AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5762
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    Jeu 22 Déc - 15:39

Slayers Special 1
Deuxième histoire

La vengeuse



Traduit du japonais à l’anglais par Fighting Dreamers Scanlation
https://fightingdreamersscanlations.wordpress.com/


Traduit de l’anglais par Merlock pour le site Slayers Evolution-R.
http://slayersevolutionr.free.fr/
Relecteur français : Liclic
Edition et présentation : Gruic

Présentation : Cette histoire est la deuxième aventure écrite autour du personnage de Lina Inverse et pré-publiée en 1990. Elle fait suite au Prince de Saillune, également traduite intégralement par nos soins et consultable dans cette rubrique du forum. Outre les illustrations classiques conservées dans le tome relié, notre version regroupe en outre les illustrations de la version pilote présentée aux éditeurs ainsi que les illustrations exclusives à la pré-publication pour une expérience la plus complète possible.
Vous remarquerez en cours de lecture que Canny est dite blonde par Lina mais dessinée brune sur les illustrations de Araizumi. Le texte original faisant bien mention du blond, il s'agit une nouvelle fois d'une liberté prise par l'illustrateur.
Veuillez noter également que Kanzaka reviendra sur quelques points de background ensuite, notamment sur les sorts de téléportation.

Bonne lecture.


--------

Ce fut la définition même de l’attaque surprise.

- Lina Inverse, prépare-toi à mouriiir !!

- Héééé !!!

Je m’étais jetée en arrière, tandis que le fer d’un épieu pointait droit vers mon nez.

« Qu… que… que… ? »

J’évitai de justesse de tomber, repris mon équilibre et bondis de ma chaise pour faire face à mon adversaire.
Je me trouvais alors dans un petit restaurant dans le bourg de Talis. Un client potentiel m’y avait amenée pour discuter autour d’un repas à propos d’un boulot possible. Mais à peine m’étais-je nommée que je fus soudainement attaquée par une fille qui, jusqu’à cet instant, s’était tenue assise juste à ma droite.

Au fait, si vous voulez savoir ce qu’il advint de l’homme qui m’accompagnait, sachez qu’il avait bondi de sa chaise avant de se précipiter vers la sortie. Je suppose qu’il ne voulait pas se retrouver impliqué dans une rixe potentiellement mortelle…

« Mais c’est quoi ton problème ? », hurlais-je.

Elle braqua ses yeux bleus, droit sur moi, et j’aurais pu jurer avoir vu des flammes danser au fond de ses prunelles. En tout cas, elle ne semblait pas être d’humeur à discuter.

- Silence ! Je suis là pour venger mon frère !!

Attends…! Quoi ?



Tout en esquivant ses attaques répétées, je m’étais précipitée hors du restaurant. Bon sang ! Je la maudissais en silence pour m’avoir interrompue au milieu de mon repas, avant de réaliser qu’au moins elle m’avait aussi évitée d’avoir eu à le payer. Vu sous cet angle, c’était génial !

Mais j’avais bien l’impression que, quelle que soit la façon dont on considérait la situation, celle-ci n’avait rien de géniale. Je me retrouvais dans une rue importante, illuminée par un soleil à son zénith, ce qui me rendait bien visible aux yeux des nombreux passants. Pour les villageois, je suppose qu’assister à une bagarre n’avait rien d’inhabituel, mais le spectacle d’une jeune fille brandissant un épieu tout en poursuivant dans la rue une belle et jeune dame, (votre servante, bien sûr, au cas où vous n’auriez pas saisi !) ne devait quand même pas être courant…



Naturellement, une guerrière et sorcière accomplie telle que moi aurait pu se débarrasser, en un éclair et sans trop d’effort, d’une adversaire de ce genre. Et, pour être honnête, j’avais déjà rencontré beaucoup de gens qui voulaient m’abattre dans le simple but de se faire une réputation. La plupart d’entre eux, toutefois, ont duré moins de temps en combat qu’il ne m’en faut généralement pour faire griller un adversaire. (D’accord, là je frime !)
Toutes les sorcières n’en feraient sans doute pas autant, mais… ouais ! Moi, j’aime bien agir dans le style « Je vais défoncer du méchant avec toute la puissance de mes sorts !! »

Oh je vous vois venir, vous les cœurs sensibles ! Arrêtez de faire cette tête ! Et pour votre gouverne, les droits humains élémentaires n’existent pas pour les criminels !
Ici, je pense aux vieux sournois qui s’en prennent aux innocents ou à leurs biens. Je pense aux tordus qui s’excitent plus à la vue du sang qu’à l’idée de faire trois repas par jour. Je pense aux voleurs ou aux berserkers… Rendez-vous compte que ces gars-là ne jugent même pas indigne d’eux de s’associer avec des gobelins puants ou avec des kobolds ! Non, mais qu’est-ce qu’il vous faut de plus, bon sang !?

Ici, toutefois, c’était un peu différent. Nous étions à l’extérieur, en plein milieu des gens, et cette fille semblait vraiment avoir promu la tâche de « venger son frère » au rang de mission sacrée. Je passais en revue mes sorts offensifs préférés, mais je ne pouvais décemment pas les utiliser ici. Mon indulgence me surprendra toujours !

N’importe quelle sorcière ayant esquivé de peu une attaque dirigée contre son nez aurait immédiatement paniqué et expédié un sort offensif. On pouvait même imaginer, en pareil cas, l’envoi en express d’une boule de feu.

Ou peut-être pas…

Mais peu importait, en fait, car, bien que je ne me défendisse pas, elle persistait à vouloir m’embrocher avec son arme.

- Arrête de fuir et affronte ton destin !, hurla-t-elle.

- Et toi, arrête tes conneries !

Je fuyais. Elle suivait. Le fer de son épieu fendait l’air, de vieux messieurs en tombaient à la renverse, le bétail ruait et commençait à paniquer… Je suppose que pour les passants, cela devait donner un spectacle très amusant, du genre qu’on n’était pas prêts de revoir. Seulement, moi qui étais l’objet de tout ce ramdam, je n’étais pas vraiment en mesure d’apprécier…

Arrivée en face d’un magasin d’antiquités, je murmurais une incantation. Empoignant un petit couteau au fond de mon sac, je me ruai dans la première rue à droite. La fille tourna au coin pour me suivre puis s’arrêta net. La raison était que j’avais fait volte-face et que je l’attendais, brandissant le couteau dans ma main droite. Je guettai le bon moment en visant soigneusement pour ne pas toucher la fille par erreur, car c’était son ombre sur le sol que je voulais atteindre. Puis mon couteau fendit l’air et se planta droit dans sa cible ! Ma poursuivante fut instantanément immobilisée...

« Outch! », fit-elle. Ses muscles se crispèrent et des gouttes de sueur apparurent sur son front. Mais, quels que fussent ses efforts, elle demeurait incapable de bouger.

« N’y pense même pas ! » J’avais dit cela sur un ton outrageusement décontracté, avant de reprendre : « J’ai utilisé un sort de Shadow snap… c’est un de mes petits trucs pour immobiliser un adversaire à partir du plan astral. Ce n’est pas mon meilleur tour mais je ne voulais pas user de la force contre toi. »

Shadow snap était un petit un sort bien pratique. Voyez-vous, contrairement à ceux que j’utilisais ordinairement, il n’était pas vraiment du genre tape-à-l’œil. Par contre, il avait le gros avantage d'être plutôt sous-estimé ! Comme son nom l’indique, il ne fonctionne que contre les ombres et si le ciel s’était soudainement couvert, le sort aurait immédiatement cessé de faire effet. Il fallait bien reconnaître que c’était un défaut vraiment pathétique.

- Bon, hé bien… Que dirais-tu de m’expliquer lentement et calmement ce qu'il se passe, exactement ?

- Qu’est-ce que vous vous imaginez !? Que vous l'expliquer nous mènera à quoi que ce soit ?!, hurla-t-elle.

La fille… enfin, en fait c’était plutôt une jeune femme un peu plus âgée que moi, peut-être de dix-sept ou dix-huit ans. En tout cas, elle devait avoir le même âge que ma sœur restée à la maison. Ses cheveux étaient blonds, coupés courts, et elle était bien trop jolie pour être une guerrière. Pourtant, elle était vêtue d’un plastron blanc et or, comme pour aller à la bataille, et elle tenait un long épieu. Bien qu’elle fût paralysée, elle pouvait toujours parler. C’était logique, d’ailleurs, puisque ce sort avait été conçu précisément pour mener des interrogatoires.

- Ne me dites pas que vous avez oublié ce qui s’est passé il y a six mois !

- Il y a six mois, tu dis ?

J’essayais de rassembler mes souvenirs. Tout ce dont je pouvais me rappeler de ces six derniers mois, c’était une succession de jours paisibles et monotones au cours desquels j’avais écrasé sans distinction des bandes de brigands, mais aussi durant lesquels j’avais si souvent éprouvé un profond ennui… Il me vint aussi que j’avais engueulé un dragon bleu, que j’avais eu la nostalgie de ma ville natale et que j’avais lancé des Dragons slaves sans raison, simplement pour me sentir mieux… Mais… Quelqu’un qui aurait voulu se venger de moi ? Je ne voyais vraiment pas… Enfin, si ! Je pouvais effectivement imaginer pourquoi on pourrait en vouloir à ma vie, mais… je doutais vraiment d’avoir fait du mal à quelqu’un d’assez respectable pour avoir eu des proches voulant le venger…

- Attends voir… Est-ce que ce frère était un bandit, quelque chose comme ça ?

- Non, pas du tout ! C’était un fermier !

- Eh bien, dans ce cas, ça doit être un malentendu…

- Ce n’est certainement pas un malentendu ! Il était parfaitement clair que…

« Dégagez, dégagez, dégagez ! » Les cris retentissaient en continu à travers la place, au milieu d’un tintamarre de grincements et de cliquetis. En tournant la tête, j’aperçus de nombreux soldats sur des chariots qui fonçaient droit sur moi. Peut-être même transportaient-ils quelque précieuse cargaison ?

« Ne traînez pas au milieu de la place ! Vous êtes dans le chemin, vous êtes dans le chemin ! Dégagez la route !! », hurlait le cocher.

Oh ! Maintenant qu’il en parlait, je me rendis compte que nous nous trouvions effectivement en plein milieu d’une grande rue passante. C’est alors que les chariots me dépassèrent à grande vitesse. Bon sang, ils étaient vraiment pressés !

« Hé arrêtez ! », hurla la fille au même moment.

Oups ! Je me rappelais soudain ! Était-elle toujours sous l’effet du Shadow snap ? Prise de panique, je me tournais vers elle…
Mais je suppose que je ne fus pas assez rapide…

Il y eu un choc violent.

Ouais ! Il y avait de quoi être choquée…



***

« Ngh…nnnn…. », bredouilla la fille quand elle reprit enfin conscience. Dehors, la nuit était tombée. J’avais loué une chambre dans une auberge, l’y avais portée et avais soigné ses blessures. Comme je ne voulais évidemment pas prendre le risque qu’elle se réveillât et qu’elle se mît de nouveau en rage contre moi, j’avais allumé les lampes et relancé un sort de Shadow snap. Et tant pis si c’était un peu répétitif…

« Bon, je vois que tu es réveillée. », dis-je sur un ton aussi aimable que possible. J’aurais pourtant préféré dire quelque chose comme « Ooh ! La puissante petite guerrière se réveille de son gros dodo ? Ha, ha, ha, ha ! » Mais dans ce cas, je n’aurais pas mieux valu que toutes ces sorcières maléfiques qui traînent un peu partout…

L’espace d’un instant, elle donna l’impression de vouloir pleurer mais peut-être avait-elle également suffisamment repris ses esprits pour réaliser la situation dans laquelle elle se trouvait. Pour toute réponse, elle se contenta de me fixer du regard.

À mon tour, je la regardais droit dans les yeux. Avoir l’air ferme est le meilleur moyen de mettre du poids dans vos paroles. Qu’importent les mots employés si vous baissez les yeux en les prononçant, car, dans ce cas, tout ce que vous pourrez dire n’aura aucun effet.

Un air ferme et un regard sévère sont la meilleure façon pour bien se faire entendre.

- Bien, concernant ce qui s’est passé aujourd’hui, je pense qu’il doit y avoir une erreur. Je pense que nous pouvons en discuter pour la dissiper. Si tu veux bien. Alors fais-moi confiance et raconte-moi exactement ce qui est arrivé.

Pourtant, elle me considéra avec froideur.

- Oooh… alors vous ! Vous immobilisez quelqu’un à l’aide d’un sort à la noix et ensuite vous avez le culot de lui demander de vous faire confiance !?



Là, c’était un argument valable. Ce genre de traitement ne pouvait que me faire perdre en crédibilité, aussi pures qu’avaient pu être initialement mes intentions.

- Au fait, surtout ne t’excuse pas pour l’agression de tout à l’heure. Ça ne m’a pas du tout dérangée…

- Ohhhh !

Pour l’une ou l’autre raison, son visage prit un air vraiment mauvais alors que j’essayais d’éluder le problème.

***

Sa version de l’histoire était que, six mois auparavant, un sorcier avait tué son frère, puis s’était présenté sous mon nom. Évidemment, je n’avais pas le moindre souvenir d’avoir commis une telle chose. Pour commencer, je n’étais jamais allée sur les lieux du crime, à savoir son village. Quant à elle, je n’avais tout simplement jamais entendu prononcer son nom auparavant.

C’était un coup monté !!

Quand quelqu’un commet un jour un acte quelconque en se prévalant de mon nom, il s’agit généralement de quelqu’un qui, premièrement, n’est pas moi et, deuxièmement, a fait quelque chose de mal.
Cette histoire de « vengeance » reposait sûrement sur une usurpation d’identité. Pour moi, c’était parfaitement clair, mais il n’était pas aussi simple de le lui faire comprendre…

- Vous pouvez raconter ce que vous voulez, mais vous avez été parfaitement claire à ce sujet! Alors que vous vous teniez au-dessus du cadavre de mon frère, vous m’avez dit « Mon nom est Lina Inverse. Si tu veux venger ton frère, eh bien, essaye toujours de m’attraper, sinon tu subiras le même sort que lui ». Voilà, ce que vous avez dit !

- Et, encore une fois, je n’ai jamais rien dit de tel ! Ce n’était pas moi !! Mais au fait, tu prétends que c’était moi-même qui t’aurais dit ça… Est-ce à dire que tu as vu la personne qui a tué ton frère ?

- Évidemment !

Elle me regarda bien en face. « Elle avait de long cheveux noirs », commença-t-elle. D’accord, j’ai aussi les cheveux longs, mais ils sont bruns… « Elle portait un long manteau noir », continua-t-elle. Oui, bon ! Tous les sorciers en portent. « Et elle portait un crâne de bélier sur la tête ». Alors là, ce n’était clairement pas moi, même si je porte un bandana ! « Elle était aussi un homme très grand ».
Hé attend une minute, ma jolie!

Je la toisais d’un air sévère, elle m’examina en retour.

- Euh… maintenant que j’y pense, vous ne lui ressemblez pas du tout…

- Non mais, sérieusement, tu pensais à quoi, là ?

- Je pensais à pas mal de choses, murmura-t-elle.

Je me pris la tête à deux mains.

- Arrrgh! D’abord je tombe sur ce zigoto prétendument pacifiste et maintenant sur toi. Pourquoi est-ce que j’attire toujours ce genre de cinglés !?

- Qui se ressemble…

- La ferme !! Ô dieux… Enfin, peu importe ! Je pense qu’il est maintenant clair que ce n’est pas moi qui ai tué ton frère.

- Oui, je le crois aussi… désolée.

Ses excuses sonnaient étonnamment faiblardes…

***

La question de mon identité étant réglée, la fille se retourna sur le lit, dont on ne pouvait pas dire que c’était celui d’une chambre de luxe… L’air perplexe, elle commença à émettre de drôle de cliquetis de la langue tout en agitant les mains.

- Maintenant que j’y pense, justement…, commença-t-elle, « J'ai aperçu, dans cette ville, un sorcier portant un crâne de bélier en guise de casque. Je l’ai vu hier ».

- Dans cette ville-ci ?

-Oui. J’ai trouvé ça un peu étrange… C’était quoi son nom, déjà? Rown… ou quelque chose comme ça. Oh, laissez! Je dois sans doute encore me tromper… Mais en y réfléchissant, et sachant ce que je sais maintenant, cet homme avait l’air suspect, c’est sûr.

« Même sans savoir ce que tu sais maintenant, cet homme aurait eu l’air totalement suspect ! » Voilà ce que j’avais envie de lui hurler ! Surtout avec le coup du « crâne de bélier en guise de casque. »

Mais bon sang, c’était quoi cette histoire ?

Parce qu’en essayant d’imaginer le genre de personnes qui oseraient porter un crâne de bélier en guise de casque, je ne voyais guère que le Grand Prêtre Maléfique typique. S’attifer comme ça revenait à peu près à grimper sur une estrade en brandissant un écriteau où l’on aurait inscrit « Attention ! Individu suspect !».

Je commençais à avoir mal à la tête et, me posais les mains sur les tempes.

- Peu importe. On le cherchera demain; en attendant, allons nous coucher.

- Bonne idée.

Toutefois, à cet instant, je n’avais pas remarqué, idiote que j’étais, que je m’étais laissée embarquer dans une drôle histoire.

Merci de ne pas rire.

***

Le lendemain, je retrouvais tout de suite l’homme en question. J’avais demandé à la ronde si quelqu’un avait aperçu un drôle de bonhomme portant un crâne de bélier en guise de casque et qui se serait baladé dans les environs… J’obtins une réponse de la deuxième personne à laquelle je m’étais adressée.

- On dirait bien que tu vas bientôt pouvoir venger ton frère. Au fait… C’est quoi ton nom, déjà ?

Nous descendions une rue pavée de blanc et cernée de maisons crasseuses, lorsque je m’avisais de lui poser la question. La soirée d’hier soir avait été si mouvementée que j’avais oublié de lui demander.

- Mon nom est Canny. Elle me tendit machinalement sa main droite.

Hé là ! Un instant ! Elle n’était pas censée être une guerrière ? Je lui serrai la main, mais m’interrogeais néanmoins. Même un Guerrier débutant n’offrirait pas de bonne grâce sa main forte à un ennemi potentiel. Ou alors est-ce qu’elle me faisait déjà confiance à ce point ou quelque chose comme ça ?

Même si je suis techniquement une sorcière ET une guerrière, je dois bien avouer que je me situais plutôt dans la partie sorcellerie du lot. Mais je ne me sentais pas particulièrement menacée par une simple poignée de main.

Canny cria soudain: « Là ! C’est lui ! » En levant les yeux j’aperçus notre homme tourner au coin d’une rue et disparaître.

« On y va ! » Je n’eus pas le temps d’achever, elle s’était déjà précipitée et criait :

- Hé vous, le type bizarre, restez où vous êtes !

En l’entendant, l’homme s’arrêta et se tourna vers elle. Il me paraissait familier. Il devait avoir la petite trentaine et bien qu’il eût effectivement une étrange allure, il était fin avec des yeux sombres. Un type plutôt joli.

- C’est à moi que vous parlez ?



- Vous avez vu un autre type bizarre dans ce patelin ?

Je les rejoignis à ce moment-là. L’homme n’avait pas l’air très franc du collier.

Canny lui planta l’index dans la poitrine. « Mais peu vous importe ! Alors c’est vous, Lina Inverse !? »
Il y eut un bruit sourd, le genre de bruit que fait un objet en heurtant le sol ! C’était moi qui venais de tomber à la renverse !
Mais à quoi pense cette nana !?

- Non… Mon nom est Dilth.

- Oh… Au temps pour moi. Sur ce…

Je hurlais.

- Mais tu es idiote, ou quoi ?, puis me tournai vers l’homme. « Et vous ?, vous ne vous êtes pas battu contre le frère aîné de cette fille, il y a six mois ? »

- Dans le village de Vorune, au nord d’ici !, compléta-t-elle.

Je le vis plisser ses yeux charmants sous son casque en crâne de bélier.

- Ho-ho ! Je m’en souviens, maintenant. Je vois… Alors c’est vous la fille de la dernière fois… Je ne vous avais pas reconnue sous cet accoutrement de guerrière…

Canny hurla.

- Alors c’était bien vous! Je le savais !!

Elle le savait… Mon cul, oui !

L’homme continua :

- Alors vous m’avez poursuivi pour le venger, exactement comme je vous l’avais suggéré. Si seulement vous étiez restée à pleurer bien sagement à la maison comme une bonne petite fille, vous auriez peut-être survécu… En tout cas, je n’aurais jamais pensé que vous auriez osé vous lancer à ma recherche, moi le grand Sart Prazer…

- Attendez une minute! Vous n’avez pas dit, à l’instant, vous nommer Dilth ?

Notre déconcertant sorcier au nom indéterminé bomba le torse et éclata de rire.

- Ridicule! Moi, le grand Balf Luquas, sais que c’est un faux nom !

Hé, une minute. Il allait jusqu’à en oublier son propre nom ?

Reste que je voulais vraiment qu’il arrête de crâner au sujet de trucs qui ne menaient à rien et n’avaient ni queue ni tête. Je commençais vraiment à avoir honte d’avoir sérieusement envisagé de le combattre…

Pire encore, nous avions commencé à attirer une foule de curieux autour de nous. Ils murmuraient des « Oh, regarde, ce sont les deux filles d’hier » ou des « Oh dieux! Alors c’est tous les jours, maintenant…? »

Canny s’écria.

- Peu importe, je suis là pour venger mon frère ! Préparez-vous à mourir!

Le sorcier fit… un…

Un geste !

Il y eut un bruit sec!

SLAP!

La semelle de sa chaussure entra en contact direct avec le visage de Canny. La foule éclata de rire, je fis semblant de ne pas les connaître.
Pourtant, Canny tentait toujours de continuer le combat. «Ahh ! Yaah !», hurla-t-elle. Son épieu fendait l’air, elle flanquait des coups de pieds, tombait et, surtout, semblait piétiner sur place. «Yahaaa ! Yaah !!», s’époumonait-elle.

Peut-être bien qu’elle aurait mieux fait de rester à pleurer bien sagement à la maison, après tout.

Je dis ça et je ne dis rien…

Canny redevint soudain sérieuse et dit:

- Fais attention, il est vraiment doué !

- Nan, c’est toi qui es nulle !

- Merci de me le rappeler !

Tandis que nous nous disputions, le sorcier força un chariot de passage à s’arrêter. « Je ne comprends pas ce qui se passe et je ne veux pas le savoir », cria-t-il. Puis se tournant vers le conducteur, « Vous ! Laissez-moi monter ! Obéissez et je vous paierai ! Refusez et je vous tuerai sur-le-champ ! »

Terrifié, le conducteur gémit avant de fouetter son cheval. Le sorcier se tenait sur le chariot, les mains plantées sur les hanches; il cria dans notre direction « Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Si vous me voulez, eh bien essayez toujours de m’attraper ! »

Si vous voulez tout savoir, cette posture ne lui donnait pas du tout la classe.

« Vous ne vous échapperez pas ! », hurla Canny. Elle se rua littéralement à la poursuite du chariot, sans même s’interroger sur sa capacité à suivre un cheval au galop.
Je la suivis, en murmurant une incantation.
Même s’il avait compris que Canny ne constituait pas une menace, notre sorcier avait dû comprendre que j’avais quelques pouvoirs même si je ne faisais que donner un coup de main. Dans le cas contraire, il n’aurait pas filé comme ça. Son plan était sans doute de me faire suffisamment courir à travers le village pour m’épuiser et me battre plus facilement ensuite.
Mais je n’avais pas l’intention de me laisser faire…
J’attrapai la main de Canny.

- Allons-y !

- Hein ?

- Ray Wing !

Et nous nous envolâmes.

***

« Arrrrrgh ! », fut le hurlement que poussa le sorcier. Dans la foule, les badauds poussaient des exclamations étonnées alors que nous les survolions. Et je ne pouvais pas leur en vouloir, ce n’est pas tous les jours qu’on peut voir une sorcière voler main dans la main avec une guerrière, et à pleine vitesse qui plus est !
On n’utilise plus beaucoup Ray Wing, de nos jours. C’est une magie en voie d’extinction. Il faut dire que compte tenu de la difficulté à l’apprendre, elle n’en vaut tout simplement pas la peine. Ce sort n’est pas aussi rapide qu’un sort de téléportation et, en cas d’urgence, comme une chute depuis un endroit très élevé par exemple, n’est pas plus utile que le sort « Levitation », lequel est facile à lancer et amplement suffisant.
Après tout, c’est rare d’entendre des histoires où l’on voit un sorcier lancer un puissant sort pour engager un combat aérien contre un griffon.
Pour être honnête, c’est pour une raison bien plus simple que j’avais appris ce sort : Quand j’étais encore à la maison, j’avais voulu épater ma grande sœur.
Mais, après que je me fus emmêlée dans l’incantation, c’est dans les pâtés qu’elle s’était retrouvée après avoir percuté le chariot du traiteur venu vendre ses produits au marché.... Deux jours de corvée de vaisselle pour le rembourser avaient laissé pas mal de rancœur à tout le monde.
Depuis ce jour, je n’avais plus utilisé ce sort.
Le sorcier hurla en direction du conducteur, le faisant accélérer.

- Yahaaaa !

- Vous n’irez nulle part !

Tout en criant cela, j’accélérai également mais en perdant légèrement de l’altitude. Le sort avait créé une barrière de vent tout autour de moi, c’est ainsi qu’il faisait se déplacer ses utilisateurs. Il fonctionnait de telle sorte que le lanceur du sort devait veiller à équilibrer le poids desdits utilisateurs, l’altitude et la vitesse de déplacement, tout en veillant à maintenir une parfaite synchronisation. Or, étant dans l’impossibilité de me débarrasser d’un certain bagage nommé Canny, si je voulais accélérer, j’étais obligée de compenser en diminuant l’altitude. Dans le cas contraire, le délicat équilibre qui maintenait le sort menaçait d’être rompu…

Nous volions maintenant à hauteur d’homme. Augmenter notre altitude aurait été bien trop dangereux. D’ailleurs, en y réfléchissant, j’entendais, venant de la direction de ma main droite, d'étranges bruits évoquant écrasements, concassages et frottements divers. Or, c’était par la main droite que je tenais Canny. J’espérais qu’elle était toujours en vie…



« Maudite ! », hurla le sorcier. Tout en farfouillant dans son sac, il commença à murmurer une incantation…

Le sifflement de la barrière de vent m’emplissait complètement les oreilles. Enfin… presque complètement. Disons que j’avais du mal à entendre son incantation, à cause de ce vent exceptionnellement puissant et bruyant…
Notre mystérieux et maléfique sorcier sans nom n’avait pas l’air irresponsable au point de lancer un sort puissant au beau milieu de la place d’une petite ville…

Du moins je l’espérais.

La terre se mit à trembler.

La chose que le sorcier avait invoquée était la cause du tremblement de terre. Ça ressemblait à un humain de grande taille.

Un golem de boue ?

C’était un sort assez amusant. Il l’avait sans doute choisi en supposant que l’utilisation du sort de Ray Wing me liait les mains et que si je ne pouvais pas esquiver le golem je serais entrée en collision avec lui.
Pourtant…
Il y eut un bruit sec et le golem s’effondra en poussière sous l’effet de mon sort.

« Comment est-ce possible ? », hurla le sorcier d’un air proprement indigné. De fait, tant que je maintenais le sort de Ray Wing, j’étais incapable de me concentrer assez pour lancer un sort d’attaque puissant.
Mais…, car il y a toujours un « mais », j’étais toujours capable de lancer un sort de « Befis Bring ».
Befis Bring est exactement ce qu’il paraît être, c’est un sort qui met à votre service un esprit de la Terre. En termes profanes, c’est un sort mineur (c’est le cas de le dire !) qui creuse des trous dans le sol !
Autrement dit, le golem de boue que notre petit copain avait créé sans la permission de Befimos avait interféré avec l’esprit de la terre, son véritable créateur dirons-nous. Or, comme l’esprit de la terre peut creuser des trous dans un golem de boue, vous avez pu constater le résultat.
Évidemment, si sa capacité magique – heu ! Si sa capacité à interagir avec l’esprit de la terre, avait surpassé la mienne, le résultat aurait été très différent.
La valeur d’un sorcier réside toute entière dans sa capacité d’exécution. Même un sort apparemment des plus inutiles peut s’avérer très puissant s’il est utilisé à bon escient.
Voilà pourquoi il y a eu des cas où un sorcier maîtrisant les sorts d’attaque les plus dévastateurs a été balayé par un autre sorcier qui ne connaissait pas un seul sort de puissance comparable.

« Yahhhh ! », hurla le sorcier. Il stoppa le chariot avant d’en sauter.

Puisque fuir ne lui servait rien, sa seule possibilité était de faire face. Tout près de là, un homme vendant des fruits et une vieille femme vendant des produits secs remarquèrent qu’il se passait quelque chose et décampèrent.

Mais bien que le sorcier voulût me combattre, moi, c’était techniquement à Canny de venger son frère.

- Canny! Je vais te faire voler!

Elle comprit tout de suite et répondit fermement.

- D’accord!

Je rassemblais mon énergie pour gagner en altitude, fis face au sorcier et plongeai brusquement vers lui…
Transférant l’énergie du sort à Canny, je lâchai sa main.
Dans un bruissement de ma cape, tel un corbeau ouvrant les ailes, j’atterris tranquillement.
Canny continua son vol, son épieu pointant droit devant. On aurait dit une flèche solitaire fendant les cieux.
Plongeant pour affronter le sorcier, elle hurla :

« Prépare-toi à mourir! Pour mon frèèère ! »



Le sorcier évita l’attaque d’un simple pas de côté.
Bon sang, c’est vrai, il pouvait esquiver !

Canny hurla : « Aaaah ! »

- Du calme ! Continue ! Tu peux le faire, Canny ! Fonce par la seule force de ta volonté !

Il y eut un énorme bruit d’écrasement.

Vraiment énorme.

Bon…

Je suppose que c’était un cas désespéré. Elle s’était écrasée assez lamentablement, tête la première, dans la pile de fruits. Son arrière-train émergeait du haut de la pile d’oranges.

Je regardais le sorcier.

- Ça, c’était vraiment cruel de votre part !

- Hé ! C’est VOUS qui l’avez fait, pas moi !

- Ah, peu importe! Ce qui est fait est fait.

J’aime bien l’expression « peu importe », elle me permet d’ignorer un problème et de passer à autre chose.

« On dirait bien que je vais devoir venger le frère de Canny moi-même… ».

Alors que je m’attendais de sa part à une réplique du genre « Essayez toujours », il commença à incanter.

Et le sort était un « Fireball !»

La petite boule de lumière que le sorcier s’apprêtait à lancer devait exploser au contact de sa cible pour envoyer des vagues de feu tout autour d’elle. C’était un sort d’attaque à vaste zone d’effet. S’il touchait un humain, celui-ci serait cuit à point.

Il était devenu fou, ou quoi ? S’il en venait à utiliser ce sort ici, il massacrerait les villageois. Jusqu’ici, je lui avais laissé le bénéfice du doute, mais en voyant son regard, j’avais changé d’avis. Des flammes de démence y dansaient.

Ma seule option était de le vaincre.

Je commençai ma propre incantation. Le sorcier esquissa un léger sourire.
Il voit clair dans mon jeu. Il sait quel sort je vais lancer !

« Dill Brand ! » C’était le sort qui servait de base au sort Mega Brand. Il créait au sol un cercle au centre duquel se trouvait la cible, puis envoyait une onde de choc concentrée précisément vers ladite cible.
C’est comme faire exploser  la terre sous ses pieds, mais à l’intérieur d’une barrière protectrice faite du geyser de terre ainsi soulevé. C’est un sort plus facile à contrôler que « Fireball » et l’incantation est plus courte à réciter, mais sa force de frappe ne vaut même pas celle d’un sort d’attaque de débutant. Au mieux, il est utile contre un adversaire faible ou que vous ne voulez pas tuer.
Durant l’incantation, il crée une barrière protectrice tout autour du lanceur, mais celle-ci était vraiment trop faible ce qui permet à un adversaire de le contrer facilement. C’est vraiment un sort d’amateur.
Or, je pense qu’il est bon de mentionner que je suis une sorcière supérieurement douée et puissante, comparable à nul autre lanceur de sort. J’avais encore bien assez de magie en réserve pour expédier une Fireball ou deux tout en incantant le sort « Dill Brand ». Je m’étais pourtant bien juré que le jour où je serai forcée d’utiliser un sort aussi faiblard, serait aussi le jour où j’aurai perdu mes pouvoirs.

«Clap !»

Le sorcier claqua fortement des mains, juste à hauteur de poitrine. Puis il les écarta doucement. Entre ces paumes une boule de lumière était apparue.

- Va ! Ma Fireball…

- Dill Brand !

La boule de lumière s’envola.

Au même moment, le sol fit éruption vers le ciel, tel un pilier de terre. Un pilier de largeur moyenne, certes, mais avec mon adversaire en son centre.
Le pilier avala le corps du sorcier. Il y eut une explosion assourdissante, puis un hurlement. J’avais fait entrer sa boule de feu en collision avec mon pilier de terre dans lequel elle était resté piégée. Le pilier de terre se teinta de rouge. Choqués, les témoins hurlèrent. Tels furent les derniers instants du sorcier maléfique dont je ne sus jamais le nom.

Je me tournai face à l’horizon et fit un signe de la main.

Victoire !

- C’est fini… Enfin !, fit une voix dans mon oreille.

De surprise, je me tournai dans cette direction. Canny, qui était revenue à elle, se tenait à mes côtés le regard perdu dans le vague…
Mon frère… je t’ai superbement vengé.

- T’as rien foutu du tout, oui !

- Ah ! Ne dites pas ça…

***

« Je suis désolée. J’ai conscience que vous m’avez aidée de bien des manières…» Canny était venue aux portes de la ville pour me dire adieu. Elle avait prononcé ces bons mots en me tendant la main droite. La première fois qu’elle avait fait cela, j’avais été un peu surprise, mais sans raison. Elle était juste un parfaite amatrice. Elle avait abandonné ses armes et son armure et portait à la place une robe tout à fait banale. Je pensais que cela lui convenait mieux.
J’avais fait ce boulot à titre totalement gratuit. Mais je pense que c’est acceptable si cela n’arrive que de temps en temps. Contribuer à faire du monde un meilleur endroit suffit si on s’en tient à une personne et une bonne action à la fois.

- Que vas-tu faire, maintenant ?

Elle me sourit tranquillement.

- Rentrer chez moi. Recommencer à m’occuper de ma ferme avec l’aide de mes petits frères.

Je lui souris doucement.

- Je suppose que c’est aussi une bonne façon de vivre.

- Bien… Faites attention à vous.

- Toi aussi.

Dans un mouvement de cape, je me détournais d’elle avant de me rappeler soudain de quelque chose…

- Excuse-moi si je semble trop curieuse, mais pourquoi ce sorcier a-t-il tué ton frère, au fait ?

Elle eut sourire triste et répondit d’un air absent.

- Hé bien… Une nuit, mon frère était saoul et se tenait avec un gourdin dans une ruelle sombre. C’est alors que le sorcier est arrivé et…

Je l’interrompis.

- A-arrête ! Je crois que finalement je ne tiens pas à le savoir …

La fille me lança un regard éberlué.
Aaargh !! Parlez-moi d’une vengeance légitime !!
Non! Il n’y avait aucune chance pour qu’un sorcier qui portait une tenue aussi bizarre eût pu être un gentil. Après tout, les villageois avaient conclu qu’il était maléfique ! Et moi aussi ! Parce que !!

- Pourquoi cet air troublé ?, demanda Canny.

- Nooon, c’est rien ! Rien du tout…

- Alors, faitess bien attention à vous, Lina.

- T-toi aussi… Ha. Ha, ha. Hé bien… à une autre fois, hein ?

Avec un sourire forcé, je quittai le bourg à toute vitesse.

Le monde est vaste et plein d’enseignements, Lina Inverse.

Ne jugeons pas les gens simplement sur leur mine.

Fin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
Merlock
Membre de la bande à Zelgadis
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 42
Localisation : 92

MessageSujet: Re: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    Jeu 22 Déc - 16:38

Wow!!!!

Excellentes les illustrations "spéciales", j'adore!! T'as trouvé ça où??
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5762
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    Jeu 22 Déc - 16:43

La réédition de Slayers au format e-book a permis à l'éditeur de remettre toutes les illustrations au gout du jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
Merlock
Membre de la bande à Zelgadis
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 42
Localisation : 92

MessageSujet: Re: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    Jeu 22 Déc - 16:52

Gruic a écrit:
La réédition de Slayers au format e-book a permis à l'éditeur de remettre toutes les illustrations au gout du jour.

C'est classe!

Et je suis très content de constater que les illustrations correspondent au texte, tel que j'ai pu le traduire. L'attaque initiale, le vol au ras du sol, puis en vol plané, c'est du bon et c'est la preuve que le matériau d'origine (les FDS) n'est pas si mauvais, en fin de compte...

Une seule exception, je n'avais pas pigé que Canny était pendue comme un jambon, dans la scène dans l'auberge...

Au fait: un truc au sujet du sort Shadow Snap. Dans l'Anime, il me semble qu'il se contente de clouer au sol (littéralement) l'ombre de la cible et la cible elle-même, mais ici il semble avoir pour conséquence une paralysie complète de ses membres. En termes d'effets, ça fait quand même une sacrée différence...

Ah! Et j'aime bien l'utilisation par Lina du terme "peu importe" et l'explication qu'elle en donne. C'est, je crois, la première utilisation de sa part, par ordre chronologique puisque ce récit fait immédiatement suite au "Prince de Seillune", il me semble...

Une phrase historique, donc...

Je note aussi que Lina précise bien avoir les cheveux bruns ("Yes, my hair is long…but it’s also brown") et non le roux explosif qu'on lui voit dans les Anime...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5762
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    Jeu 22 Déc - 17:08

Citation :
c'est du bon et c'est la preuve que le matériau d'origine (les FDS) n'est pas si mauvais, en fin de compte...

Disons qu'il ne se suffit pas à lui-même et qu'une comparaison avec la VO est nécessaire. Il en va de même pour notre vieille traduction de la rencontre entre Lina et Naga. Nous avons de meilleurs supports depuis, il faudrait qu'on le retravaille.

Citation :
Une seule exception, je n'avais pas pigé que Canny était pendue comme un jambon, dans la scène dans l'auberge...

Ce n'est pas le cas. Mais ça Araizumi s'en fiche Laughing  S'il a envie de dessiner une fille à moitié à poil il la dessine, que ça colle ou non au récit. Ca fait vendre donc il s'en moque.

Citation :
Une phrase historique, donc...

Que serait Lina sans son bon vieux tonikaku, tellement caractéristique du personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
Merlock
Membre de la bande à Zelgadis
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 42
Localisation : 92

MessageSujet: Re: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    Jeu 22 Déc - 17:18

Gruic a écrit:
Disons qu'il ne se suffit pas à lui-même et qu'une comparaison avec la VO est nécessaire. Il en va de même pour notre vieille traduction de la rencontre entre Lina et Naga. Nous avons de meilleurs supports depuis, il faudrait qu'on le retravaille.

Pourquoi pas ? Je veux bien participer...

Citation :
Ce n'est pas le cas. Mais ça Araizumi s'en fiche Laughing  S'il a envie de dessiner une fille à moitié à poil il la dessine, que ça colle ou non au récit. Ca fait vendre donc il s'en moque.

Ouais, d'accord, en effet... il m'a l'air d'être un sacré coquin, celui-là... Cool

Ceci dit, son dessin s'est bien amélioré, quand même...

Citation :
Que serait Lina sans son bon vieux tonikaku, tellement caractéristique du personnage.

Totalement... À ce sujet, est-ce qu'il existe un liste des expressions fétiches de Lina quelque part sur le Net ? Ça m'intéresse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 5762
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 34
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    Sam 24 Déc - 10:38

Citation :
Totalement... À ce sujet, est-ce qu'il existe un liste des expressions fétiches de Lina quelque part sur le Net ? Ça m'intéresse...

Je ne pense pas qu'il y en ait tant que ça. C'est plus une histoire de ton que d'expressions je pense. La manière dont Megumi appuie les omoshiroi ! et autre neee. D'ailleurs, ou s'arrête le trait personnel de Lina et ou commence celui de Megumi ?

On remarquera par exemple que la Seiyuu interprête Shantotto de manière très proche qu'elle le fait pour Lina, les 2 personnages ayant énormément de points communs d'ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
Merlock
Membre de la bande à Zelgadis
avatar

Messages : 216
Date d'inscription : 13/12/2014
Age : 42
Localisation : 92

MessageSujet: Re: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    Jeu 29 Déc - 20:32

Gruic a écrit:

Je ne pense pas qu'il y en ait tant que ça. C'est plus une histoire de ton que d'expressions je pense. La manière dont Megumi appuie les omoshiroi ! et autre neee. D'ailleurs, ou s'arrête le trait personnel de Lina et ou commence celui de Megumi ?

Ma méconnaissance total de la langue japonaise ne me permet hélas pas d'en juger.

Mais, je note que lorsque j'ai lu pour la première fois les romans de Tokyopop, j'ai vraiment eu le sentiment de regarder l'Anime. Il est certains que l'adaptation des personnages est une authentique réussite, leurs personnalités, leurs attitudes, leurs tics... tout a été très bien rendu...

Dans les textes en anglais, ceux des copines jumelles en tout cas, on ressent bien le côté colérique et effronté de Lina confrontée au style hautain et "Drama Queen" de Naga... dont un ressent aussi vaguement une certaine sophistication qui fait totalement défaut à Lina (elle est plutôt du genre "Brut de décoffrage")

Pour en revenir à cette nouvelle, il y a un certain nombre de points vraiment intéressants:

-L'apparition du Sort "Ray Wing" qui deviendra ensuite emblématique de la série, bien avant le Dragon Slave, et les explications "Off" de Lina sur le pourquoi de la rareté de son emploi.

-La citation du terme "Bephimos" et le fait qu'on ressent que Kanzaka avait, apparemment, eut à l'époque l'ambition de créer des homologues "élémentalistes" au démons pour les noms des sorts, un peu comme l'avait fait Michael Moorcock pour son propre Cycle d'Elric... (D'ailleurs, Gourry a une épée-démon comme Stormbringer, vous avez noté ?)

-Le fait que Lina discute avec un "client potentiel" au début du scénario, ce qui renforce son côté "mercenaire indépendante et solitaire" (à 13 ou 14 ans!). J'aime bien cet aspect du personnage et je trouve que lui adjoindre inévitablement les autres de la "Slayers-Team" comme on le fait dans les Anime est un peu dommage...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"    

Revenir en haut Aller en bas
 
Slayers Special 1 : traduction française intégrale de l'histoire "La vengeuse"
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nouvelle édition française de Persuasion (mars 2011- Archipoche))
» Snoopy et les Peanuts - Intégrale [Monroe Schulz, Charles]
» DVD : l'intégrale de la série Farscape
» Version Française
» Pénétration de la pipe française sur le marché US et sur le Net

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Slayers Evolution-R :: Le passé de Lina :: Slayers, les romans.-
Sauter vers: