mais seuls Chris Carter, son frère Glen et Frank Spotnitz savent lui donner l'espace d'expression dont il a besoin pour faire éclater son talent.
8 histoires donc. 8 bijoux. 2 pour MillenniuM, 6 pour X-Files. 100% de réussite. En additionnant toutes les moyennes des notes de tous les épisodes de X-Files, il arrive largement en tête.
Il est le meilleur. La poule aux œufs d'or. On le sait, la 1013 est une machine à générer des talents. Le monde peut dorénavant profiter du talent de Vince Gilligan par exemple, pur enfant de la 1013, sans passer par X-Files. Mais pour Darin... pas le choix. Impossible de griller les étapes dans la culture sériephile, il faut impérativement passer par X-Files ou MillenniuM pour s'imprégner de son génie. Darin est un des ingrédients miracle qui rend incontournable la popote X-Files, encore aujourd'hui, malgré les centaines d'autres séries qui ont pris la relève.
L'intelligence de Chris Carter a été de repousser très tôt les limites de son show pour éviter tout emprisonnement dans des codes répétitifs. Intégrant les qualités de l'anthologie au sériel dès la saison 2 en permettant à Darin de signer le pertinent Humbug. Chris offrait les clefs de chez lui à quiconque saurait produire une nouvelle déco de qualité. Ca a bien évidemment marché, permettant à la saga de vivre de belles années en retardant l’essoufflement, qui viendra d'ailleurs de son arc principal, non des loners. De nombreux autres épisodes singuliers suivront, mais c'est Darin qui ouvrit la voie et qui signa les plus percutants. Il est de fait extrêmement satisfaisant de se dire que 2 décennies plus tard, c'est probablement lui qui clôturera cet aspect identitaire du show. Une nouvelle boucle bouclée.

Dans The Lost Art of Forehead Sweat, Darin s'intéresse à l'effet Mandela, et s'en sert judicieusement pour interpeler le fan sur sa vision de la série. Il revisite ainsi avec le spectateur des moments clefs de la saga, jouant sur le regard que nous portons aujourd'hui. Mention spéciale à quelques détournements, notamment le rebondissement raté et hilarant des chats tueurs de l'épisode de la saison 3 Teso Dos Bichos, mais également et surtout, summum du plaisir, une refonte de la scène de Small Potatoes où le Darin Morgan scénariste décide purement et simplement de... tirer sur le Darin Morgan acteur. J'aurais tellement voulu être une petite souris à ce moment là pour me trouver dans le salon de Vince Gilligan au moment où il a regardé cette scène. Je suis sur qu'il en rigole encore et qu'il va y répondre par un moyen détourné dans une saison prochaine de Better Call Saul. Rappelons au passage que Vince l'avait déjà fait en faisant passer un insecte sur l'écran au cours de la saison 2 de sa série, clin d’œil direct au Darin Morgan War of the coprophages.
Il est important de noter, à ce point du compte-rendu, l'intelligence avec laquelle Darin a intégré l'effet Mandela à l'univers des X-Files en se servant de son nouveau personnage Reggie. Dans l'épisode Unusual Suspect, Mulder était au téléphone avec un certain Reggie justement. Il s'agissait d'une allusion à son ancien mentor Reggie Purdue. Darin détournera habilement cette référence pour en générer une nouvelle et lier cette conversation à son personnage. De surcroit, dans l'épisode THIS écrit par son frère Glen Morgan, Mulder et Scully découvrent des fichiers liés aux X-Files. Les frères y avaient intégré, en prévision, une photo de Reggie et le fait qu'il appartenait bien aux X-Files, poussant encore davantage la thématique de l'effet Mandela et du souvenir.

Mais dire que The Lost Art of Forehead Sweat n'est destiné qu'aux fans serait faux. Ce n'est que le haut de l'iceberg. L'épisode regorge de nombreuses richesses satiriques, usant de l'effet Mandela pour porter sur la société d'aujourd'hui un regard percutant de finesse, rendant la définition faite de l'avenir de l'homme à la fin de Humbug, 25 ans auparavant, quasi-prophétique.

Ce n'est pas le meilleur Darin Morgan, mais c'est ce que la télévision publique produit de mieux. Assurément et de loin. Le premier épisode de la saison 11 à convaincre de bout en bout.

A voir et revoir.

Et pendant ce temps, des spectateurs continuent de se rendre compte que Chucky de Plus One était joué par Karin Konovan et on ne peut que se régaler de leurs réactions :

https://twitter.com/KarinKonoval/status/953744941326393344

_________________
http://www.tvore.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5996
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Réouverture des X-Files   Ven 23 Mar - 11:24

X-Files saison 11 : partie 4
Une bonne équipe pour un mauvais showrunner


Un teletubbies de ouf face à un enfant nourri aux personnages télévisuels flippant. Ca m'a rappelé moi devant Téléchat. Génial.

S'il faut retenir quelque chose de cette saison 11, c'est sans contestation possible le talentueux travail des nouveaux venus, porté par le seul ancien qui travaille encore pour ce qu'est X-Files : James Wong. Dans cette joyeuse leçon karmique où la jeunesse offre le meilleur là où les vieux se bornent à se penser compétents, l'anthologie est le maître mot qui sauve la saison, du moins en partie.

Ghouli

Segment semi-mythologique écrit par le salué James Wong, il s'agit probablement du mieux réussi et du seul fondamentalement honnête avec l'histoire du show. Alors que les autres anciens mettaient X-Files à leur service, James Wong donne l'exemple en se mettant au service d'X-Files, donnant naissance au segment le plus juste. Fini les prises en parking souterrain, l'équipe s'offre en outre un lieu de tournage magnifique au travers de cette épave à l'esthétique bluffante.
Le scénario est bien ficelé et James Wong réussi le tour de force de rendre intéressant le segment mythologique qui l'était le moins. Enfin, les dernières minutes sont une conclusion parfaite au personnage de Scully et à la culpabilité réveillée lors de l'épisode Home Again de la saison 10. Une boucle finement bouclée que Chris Carter violera en fin de saison.

S'il n'y a qu'un seul épisode mythologique à retenir du Revival, c'est celui-là.

Kitten
Centré sur Skinner, cet épisode à l'ancienne porté par des petits nouveaux fait quelques faux-pas, notamment sur son montage, mais demeure agréable dans sa volonté d'utiliser les vieilles recettes. Un épisode bien plus X-Files que ce que les vieux ont proposé jusqu'alors. Du vieux par du neuf qui s'assume dans sa quasi globalité.

Rm9sbG93ZXJz

Un épisode conceptuel né d'une volonté et d'un regard intéressant. Traité de la quatrième blessure narcissique de l'humanité est un sujet qui me passionne et qui est bienvenu.
C'est tout.
L'épisode survole le thème sans jamais l'aborder vraiment. Il ne va jamais au bout des choses. Pire, il travesti Mulder et Scully, déjà bien éprouvés, en victimes de la mode technologique.

Une bon thème pour une exécution déplorable.

Familiar
Un vrai épisode d'X-Files. Enfin. Et encore une fois porté à bout de bras par des nouveaux venus. Son scénariste, le jeune Benjamin Van Allen, à tout compris.
Une enquête, une vraie. Des enquêteurs qui enquêtent. Des habitants qui vivent. Ca parait normal et pourtant il a fallu attendre si longtemps pour y avoir droit.

Comme je l'écrivais sur LVEI :
Ca paraît fou de se dire que la norme est devenue l'exception.
Le tout sert une sémantique intéressante, rappelant l'essentialité des lois et des jugements objectifs, opposé intelligemment aux chasses aux sorcières modernes. L'épisode montre par l'exemple que la peine de mort rend impossible toute réparation de bévue, apanage de la condition humaine. Badinter n'aurait rien eu à y redire.
Le dernier acte, plus faible et frôlant la série B, ne gâche néanmoins pas le plaisir du tout. On regrette simplement qu'il n'ait pas choisi d'en montrer moins pour en sous-entendre plus.

Familiar est une ode avouée et bienvenue pour le X-Files des années 90, porté par un auteur qui a tout compris. Que les vieux en prennent de la graine.

Très efficace !

_________________
http://www.tvore.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5996
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 35
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Réouverture des X-Files   Mer 11 Avr - 7:28

X-Files saison 11 : partie 5
10 minutes suffisent pour écraser tout espoir


Nothing Lasts Forever
Pour le dernier loner de la saison, la série décide de renouer avec son pan gore des loners. Dans la lignée de Sanguinarium, cet épisode, écrit par Karen Nielsen, rempli à peu près tout son contrat, pour peu que l'on accepte les règles du genre. Si le déroulement des événements se veut lacunaire et l'enquête grossière, les scènes d'horreur fonctionnent grâce à une réa propre de James Wong et à un sacré boulot côté chefs décorateurs. Point de numérique, que du bien gore fabrication artisanale, et ça ça n'a pas de prix.
Mais le point le plus positif de l'épisode revient au duo Mulder et Scully, respecté et compris par une scénariste compétente qui leur offre des lignes de dialogue d'une rare justesse cette saison. La dernière scène fonctionne à merveille et transmet une vive émotion.

Bravo Karen Nielsen, bravo James Wong, vous avez tout compris à X-Files.

My Struggle IV
Malheureusement il y a bien un épisode après Nothing Lasts Forever. On le craignait tous. A juste titre. Ecrit et réalisé par CC, cet épisode ne raconte rien. Il tourne à vide et est une redite du X-files de l'an 2000. Les pseudos rebondissements qui s'y déroulent ont déjà tous eu lieu 18 ans avant au cours de la saison 7. C'est d'un ridicule triste. CC pourrait être le plus grand troll du monde si ses interviews ne révélaient pas si aisément son manque de lucidité. Lorsque Anne Simon lui avait transmis tout le bien que nous avions pensé de Ghouli, il avait répondu "Attendez de voir le season finale !". Hum, comment dire. A ce moment là on avait tous deviné qu'il allait tout salopé le travail de James Wong.
Car c'est bien là le problème. Si My Struggle IV avait été un simple mauvais épisode, ma foi, ça n'aurait pas été si grave. On aurait pu l'oublier. Mais les 10 dernières minutes de l'épisode, on ne peut que composer avec. Elles vont rester gravées dans le marbre. Un nouveau saut de requin pour la série.

Avec Duane Barry, CC avait 10 ans d'avance sur son époque. Un génie des temps modernes. Avec My Struggle IV, il a 20 ans de retard. Coincé dans une boucle temporelle le forçant à revivre sans cesse l'an 2000, CC entraîne X-Files avec lui. Triple dommage quand on voit le superbe travail mené par la quasi-totalité du reste de l'équipe, et plus particulièrement les nouveaux qui portent la série à bout de bras. Mais également triple dommage pour lui, parce que CC est un grand monsieur. Le premier au monde a réaliser des séries avec un label écologique aussi avancé, un homme fidèle, un lanceur de talent, un donneur de chance ! C'est tout le drame du monsieur. Par son pire, il gâche l'image de son meilleur. CC est un visionnaire sénile qui ne sait plus passer le flambeau.

Censure sur M6
Et pour poursuivre sur le registre de la tristesse, la diffusion française est encore plus guignolesque que la dernière fois ! Episodes dans le désordre, censuré, recadré... c'était déjà moche dans les années 90, alors en 2018 c'est au delà de la ringardise. Ce n'est même pas regardable. Il est plus que grand temps que la télévision française et les lol bons penseurs redéfinissent les règles de censure s'ils espèrent encore sauver le petit écran. Dans un monde où n'importe quel ado peut arriver sur youporn en 3 clics, sacrifier X-Files sur l'autel sanglant des prétoriens de famille de France and co, c'est une fausse solution.

_________________
http://www.tvore.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4771
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 33
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Réouverture des X-Files   Mer 11 Avr - 8:04

Bigre. Cette saison avait l'air émotionnellement complexe, si je puis dire ?

A défaut d'avoir su reconquérir le petit écran, on a l'impression qu'X-Files est devenu un monstre de Frankenstein fascinant.
Du moins c'est ce qu'il en ressort quand je lis tes résumés. Je trouve ça presque plus intéressant que de voir la série moi même car bien que je ne pense pas que l'expérience soit déplaisante, j'ai l'impression que sans avoir revu les anciennes, il va me manquer des clefs d'analyse.

Et je l'ai déjà dit au dessus, mais j'adore la façon dont tu as découpé ton avis (presque le même que pour FFXV). Il permet pas mal de nuances qui, je trouve, ne transparaissait pas toujours à l'époque. Je pense par exemple à ton avis sur la saison 10 qui paraissait beaucoup plus partial (l'euphorie du retour jouait peut-être aussi), et qui donnait l'impression qu'X-Files était relativement intouchable malgré quelques errances.

Maintenant, il est aussi possible que la saison 10 était finalement mieux équilibrée que la dernière en date ? Même si la onzième semble avoir eu de vrais coups de génies (je pense à ton avis sur Ghouli), à te lire, l'ensemble parait moins cohérent en terme de qualité.

Du coup, que retirer de cette saison et du retour d'X-Files ? Est-ce que CC ne ferait pas mieux de donner les rênes et se contenter de donner les grandes lignes à suivre ?
Et quid de la suite ? J'ai lu un peu tout et son contraire. Il ne se voit pas continuer sans Gillian Anderson, mais finalement peut-être que si ? Difficile de démêler le vrai du faux.

Bref, je ne sais pas ce que valent vraiment les épisodes. Mais ce qui entoure la série est passionnant.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jack Anderson
Expérience ratée de Diol


Messages : 1
Date d'inscription : 11/04/2018

MessageSujet: Re: Réouverture des X-Files   Mer 11 Avr - 9:16

Gruic a écrit:
X-Files saison 11 : partie 5
10 minutes suffisent pour écraser tout espoir


Nothing Lasts Forever
Pour le dernier loner de la saison, la série décide de renouer avec son pan gore des loners. Dans la lignée de Sanguinarium, cet épisode, écrit par Karen Nielsen, rempli à peu près tout son contrat, pour peu que l'on accepte les règles du genre. Si le déroulement des événements se veut lacunaire et l'enquête grossière, les scènes d'horreur fonctionnent grâce à une réa propre de James Wong et à un sacré boulot côté chefs décorateurs. Point de numérique, que du bien gore fabrication artisanale, et ça ça n'a pas de prix.
Mais le point le plus positif de l'épisode revient au duo Mulder et Scully, respecté et compris par une scénariste compétente qui leur offre des lignes de dialogue d'une rare justesse cette saison. La dernière scène fonctionne à merveille et transmet une vive émotion.

Bravo Karen Nielsen, bravo James Wong, vous avez tout compris à X-Files.

My Struggle IV
Malheureusement il y a bien un épisode après Nothing Lasts Forever. On le craignait tous. A juste titre. Ecrit et réalisé par CC, cet épisode ne raconte rien. Il tourne à vide et est une redite du X-files de l'an 2000. Les pseudos rebondissements qui s'y déroulent ont déjà tous eu lieu 18 ans avant au cours de la saison 7. C'est d'un ridicule triste. CC pourrait être le plus grand troll du monde si ses interviews ne révélaient pas si aisément son manque de lucidité. Lorsque Anne Simon lui avait transmis tout le bien que nous avions pensé de Ghouli, il avait répondu "Attendez de voir le season finale !". Hum, comment dire. A ce moment là on avait tous deviné qu'il allait tout salopé le travail de James Wong.
Car c'est bien là le problème. Si My Struggle IV avait été un simple mauvais épisode, ma foi, ça n'aurait pas été si grave. On aurait pu l'oublier. Mais les 10 dernières minutes de l'épisode, on ne peut que composer avec. Elles vont rester gravées dans le marbre. Un nouveau saut de requin pour la série.

Avec Duane Barry, CC avait 10 ans d'avance sur son époque. Un génie des temps modernes. Avec My Struggle IV, il a 20 ans de retard. Coincé dans une boucle temporelle le forçant à revivre sans cesse l'an 2000, CC entraîne X-Files avec lui. Triple dommage quand on voit le superbe travail mené par la quasi-totalité du reste de l'équipe, et plus particulièrement les nouveaux qui portent la série à bout de bras. Mais également triple dommage pour lui, parce que CC est un grand monsieur. Le premier au monde a réaliser des séries avec un label écologique aussi avancé, un homme fidèle, un lanceur de talent, un donneur de chance ! C'est tout le drame du monsieur. Par son pire, il gâche l'image de son meilleur. CC est un visionnaire sénile qui ne sait plus passer le flambeau.

Censure sur M6
Et pour poursuivre sur le registre de la tristesse, la diffusion française est encore plus guignolesque que la dernière fois ! Episodes dans le désordre, censuré, recadré... c'était déjà moche dans les années 90, alors en 2018 c'est au delà de la ringardise. Ce n'est même pas regardable. Il est plus que grand temps que la télévision française et les lol bons penseurs redéfinissent les règles de censure s'ils espèrent encore sauver le petit écran. Dans un monde où n'importe quel ado peut arriver sur youporn en 3 clics, sacrifier X-Files sur l'autel sanglant des prétoriens de famille de France and co, c'est une fausse solution.

(Bonjour, je m'appelle Jack et je suis un petit nouveau sur ce forum. elephant)

Je signe mot pour mot ce que tu mentionnes. Et c'est très triste.

En travaillant moins, Chris Carter aurait facilement pu garder son statut d'artiste culte. X-Files et MillenniuM se suffisaient à elles-mêmes pour la création d'une vie. Mais le passage à l'an 2000 a soudain sonné le glas de son aura. Et soudain, les chemins de travers qu'il a pris n'emmenaient plus nulle part. On aurait pu imaginer que la saison 10 aurait été un retour en arrière. Et dans une certaine mesure, il l'a été (quid des supersoldats ?). Mais il a reculé pour mieux sauter de nouveaux requins encore plus dangereux. Dana Scully enceinte pose trois problèmes essentiels. L'un, c'est du réchauffé, une ficelle déjà utilisée et normalement interdite pour tout auteur qui se respecte. Pour la seconde, cela va à l'encontre de la supposée maturité des personnages de Mulder et Scully, qui pourtant agissent comme des adolescents bien moins matures que lorsqu'ils avaient la trentaine. Enfin, le personnage ayant 54 ans et plus d'ovaire, cela est physiquement impossible.
Et j'en viens avec celle belle transition aux interviews surréalistes de Chris Carter. Il justifie tout, rationalise tout et explique à qui veut l'entendre (c'est à dire plus personne), que son travail est fantastique. Il répète à l'envie qu'il y a, je cite, "encore pleins de nouvelles histoires à raconter" ("there are more stories to tell"). Mais au lieu justement de proposer du neuf, il nous réécrit au mot près des histoires du siècle passé. Scully est enceinte, l'Homme à la cigarette meurt, le bureau des affaires non-classées est fermé. Bref, tout ça manque de sérieux. L'une des composante de l'art, c'est le travail. Et dans ce cas précis, soit Chris Carter ne fait pas le travail, soit il n'en a plus les capacités. Mon avis personnel est que la vérité est entre les deux. Mais la vérité est ailleurs...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Réouverture des X-Files   

Revenir en haut Aller en bas
 
Réouverture des X-Files
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Ouverture facile
» Ouverture des rayons Noël à Londres
» "Maîtriser le Canon EOS 5D Mk II" en avant-première : choisir l'ouverture du diaphragme
» Ouverture de Neogaming
» ouverture d' un mur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Slayers Evolution-R :: Les héritiers de Lei Magnus :: Les autres univers-
Sauter vers: