AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Critiques séries Animées en vrac

Aller en bas 
AuteurMessage
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4806
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 33
Localisation : 75/57

MessageSujet: Critiques séries Animées en vrac   Mar 6 Juin - 2:10

Critiques Anime en vrac :


Parce-qu'on l'a fait pour le cinoche, les jeux et tout. Mais étrangement quand il s'agit d'Anime y'a pas de topic où l'on peut cracher quelques lignes sans se prendre la tête. P'tet parce-que le forum est affilié à cet univers, on osait pas trop... Boh non je dis nawak !
Du coup je corrige la chose parce-qu'autant j'ai vu pas mal d'Anime récemment (majoritairement mainstream faut pas déconner), autant j'ai pas forcément ni le courage ni l'envie de me taper des topics de 20 pages pour chacun. D'autant que j'ai déjà une Arlésienne sur les bras. Alors un paragraphe ou deux ce sera déjà pas mal ! Youpi !!



Re:Zero


Gros phénomène l'année dernière, je me suis lancé là-dedans en m'étant imaginé n'importe-quoi. En voyant l'image je croyais me taper un truc genre comédie romantique avec le héros entouré de bonnasse, qui n'arrive pas à choisir celle qu'il aime. Ouais j'avais imaginé de la merde. Mais comme j'aime bien les comédies romantiques (c'est ma faiblesse) j'ai tenté !

Bah ça m'a juste confirmé qu'il faut pas juger un bouquin à sa couverture mais aussi que ma théorie (qui n'est sûrement pas de moi)  des gens qui fonctionnent désormais en binaire est assez pénible. Faut soit aduler soit défoncer. Et si on a le malheur d'apprécier sans que notre avis soit tranché, on va le faire pour toi et te cataloguer. Je me suis par exemple découvert une tendresse étrange pour SAO. Mais en disant ça les gens me voient immédiatement comme si j'allais me tatouer un Kirito dans le dos. C'est à peine si on ne signe pas un pacte de sang avec les trucs qu'on aime. S'ensuit alors une lutte eternelle entre les « pour » et les « contre ». Alors qu'au départ on a juste dit qu'on avait trouvé ça « sympa ».

Eh bien Re:Zero c'est un peu le sentiment que j'ai eu. J'ai trouvé ça sympa. C'est tout.
J'ai globalement trouvé ça agréable et divertissant, mais le délire autours me fait quand même demander si les gens n'exagerent pas un peu trop en permanence. Je n'ai rien vu ici ayant matière à crier au chef-d'oeuvre. Et à mon goût, les derniers épisodes se ramassent totalement : tout du long on nous décrit un univers Fantasy terriblement générique. Mais la raison acceptable ! L'histoire veut avant-tout se focaliser sur son personnage et l'impact psychologique qu'ont ses multiples resurrections. On traite ici d'abord d'un personnage qui se veut le héros d'une histoire dans laquelle il n'a finalement que peu d'influence. Un peu comme la vie ! Avec un monde terriblement complexe qui tourne avec nous. Mais on a beau tourner à la même vitesse, on n'en saisira jamais que des bribes. On tourne avec lui, pas l'inverse. Or ici notre pauvre « héros » Subaru croit qu'en adoptant une attitude de perso de Shonen, il va tout gérer. La désillusion n'en est que plus savoureuse. C'est intelligent sur plusieurs points ; c'est pertinent dans le traitement... Tout était réuni pour avoir une très bonne série ! (pas chef d'oeuvre, réapprenez le Français).
Alors pourquoi la fin se lance dans une chasse à la baleine façon Moby Dick ? La série n'a pas cessé de nous balancer des facilités au niveau du background sous couvert que ce n'était pas la colonne vertebrale du récit et jusque là, ça se tenait. Donc qu'est-ce qui a pu leur faire soudainement croire que ça pouvait être intéressant de partir soudainement en récit épique ? Ce putain d'univers sonne creux depuis le début.
Je me contrefous de cette baleine et de votre histoire de vengeance sortie du slibard! Re:Zero n'est pas une série d'Heroic Fantasy. Ça n'a jamais été autre chose qu'une façon de donner de la couleur aux murs derrière. Si vous vouliez jouer les Tolkien fallait vous réveiller bien avant l'épisode 20.

Maintenant ce dernier arc n'a pas broyé le plaisir réel que j'ai pris durant le reste de la série. Je jetterai donc un œil aux light novels. Et si la série continue je lui accorderai quelques heures de ma vie. Mais le gâchis reste palpable et si ce final a donné le ton pour la suite, je vais vite passer à autre chose.
Affaire à suivre donc.

Masamune-Kun's Revenge


Pareil que le précédent ! Je me suis fié à l'image promo, sauf que cette fois-ci j'avais raison ! C'était bien une comédie romantique à l'ancienne ! Mais justement... peut-être trop à l'ancienne.
Pourtant je l'ai dit hein ! Ce genre en Japanime c'est mon péché mignon ! J'en bouffe sans rechigner même quand c'est les mêmes ficelles qu'on me ressort et ça même si les ficelles sont épaisses comme des cordes à bateau !
Et c'est dommage parce-que j'étais vraiment prêt à me laisser embarquer une nouvelle fois. L'idée du gamin petit gros qui pour se remettre d'une déception amoureuse devient un playboy afin d'assouvir sa vengeance était un postulat qui pouvait permettre son lot de situations marrante.
C'était le cas au début. Mais un truc qui avait de quoi remplir sa saison sans forcer a réussi à s'essoufler à mi-parcours... Et à finir en annonçant une saison 2 qui -soudainement- semble de trop.

On est donc bien dans le schéma old school du genre: on étire un pitch sympa jusqu'à nausée au lieu de faire un récit compact et dense.
Alors par paresse j'ai lu les scans pour connaître la fin. C'est pire et ça explique le fiasco. On parle souvent d'avancer à vue, mais je crois pas avoir vu un tel cas de figure depuis longtemps. Après une révélation « importante », la scénariste enchaine avec des chapitres fillers/hors-série/ptetpazenfeteiséputro. Complètement paumé sur quoi faire désormais (alors que la réponse est simple : tu conclues putain!!!), le manga pédale dans la semoule. Ça explique pas mal les errances de l'Anime.

Si une saison 2 sort et que j'ai vraiment rien d'autre à faire je balancerai p'tet un épisode sur ma téloche, mais ça n'e vaut pas plus qu'un œil distrait un soir de gros ennui.

Assassination Classroom


Parce-que mon abonnement Netflix me le proposait et que je voulais savoir un peu de quoi parle ce shonen soi-disant hilarant dont j'entendais parler, je me suis enquillé rapidement la première saison.
En dehors de son animation plutôt chouettos j'étais plus que déçu et quelque peu agacé.
Un peu marre de ces séries qui se vendent comment des comédies alors que ce sont juste des tranches sociale avec une touche d'humour.

Il n'y a rien de drôle dans le pitch d'A.C. C'est même assez noir dès le départ et aucun des personnages n'est à proprement parler « marrant », le professeur encore moins que les autres.
Certes il y a des moments décalés mais en quoi est-ce plus une comédie que n'importe-quelle série dans le genre ? On est clairement là pour traiter (encore) du malaise qui existe dans le système éducatif Japonais. Mettre un gros poulpe jaune en prof' n'en change pas le sérieux du message que veut nous faire passer la série.

Tout le long en fait, j'ai pensé à Rookies tant les thématiques sont similaires. Mais c'est un peu comme si on m'avait vendu le manga de Morita comme une comédie sur fond de Baseball. Heureusement personne ne m'a fait cette mauvaise blague. Et très franchement, je pense qu'il y a autant d'humour dans Rookies que dans Assassination Classroom... Je préfère quand même Rookies.

Mais même passé la vente mensongère, je n'ai pas été transcendé. C'est joli et c'est un peu tout ce que j'ai retenu.
J'enquillerai la seconde saison (qui semble être la dernière) histoire de pas mourir idiot et que j'ai pas mémoire de m'être emmerdé non plus. Mais j'ai pas non plus nourri passion ou colère. L'ensemble m'a laissé de marbre et je n'en ai quasiment plus aucun souvenir. Pourtant je l'ai vu y'a à peine quelques mois.

A voir... Ou pas... Comme vous voulez, ça n'aura aucune sorte d'impact.

Konosuba



Et vu que je parlais de comédie qui s'assume pas et qui part dans le drâme... eh bien Konosuba a été la putain de bouffée d'air frais que j'attendais.

C'est con ! Mon dieu que c'est con ! Le pitch est vu, usé, refait, rincé. C'est d'autant plus vrai que je sortais de Re :Zero. Donc me remanger le loser qui débarque dans un univers Fantasy random n'avait rien pour m'attirer. Sauf que quand ça s'assume comme tel et que ça embrasse ENFIN le fait qu'on est là pour rigoler, eh bien ça marche.
Pour le coup je pourrai écrire des pages sur Konosuba tant le coup de cœur a été fort. Et à priori je ne suis pas dans la minorité sur ce coup, ce qui me rassure un tantinet sur la Japanimation (juste un tantinet).

Ne serait-ce que cette bande de branque qui nous servent de personnages principaux sont d'une part plus nuls les uns que les autres, mais qu'en plus on finit par constater rapidement qu'ils ne sortent jamais de la fichue ville de départ. Les big boss viennent à eux, mais eux ne sont jamais foutu de nous offrir l'aventure épique qu'on nous vendait.
Le danger est obligé de se pointer à eux pour que quelque chose de concret se passe tant ils sont incapables d'accomplir quoique ce soit de spectaculaire. Et quand ils le font c'est souvent par chance ou en causant un désastre derrière.
Et si ce fait est rompu lors de la saison , c'est pour encore plus rendre nos héros lamentables.

Alors par contre le résultat vise une plus petite niche ! C'est tartiné de référence aux codes de la Fantasy et emprunte énormement aux RPG ; ça fanservice à l'ancienne (culotte) avec des blagues en dessous de la ceinture qui se veulent tout sauf fines, et le tout sans sourciller et donc ça risque de rebuter. Mais si vous ne faites pas de rejet lors de la greffe vous l'adopterez assez rapidement.

Et pour le coup je conseille l'adaptation au light novel haut la main. L'humour étant énormement basé sur le visuel, le timing et les faciès, beaucoup de blagues m'ont semblé s'écrouler en version roman alors que je me pliais devant la série. Rendant encore plus dommage la décision de Kadokawa de ne pas continuer au delà de la saison 2. Dommage...


Mais je refuse de conclure sur une note négative !
Konosuba on en reparlera ! Gloire à l'ordre d'Axis !



Space Patrol Luluco 


C'est difficile pour moi de parler de cet Anime.
Je sortais de Kill la Kill qui est ma claque personnelle de ces dernières années. Alors forcément j'ai cherché quelque chose pour combler le manque. Or quoi de mieux que la nouvelle série d'Imaishi ?
Sauf que je parlais de «rincé » y'a quelques lignes et c'est exactement le sentiment que j'ai eu devant Luluco.

Est-ce que c'est mauvais ? Non c'est très bon. Mais c'est aussi très court.
13 épisodes de 5 minutes en moyenne, le tempo est donné. C'est effréné et à la fois... très léger.
Référencé je disais pour Konosuba ? Ici c'es toute la filmo du monsieur et de son studio qui y passe. Comme un ultime hommage ou deuil à ce qu'il a accompli et les thématiques qu'il a traité.

Imaishi semble s'offrir une pause... ou peut-être fait ses adieux. C'était assez pénible à regarder tellement l'artiste semble ici fatigué et n'a plus rien de nouveau à nous proposer. Ce n'est d'ailleurs clairement pas le but de Luluco. Plutôt le besoin de faire une synthèse. De faire le bilan d'une carrière personnelle et celle de son studio (Trigger).

J'ai beaucoup aimé Luluco. Le spectre était clairement moins large que pour Kill la Kill et le but était sûrement de se faire plaisir sans se prendre la tête. Sauf que ses airs de baroud d'honneur m'ont mis mal à l'aise.
Venant d'Imaishi... ça m'a fait un peu mal.

Kiznaiver


Du même studio mais pas du même bonhomme.
De la coke pour les yeux : Trigger est sûrement le jeune studio le plus prometteur de ces dix dernières années (par-rapport à mes gouts). Mais putain ce scénario... cette narration totalement chiée et prétentieuse. Oui les idées sont bonnes mais merde... Les personnages sont inexistants et trop stéréotypés. Or le problème c'est que la série se croit révolutionnaire et géniale. Y'a rien de pire à mon sens que ça : quelqu'un de ridicule qui croit être novateur.

Pourtant il y en a de l'ambition la dedans ! Et habituellement je crâche pas sur une histoire qui cherche à se donner de l'envergure. Mais quand c'est executé aussi basiquement et sans réel génie... Merde ! J'ai regardé ça y'a même pas un an, je ne me souviens pratiquement plus de rien. C'est vous dire l'impact que le tout m'a laissé.
Et ça m'emmerde de faire aussi court sur cette série qui affiche clairement une volonté de faire quelque chose de grand. Le genre de série qui veut vraiment pousser la Japanime vers le haut, en ayant une réelle prétentionn artistique. Rien que pour ça, cette série à tout mon respect et mérite presque d'être vue. Mais bordel cette narration aux fraises ; ces personnages pas attachants... la fête est gâché alors que tout les voyants étaient au vert.

Kiznaiver c'est surtout un opening psychédelique superbe ; une technique à tomber et... c'est tout.
C'est déjà pas mal et ça permet de tenir la série entière qui, ELLE, a le bon goût de se conclure pour de vrai. Mais pour rester dans les mémoires ou réclamer un revisionnager, on est loin du compte.

Un putain de dommage.

Mob Psycho 100


One a la côte en ce moment, c'est un fait plus que certain ! Donc il était évident que les studios peu scrupuleux allaient se ruer sur ses autres mangas afin d'avoir leur part du gateau.
Mais pour le coup le boulot de Bones m'a paru bien plus malin que celui de Madhouse.
Là ou ce dernier s'est finalement retrouvé piégé à adapter du manga de Murata Yusuke, qui est déjà une adaptation en soi, Bones part à la source.

Et forcément niveau visuel ça change. One ne sait pas franchement dessiner. Mais là ou One Punch Man n'en a pas profité en Anime que lors de quelques mimiques, Mob Psycho s'offre une patte graphique ultra typée et originale.
Cette série est visuellement une sacré délire visuel et ça on le doit à la nullité de son mangaka. Ce n'est pas forcément à laquelle je m'attendais.

Et en plus d'être graphiquement atypique, le récit apparaît plus simple et à la fois plus personnel... du coup l'ensemble est plus sérieux.

On peut me chanter les louanges de l'escroquerie qu'est One Punch Man autant qu'on veut (bien que je trouve la série très très sympa), mais Mob Psycho affiche des ambitions bien plus intelligentes et intéressantes.
Oui c'est facile d'être dans le camp de l'outsider et de cracher sur le champion en titre, mais je dois aussi parler avec mon ressenti ! Et Mob Psycho, bien que souffrant d'un rythme aléatoire et d'une conclusion bien trop shonen friendly dans sa première saison, est plus attrayante selon mes goûts.

J'ai vu une série qui m'en a foutu plein les yeux et qui m'a raconté une histoire bien pliée avec des personnages plus qu'attachant. La putain de base du shonen nekketsu qui, il semblerait, plus personne n'est foutu d'appliquer correctement.

Dommage encore que le final plonge dans le délire habituel (le même que One Punch Man), mais on peut encore espérer que les graines plantées jusque là éviteront à la série de tomber dans la caricature même qu'elle cherche à  écorner.

Et cet opening <3

Danna ga Nani o Itteiru ka Wakaranai Ken


A la base ça aurait dû être un avis sur Miss Kobayashi Dragonmonderche, mais comme je trouvais ça... poussif (pour être poli) je me suis tourné sur la série du même gars qui l'aurait fait connaître, dont je lisais les louanges en commentaire.

Plus génante que génie, cette soi-disante série traitant d'un couple dont le mari est un otaku et la femme une totale ignorante n'était vraiment pas ma tasse de thé.
Ce n'est que rarement pertinent et ça se complait dans les références obscures rendant ça plus qu'irritant.
Seul l'épisode 11 sort du lot, mais hé ! C'est un épisode réalisé par un guest. Triste quand même.

Désolé mais non.

Love Tyrant


C'est de la merde. Sans déconner.
Et puis il est 4h du mat', j'en ai marre.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Lun 21 Mai - 15:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
liclic
Prêtre manipulateur au service de Greater Beast
avatar

Messages : 2337
Date d'inscription : 27/04/2009
Age : 36
Localisation : Sherbrooke

MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   Mar 6 Juin - 11:05

Et bien Shakka, tu t'es lâché. La seule série dont j'ai vu quelques épisodes, c'est Konosuba qui, je trouve, m'a rappelé un peu une série du début des années 2000 (oui ça date) "mahou senshi riui" (en anglais, Louie the rune soldier). Pas mal en soi, il est vrai mais cela ne m'a pas transcendé non plus.

_________________


Me miseret totarum malarum rerum quas feci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4806
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 33
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   Lun 21 Mai - 15:51

Deuxième fournée d'Animes que j'ai vu ces derniers temps.
Sauf que comme je met une éternité à publier quoique ce soit, certains commencent à dater !


Saiyuki Reload Blast




Voilà un come-back qu'on n'attendait pas forcément.
Un peu comme Slayers Revolution, Saiyuki s'est offert un retour en Anime pour fêter les 20 ans de la franchise. Et pas n'importe-comment s'il vous plait ! En adaptant rien d'autre que le dernier arc du manga, pourtant encore en cours au Japon (et pas près de se finir à mon avis, vu la santé malheureusement fragile de sa mangaka).

Et de fait, vu qu'en plus nous sommes sur un forum Slayers je peux me permettre d'axer mon avis sur ce parallèle : Saiyuki Reload Blast signe un retour réussi en ayant pris des risques, là ou Slayers Revolution-R a déçu en péchant par frilosité (particulièrement Revo).

Car il s'agit à ce jour de la meilleure saison de Saiyuki jamais produite. Malgré un budget limité et un nombre d'épisode méchamment entamé (12 seulement), le cahier des charges est superbement respecté pour fêter dignement l'anniversaire.
C'est d'une part très joli. Réussissant à conserver un style classique tout en apportant une finesse que ne possédait pas les autres saisons, respectant au plus proche le style soigné de Minekura.
Ça réussit le tour de force d'adapter un manga qui n'a pourtant que deux tomes publiés au Japon, nous proposant ainsi du vrai contenu inédit tout en évitant les redites.
Et comme Revo-R, ça rectifie quelques errances de l'adaptation précédente.

Alors oui c'est une fin ouverte qui ne mènera probablement nulle-part, car je doute qu'une suite pointe son nez un jour. Mais au moins j'ai pas eu l'impression de me bouffer une série en mode pure fanservice, créée uniquement dans le but de prendre la température « au cas ou... ».

Ça n'enlève rien de tout ce que j'ai pu dire sur Revo-R et l'appréciation que j'en ai eu jusqu'alors. Mais disons que Reload Blast m'a rappelé avec élégance que si JC Staff s'était remué, on aurait pu avoir tellement plus.

Saiyuki Reload Blast ne réconciliera pas les gens qui étaient fâchés avec la série et ne cherche pas à attirer un nouveau public mais c'est pour ça que c'est si bon. Une saison sans concession qui -bien que perfectible- a tout mon respect.

Probablement un coup d'épée dans l'eau, mais un coup executé avec une grande classe.

Eromanga Sensei



Fort d'une réputation sulfureuse via de nombreux avis qualifiant cet anime de « trash » (dans le sens « garbage » du terme), j'avoue avoir été plus qu'intrigué. D'autant que le pitch était effectivement assez « sâle » pour me plaire : un adolescent auteur de light novels qui tombe amoureux de sa sœur et qui découvre que cette dernière est l'illustratrice de ses romans sous le pseudonyme d'Eromanga Sensei. Alter ego surtout réputé pour ses illustrations cochonnes.
Ajoutez à ça un graphisme fleurant bon le lolicon, vous avez effectivement tous les ingrédients pour un truc soit ultra graveleux, soit gentiment provocateur.
J'ose avouer sans honte que j'avais hâte de m'en délecter.

… Sauf que non. Le tout est finalement très en déçà de sa réputation. Entre une morale sauve (ils sont frères et sœurs du fait d'un remariage) et un fanservice terriblement banal, on a avant-tout affaire à un manga harem comme il en existe depuis le modèle Love Hina.
Certes le design enfantin rend le fanservice un peu limite, mais pas plus qu'ailleurs à notre époque malheureusement (encore une fois, il suffit de regarder Slayers). Quant à l'humour en dessous de la ceinture, il n'est finalement assumé qu'au détour d'un ou deux trop rares gags , se contentant la plupart du temps de clichés et d’énièmes situations nunuches basés sur des quiproquos.
Et alors que j'espérais pouvoir avoir un aperçu sympas sur l'envers du décor du marché des light novel (tronqué ou non), j'ai juste mangé un mur de déception tant le milieu n'est que peu abordé.

En définitive, je suis vraiment à mille lieux de piger le procès qui a été fait à cette série tant elle m'a apparue inoffensive. C'est assez mauvais/moyen et visant clairement un public de niche, mais ça n'a pas l'audace ni le caractère malsain qu'on lui prête à ma grande déception. Alors que son ainé...


Ore no Imouto





Parce-que du coup, frustré que j'étais, je me suis rabattu sur la série du même auteur mais datant d'il y a quelques années maintenant.
Une histoire tout aussi malsaine à la base: un frère qui va découvrir que sa sœur, à priori bien sous tout rapport, à une passion pour les jeux vidéos erotiques et particulièrement ceux avec des petites sœurs.
Un comédie romantique/Harem donc. Et vous savez que j'en suis facilement le client. Mais une comédie romantique ou l'idylle principale conclue à de l'inceste. Le genre de note qui apporte des mesures un peu originale à une mélodie un peu trop connue.

Et à l'opposé d'Eromanga Sensei qui ne va jamais vraiment au bout de ses idées, Oreimo s'assume totalement.
De ce fait, je suis bien conscient avoir apprécié cet Anime un peu trop par rapport à sa vraie valeur, mais aussi imparfaite et parfois clichée cette série a pu être, elle a tapée trop souvent juste pour ne pas avoir mon approbation.
Le portrait qui est fait d'une Otaku qui ne s'assume pas entièrement et qui a l'impression que sa passion risque de l'exclure du système sonne très familier. Et bien qu'un peu fantasmé par moments, le milieu otaku est dépeint souvent avec de justesse.

Comble de l'ironie : là ou Eromanga Sensei se vautre, c'est dans Ore no Imouto qu'on aura au détour d'un épisode, un vrai portrait du milieu du light novel et le sujet des adaptations. Portrait peint au vitriol et puant de réalisme, avec des studios d'animation adaptant les livres en se foutant royalement du point de vue du romancier ou de la qualité du matériel et dont le seul but avoué est généralement de remplir des cases horaires. Un besoin de régler des comptes Monsieur Fushimi ?
Certes, il ne s'agit là que d'un épisode,  finissant sur une pirouette naïve, mais je supposes qu’on ne peut pas totalement cracher dans la soupe.

La grande force d'Oreimo c'est surtout de conclure sa romance (presque) comme elle soit doit, que ce soit moral ou non. N'hésitant pas à réellement traiter de la question  l'inceste et du regard que la société pose en général sur ce genre de relations.

C'est une série de niche, au graphisme un peu trop simpliste, avec un personnage féminin qui relève clairement du fantasme et l'histoire n'évite pas les écueils inhérents au genre, mais ça possède assez d’audace là ou il faut pour se démarquer un tant soi peu des autres séries de la même famille.

Dire que j'irai jusqu'à conseiller cet Anime est un peu fort de café. Maintenant si comme moi vous aimez le genre, mais que vous en avez trop vu et qu'avaler des clichés enfilés comme sur un collier de perles ne vous conviens pas.... alors jetez y peut-être un œil.

Youjo Senki – Tanya the Evil





Comment aborder ce petit coup de cœur de façon brève est concise ?
Je crois que j'ai mon idée : du fun. Beaucoup de fun.
Ce fut mon ressenti lors du visionnage.

Mais en réalité, avec son pitch d'Isekai (encore) dans un univers parallèle mélangeant joyeusement Première et Seconde Guerre Mondiale - avec une touche de magie -  la série n'a rien de franchement marrante. On a certes une dose d'humour un peu noire et parfois un peu décalé du fait que la protagoniste soit une gamine de 10 ans au visage d'ange, qui tue avec un sourire exagérément difforme. Pourtant... sans atteindre des sommets dans l'horreur, le ton général  est assez crasseux et premier degré pour ne pas vous rendre la guerre sympathique. Et derrière ces yeux sanguinaires se cache un personnage principal qui fait tout pour en finir au plus vite avec cette boucherie et dont le but premier est de sauver sa peau. Malheureusement tous ce déploiement de zèle ne cesse jamais de jouer contre elle, l’entraînant toujours et encore plus loin sur les champs de bataille. Et c'est bien là, l'atout majeur de la série.

Car si on ne devait retenir qu'une chose de cette série c'est Tanya. Tanya, Tanya et encore Tanya. Cela faisait longtemps que je n'avais pas été à ce point charmé par un personnage principal dans un Anime. Tout son traitement est d'une impeccable justesse et elle porte à elle seule la série.
Pourtant le trip loli en costume pseudo-Germanique n'est à priori pas ma tasse de thé, mais pour le coup, l'emploi d'un récit Isekai (littéralement : « un autre monde ») non seulement la crédibilise mais lui donne une double lecture savoureuse.

Pourtant j’étais plus que sceptique lors de sa sortie.
M'étant alors mangé SAO ; Re:Zero et Konosuba quasiment à la suite, l'idée d’une énième histoire avec le héros téléporté dans un monde fantastique ne me tentait pas et je me suis laissé influencé par l’avis général qui semblait assez tiède, ainsi qu'une vidéo du Chef Otaku, abondant dans ce sens et de la saturation de série Isekai.
Mais comme je pense par moi même, j’ai fini par jeter un œil et j'ai bien fait.

Parce-qu'avec son ambiance uchronique des plus rafraîchissantes - qui semble regagner en popularité(Violet Evergarden pour le plus récent)- son personnage principal au charme diabolique et son action virevoltante offrant son lot de moment spectaculaires, je ne cache pas avoir pris un pied d'enfer lors de mon visionnage, à tel point que je me suis lancé dans le Light Novel ainsi que le manga.
Donc à fortiori, j'ai été plus que conquis par cette franchise et songe à en reparler plus longuement à l'occasion tant chaque support est différent. Plus particulièrement le light novel qui est, comme souvent, le support plus intéressant et le plus abouti.

Néanmoins, sous ces éloges se cache des problèmes que déontologiquement je ne peux pas me permettre de passer sous silence... et aussi parce-que j'aime dire du mal des choses.

Difficile de masquer en effet que derrière le regard littéralement hypnotisant de Tanya, le reste du casting est aussi fascinant qu'un sachet de crevettes surgelés. Entre une narration parfois confuse et des second couteaux au look interchangeable, aucun personnage n'arrive à nous intéresser. On a bien quelques profils qui finissent par se détacher dans son bataillon... mais uniquement dans les derniers épisodes. Sa seconde en chef serait la seule qui arrive à exister mais uniquement parce-qu'elle est littéralement son anti-thèse, psychologique comme graphique. Du coup elle arrive à surnager sans trop de développement, mais reste au fond assez anecdotique. Quant au némésis de cette saison avec son  chara-design fainéant,  il n'arrive que trop rarement à inspirer la crainte pour être crédible.


Mi-figue mi-raisin ma chère Tanya ?

Et donc, conséquence directe de l'absence de personnages secondaires intéressant, la série se retrouve avec un ventre mou de 3 épisodes (interminable pour une série qui n'en compte que 12) dans lesquels on suit les missions de Tanya sans véritablement en comprendre les enjeux.
Les tenants et les aboutissants sont esquissés mais trop peu détaillés, rendant les missions de l'héroïne assez anecdotique.

On suit donc Tanya attaquer une base ennemi ; Tanya reprendre une ville résistante ; Tanya repousser des bombardiers... le tout avec une absence de vision globale, réduisant l'ensemble à une succession d'événements dont  la portée et l'impact sur la guerre nous échappe. L'idée était peut-être de nous laisser à la hauteur de Tanya (« Un soldat ça obéit »), mais rend alors difficilement justifiable ces interminables réunions d'état-major censées nous expliquer la situation et qui s’avèrent totalement nébuleuses, nous bombardant des cartes en gros plan sans nous offrir le recul nécessaire. Un comble quand on sait que le roman met justement un point d’honneur à expliquer sa géopolitique dans le moindre détail.

Et puis difficile de cacher la jeunesse du studio NUT dont c'était le premier projet. Car si l'ensemble est au delà de l'honorable, avec un chara-design qui apporte une véritable identité (oui j'assume) et bien que les décors soient superbes, l'incrustation de la 3D est majoritairement malheureuse, nous rappelant aux heures sombres de la Japanimation. Tant que tout est aérien tout va bien ! Mais dès que l'on côtoie l'urbanisme, c'est la débandade. Or  Tanya lorgnant abondamment sur l'Attaque des Titans pour ses chorégraphies, faire plus laid qu'une série de 2013 c'est un peu gênant.

On pourrait donc trouver ces défauts rédhibitoires et je le comprendrai aisément.
Personnellement, ces soucis n'ont pas réussi à entacher mes visionnages.
Youjo Senki est une série que j'ai légitiment aimé et qui m'a ensorcelé sur bien des aspects. On frôlait presque l’envoûtement total, mais l'inexpérience du studio se fait trop ressentir dans cette adaptation.
Elle reste pourtant un point d'entrée intéressant, avec même des choix narratifs supérieur au matériel d'origine. Mais ça je le garde pour une autre fois. Et puis d'ici là... il y aura le film.




L'attaque des Titans S2




Et puisque j'en parlais il y a quelques lignes, autant donner rapidement mon avis sur cette saison que j'ai vu il y a un bout de temps maintenant, mais qu'étonnament j'ai un peu occulté. Non pas qu'elle était mauvaise, mais avec sa durée réduite de moitié par-rapport à la première, je savais que ma grande question n'allait probablement pas avoir de réponse lors de cette fournée. Ce qui ne m'a pas empêché d'exclamer un beau « Ah les escrocs » à la fin du dernier épisode.

L'Attaque des Titans, que l'on aime ou non, est un cas tellement particulier dans l'univers du manga qu'il en est fascinant.
D'abord parce-qu'il est très moche. Dans ce milieu pourtant impitoyable des têtes de gondole, celui-ci arrive toujours à rester aux premières loges en étant laid comme un poux. Ce qui est -ma foi- un beau message dans un sens.

Certes nous ne sommes pas dans l'escroquerie totale façon One, mais dans un média cherchant toujours à être le plus aguicheur possible,  il est amusant de voir que l'un des plus gros carton de ces cinq dernières années soit un truc à l'amateurisme prononcé. Pire encore ! Le dessin ne cesse d'être en berne, rendant parfois les personnages méconnaissables. Mais ça marche parce-que... le scénario ?

Sauf que là encore c'est intéressant tant la tournure des événements est aux antipodes de ce qu'on aurait pu penser. Transformant l'idée d'une menace inconnue en simple arme biologique développée dans un but militaire (avec un p'tit fond mythologique, il est vrai). Comme l'adaptation cinématographique en fait !
Le tout nous plongeant dans un univers uchronique à l'ambiance seconde guerre mondiale... J'ai l'impression de radoter, non ?

Et le tout est ma foi... pas mal ! Aussi mauvais Hajime Isayama puisse être en dessin, je ne peux que le respecter pour ses choix de scénario globalement audacieux, faisant de l'Attaque des Titans l'un des rares titre dans lequel je ne peux légitiment pas deviner la suite.
Peut-être que c'est ça qui permet à ce manga  presque amateur de cotoyer les cadors du genre.

Mais on parle beaucoup du manga là. Or je devais parler de l'Anime ! J'y viens.
Ce dernier a beaucoup capitalisé sur l'aspect post-apocalyptique du récit, avec une troupe d'élite qui offre des combats épiques et sanglant face à une menace inconnu.
Ce n'est pas faux de dire que c'est l'Anime qui nous a poussé pour la plupart à lire le manga et rarement l'inverse.
Forcément, avec son animation impeccable, sa bande son tonitruante et ses moments de pure émotion, le spectacle était total, rendant le manga encore plus ridicule.

Sauf que cet Attaque des Titans là n'existe plus et va bien venir le moment ou l'Anime va devoir adapter la partie où le scénario bascule définitivement. Avec une trame surtout politique, sur fond de révolution populaire et très pauvre en action Titanesque... Ce qui aurait été le cas si la saison 2 avait durée comme la première. Sauf que non !

On a beaucoup parlé de raisons techniques pour justifier cette coupe, mais moi j'ai une toute autre hypothèse.
Je pense que le studio a décidé de capitaliser au maximum sur l'image très orienté action et gore de l'Attaque des Titans. Or faire 26 épisodes c'était obligatoirement se confronter à une partie à la tonalité très différente... pour ne pas dire un peu chiante. Je pense qu'ils ont préféré repousser le problème à plus tard, finissant cette partie sur épisode haut en couleur.

Mais au final je ne donne pas vraiment mon avis sur cette saison 2, n'est-ce pas ? Tout simplement parce-qu'il n'y a pas grand chose à en dire. C'est dans la veine de la première que ce soit techniquement ou narrativement. Donc selon votre avis sur la série avant, il ne devrait pas vraiment changer ici.
Or moi ce qui m'intéressait c'était de voir comment le virage allait être abordé, car c'est là je pense qu'on verra si la popularité de l'Anime tiendra ou pas le choc (des titans ! Hahahaha !... pardon).
Le souci ayant été reporté à la saison suivante, il n'y a rien de spécialement pertinent à ajouter pour ma part.

Ah les escrocs...



Assassination Classroom 2




Vu que je suis dans les secondes saisons, autant en finir avec cette série. Et pour faire une jolie formule, je dirai que c'était la saison de la suffisance.
Suffisance dans le sens régional du terme, soit de quantité suffisante. Mais je joue également finement sur le double sens du mot ! Effet de style totalement annihilé par le fait que je l’ai souligné lourdement. Obtenant ainsi l’effet escompté inverse !

On se retrouve ici face à une saison parfaitement similaire à son aînée. Donc vous reprenez mon avis et vous le relisez, c'est exactement pareil. C'est du sous GTO/Rookies/nimportequelautresériedansunlycée, ne m'ayant que très rarement arraché un sourire.
À la nuance près que l'histoire se conclue, rendant forcément le tout plus consistant. Ajoutez quelques épisodes pas trop mal foutus sur le personnage de Nagisa, on a affaire ici à quelque chose de plus concret. Mais ça s'arrête là pour moi.
C'est techniquement soigné, mais n'a absolument rien d'original pour se démarquer. Pourtant je me contente de peu ! Mais la frilosité du final et ses révélations téléphonées ne jouent pas en la faveur du bazar. Fichtre ! Koro-Senseï est en fait un humain victime d'expériences ?! J'en suis tout retourné de prévisibilité !

En bref, Assassination Classroom c'est distrayant et vous pouvez largement vous contenter de la saison 2 si vous êtes un brin curieux. Mais cette enième fausse comédie (je persiste : ce n'est pas drôle) pour dénoncer le système scolaire Japonais ne marquera pas les esprits, du moins pas le mien.

Rick & Morty




Parce-que des fois l'Animation chez les autres c'est bien aussi, j'en regarde. Et au final je fais bien ce que je veux.

Le phénomène Rick & Morty n'a sûrement pas échappé à grand monde. Donc dire « j'ai vu et j'ai aimé » ça n'a rien de bien original. Mais tout ce qui a du succès ne démérite pas forcément.
Maintenant je pourrai quand même souligner que l'adhésion totale que j'ai eu pour le show a été relativement récente, soit la dernière saison en date.

Car aussi bonnes pouvaient être les deux premières, je leur trouvais incroyablement perfectibles.
Soucis de rythme parfois, avec des gags tantôt trop courts ou trop longs et des aventures pas toujours intéressantes... J'ai même eu des épisodes où je m'ennuyais poliment. C'était une bonne série ! Avec ses vrais moments de pur génie comique et je comprenais d'où l'effervescence pouvait venir, mais personnellement je trouvais ça juste sympa. Avec en sus un final de saison 2 revenant aux bonnes valeurs familiales si chères à l'Amérique. Final balayé par l'épisode suivant il est vrai ! Mais il existe et paraît toujours incroyablement hors-sujet à mes yeux. Non pas que j’ai quoique ce soit contre une série qui souhaiterait promouvoir ce genre de valeurs, mais quand on se dit un tant soi peu subversif comme Rick & Morty, sauter ainsi dans le puritanisme bas de gamme, c’est assez décevant.

Alors que la saison 3 - pourtant décriée à sa sortie – m'a totalement convaincu. Mieux rythmée, plus assumée dans son absurdité... en bref, la meilleure pour moi. Avec encore un final très moraliste, mais beaucoup plus en phase avec le ton de la série, évitant de plonger dans le mélo hors de propos.

Rick & Morty c'est du très bon ! Dommage qu'administrativement ce soit géré n'importe-comment. Mais à priori c’est enfin réglé. On espère...


My Little Pony Saison 7




Je n'en fais pas un secret, je suis un fan de MLP génération 4. Et si je n'ai jamais vraiment parlé de la série ici, c'est que je n'en voyais pas forcément l'intérêt.

Donc là si j'en parle, c'est surtout pour confesser mon désarroi.
Cette saison, au demeurant correcte, s'est conclue de la pire manière qu'il soit.
Mais de base, 2017 n'a pas été une année simple pour le fan que j'étais.
Ça fait quelques temps que les saisons sont inconsistantes il est vrai. Mais là ou il y avait du très mauvais au détour de certains épisodes, on avait quand même une série agréable avec toujours des épisodes d'excellent calibres pour continuer à valider le show. De toute façon, mettez moi Starlight ou Trixie et je signe hein ! Mais cette saison a réussi à casser mon enthousiasme avec un double épisode final insipide sur tous les aspects.

Alors que la saison avait pourtant démarré intelligement en brisant la tradition du double épisode, admettant indirectement que ça ne sert à rien d'en faire si on a rien à raconter, j'ai du mal à comprendre que le choix n'a pas été le même pour le final.
Ce double episode est mauvais mais les Bronys semble l'applaudir, alors pour le coup je suis encore plus isolé que le fan basique de MLP. De l'intrigue cousue de fil blanc, avec une liaison forcée avec le reste de la saison (« regardez, ce sont les personnages légendaires dont on a vaguement parlé dans les épisodes 4 ; 14 et 18 ! On a tellement travaillé notre effet»), des personnages écrit nimporte-comment et un némésis vu mille fois qui sera sauvé par le pouvoir de l'amitié... pitié...
Oui Friendship is Magic, c'est dans le titre ! Ne me faites pas passer pour plus con que je ne le suis. Mais au bout de 7 saisons et des morales qui se sont quand même complexifiées avec le temps (proportionnellement à MLP), torcher un double épisode sur une idée aussi faible, c'est insultant pour les fans adultes comme pour les gamins.


"Oui mais non..."


Mais je l'ai dit, c'est peut être le climat général de l'année 2017 pour MLP qui font que je l'ai encore en travers de la gorge.

Alors qu'on avait Equestria Girls qui faisait son petit bout de chemin tranquillement, voilà qu'ils abandonnent le format long-métrage annuel pour tenter des épisodes pilotes de 20mn afin de capitaliser sur la popularité croissante de ce spin-off afin d'en faire une série.
Des pilotes qui racontent... rien. Absolument rien. C'était la vacuité totale ces trucs. Et la rencontre entre les deux personnages les plus réussis des deux shows respectifs n'y changeront rien ! C'était juste un beau coup dans le vide de plus.

Rajoutez à ça un film que je n'ose pas regarder tant le graphisme et la tonalité me font dire qu'il débarque 5 ans trop tard (et vu les retours tièdes, je pense être dans le vrai)... mon intérêt a décru de manière douloureuse. MLP c'est ma « Feel Good » série. Un tel déclin d'un coup, ça me fait mal au moral.

Bien sûr que je regarderai les nouveaux épisodes ! Mais finalement, la rumeur comme quoi cette G4 se conclurai avec la saison 9 m’apparaît bien moins chagrinante. Il est peut-être temps de finir, histoire de rester sur une bonne note.


Devilman Crybaby





Gros phénomène du début d'année, j'ai fait comme tout le monde et j'ai regardé cette nouvelle itération du personnage emblématique de Go Nagai.
Déjà dois-je préciser que le manga a pris un sale coup de vieux ? Évidemment qu'il est fondateur et qu'il faut remettre l’ouvre dans le contexte de son époque. Mais un chef d’œuvre, si intemporel il est, doit pouvoir continuer de garder sa pertinence au fil des ans.
Ashita no Joe par exemple reste incroyablement contemporain, ou l’œuvre de Tezuka en général qui est surtout daté par son dessin.
C'est grosso-modo le cas pour Devilman... hormis toute la phase des voyages temporels ou Akira et Ryo vont croiser pêle-mêle Hitler ; Jeanne D'arc ou encore Marie-Antoinette, frôlant plus le ridicule que le génie. Phase étonnament ignoré par cette nouvelle série ! Etrange direz vous ?
Donc Devilman reste une œuvre intéressante, mais perfectible et donc potentiellement transcendable par une adaptation.

Du coup Crybaby c'est mieux ?
Bah oui c'est mieux, mais là encore très ancré dans son époque, me faisant penser qu'une autre adaptation dans une décennie sera tout aussi pertinente et que Crybaby risque d'aussi mal vieillir que le manga qu'il adapte.
Même au niveau du style (qui a fait couler beaucoup d'encre virtuel) : sommes-nous vraiment dans un choix artistique cohérent ou un effet de mode qui sera terriblement ringard dans le futur ?
Go Nagai a style daté mais classique, Masaaki Yuasa est un artiste très à la marge même pour son temps. C'est chouette et original pour sûr !Et si le choix est payant pour retranscrire l'aspect cauchemardesque du récit, il échoue totalement lorsqu'il faut  traiter le côté grandiose des combats, pourtant composante essentielle de Devilman.
On pourrait penser que c'est anecdotique si c'est volontaire, mais le contre-coup ce sont des (nombreuses) séquences d'action ratées, avec en tête un final anti-spectaculaire alors qu'il cherchait clairement à l'être.

Alors oui, Devilman Crybaby est une expérience intéressante. C'est visuellement atypique, avec une bande son psychédélique et ça dénote forcément de la production actuelle. Mais de là à qualifier ça de réussite de l'année ou n'y voir qu'un chouette projet scolaire de lycée option Audiovisuel, la ligne est ténue.

Enfin bon, je taquine un peu car au demeurant Devilman Crybaby est plus que recommandable, avec de superbes moments d'animation bien barrés et une narration qui tente forcément de secouer un peu un médium trop souvent amorphe. Donc oui, pour l'année 2018 c'est sans doute l'une des séries les plus audacieuses. Mais en tant qu’œuvre à part entière et adaptation je doute de sa pertinence dans quelques années à peine. Le temps finira par trancher.


Big Mouth





C'est nul. Et je pourrai me contenter de ça.

Pour développer on pourrait simplement ajouter que cette série tente trop fortement d'être le nouveau South Park ; Simpsons ; Rick & Morty etc...
On aligne les codes du genre pour faire cool ; on mitraille de personnages secondaires caricaturaux parce-que c'est permet des gags faciles; on fait des blagues de cul sous-couvert qu'il s'agit d'une série sur la puberté mais on peaufine pas l'écriture ; l'univers n'a aucune consistance (si si, c'est possible!) ; on a des passages chantés absolument atroces et surtout... c'est laid. Ça cherche à avoir un look atypique mais ça n'arrive qu'à être moche.

Et je n'ai même pas abordé les gags répétitifs pour casser le quatrième mur parce-que ça se croit futé ou les voix d'adultes totalement hors-sujet. La liste est longue...
Bref ! Je me suis tout farci car le premier épisode m'avait faire sourire deux ou trois fois mais je regrette mon expérience. Pourtant quand on voit le genre de trucs que je m’enquille, je suis de nature tolérante.
Une saison 2 est prévu, je passerai mon tour.

------------------------------------------------


Maintenant j’aimerai experimenter je vais maintenant causer de trois séries qui n'ont rien à voir mais du même studio. Ça va être étrange mais allons-y !

Miss Kobayashi Dragon's Maid / Violet Evergarden / Chuunibyou demo Koi Ga Shitai !
Ou la trilogie Kyoto Animation qui n'en est pas une




Pourquoi j'en parle ensemble et pas séparément ? Eh bien car à force de visionnage, j'ai commencé à réfléchir ce qui me posait souci avec Kyoto Animation.

Studio dont la réputation a explosée avec des trucs comme Angel Beat ; Clannad ; mais surtout la Mélancolie d'Haruhi Suzumiya. Vous savez, cette série qui allait devenir la nouvelle Evangelion, dont pratiquement tout le monde se fout aujourd'hui.

Personnellement, la seule série que j'ai légitiment aimé chez eux du début à la fin fut Lucky Star, pourtant celle qui aurait du me repousser le plus : produit de niche, au look Moe/Kawaii insupportable... j'avoue même avoir conspué le premier épisode. Mais passé cette première impression, j'y ai découvert un laboratoire fantastique ou le studio s'est permis de créer une série d'une absurdité incroyable, transcendant l’œuvre qu'elle adaptait (le manga n'étant vraiment pas génial, c'était pas non plus difficile). Ce qu'on attend d'une adaptation donc.

Ce que le studio fait en majorité d'ailleurs : des adaptations de manga ou de Light Novel. Et j'avoue que leurs choix m'ont toujours interloqué. Il semblerait qu'ils aiment alterner projet ambitieux avec série plus légère. Le contraste entre Miss Kobayashi et Violet Evergarden fut en ce sens flagrant. Mais le résultat est souvent le même : c'est la série au ton plus décontracté qui marque les esprits. Souci de communauté Otaku trop cramé du bulbe ? Pas forcément.



Je ne peux vraiment dire que j'ai aimé Miss Kobayashi, comme je ne peux pas vraiment dire avoir passé un moment désagréable devant. La production est, comme toujours, impeccable et les protagonistes tous assez atypiques pour qu'on s'attache à cette bande de joyeux drilles. Nous sommes dans le genre slice of life, donc forcément ça n'a pas de grandes ambitions narratives, mais on a nos petits moments d'émotions dont Kyoani a le secret, donnant quand même un sentiment de progression et d'évolution de la part des personnages principaux. Bref ça ne raconte rien de spécial, mais c'est fait avec un talent indéniable.
Bien que j'ai grincé des dents devant l'humour loli et que Lucky Star continue d'être l'unique exception où j’ai réussi à faire entière abstraction du graphisme Moe, je peux comprendre l'enthousiasme autours de la série et on peut facilement me coller devant sans que je soupire toutes les deux minutes.
Mais forcément ! Un studio d'une telle trempe, on se demande pourquoi il n'affiche pas un peu plus d'ambition.

Et c'est là que Violet Evergarden a répondu à ma question.



Dès les premiers épisodes, la série s'est tapée une réputation d’œuvre superbement creuse. Argument plus qu'injuste mais auquel on pourrait répondre que, comme les privilèges des cheminots, plutôt que de vouloir tirer tout vers le bas pourquoi ne pas essayer de tirer vers le haut ?

C'est vrai : Violet Evergarden a une production quasi-digne d'un long-métrage mais appliqué à une histoire assez légère. Mais au final, pourquoi pas ? Et des œuvres artistiquement ambitieuses qui ne raconte peu voire pas grand chose, on pourrait en remplir l'équivalent d'un dico.

Qui plus est, j'ai beaucoup apprécié l'expérience Violet Evergarden. Le format feuilleton où chaque épisode est indépendant a un charme indéniable. Une fois qu'on s'est fait à l'idée qu'il n'y a pas d'enjeux dramatique autre que ceux qui nous sont racontés sur le moment, on peut apprécier le spectacle pour ce qu'il est : un recueil de poésie où chaque pages a son style unique.
Donc là encore, une œuvre finalement assez légère dans la tradition de Kyoani, sauf que non.

Des ambitions narratives en réalité Violet Evergarden en regorge. Et c'est là que j'ai commencé à douter de la capacité du studio a raconter quelque chose d'ambitieux. La façon dont est bâti le récit principal est un terrible gâchis.
Entre des éléments du passé qui nous sont balancés à la figure en fin d'épisode (épisode 5) pour commencer le suivant comme si rien ne s'était passé; les flash-backs qu'on n'espéraient plus qui finissent par arriver pour ne rien apporter de plus... et cette fin...
Pendant un moment j'ai cru qu'ils nous refaisaient l'effet d’esbroufe d'Haruhi en diffusant les épisodes en bordel, sauf que non.

Nous avons donc un épisode 9, qui est une parfaite conclusion pour une première saison. Avec une révélation faite au personnage de Violet qui va bouleverser son quotidien, la faisant douter, réfléchir, pour au final faire des choix qui lui permettront d'avancer. Sauf que ce n'est pas terminé et qu'il reste quatre épisodes.
Des épisodes qui reprennent, comme un rien, un format indépendant, avec un final terriblement artificiel qui retente d'émuler les émotions de l'épisode 9 mais en moins bien.
Tout ceci aurait eu sa place dans une saison 2 ou avant, mais tel quel ça n'a aucun sens.
Oui le personnage de Violet est sensiblement différent dans ces épisodes, mais là encore : pourquoi maintenant ? Et si l'on me dit que c'est pour suivre les romans, je dirai que c'est un piètre argument. Une adaptation est là pour faire ce qui correspond le mieux au support, ça ne m'a paru aucunement le cas ici.
J'ai vraiment apprécié Violet Evergarden, mais vu les éléments narratifs, je considère que Kyoto Animation a mal fait son boulot. Il y avait mille façons d'améliorer le récit, ils les ont toutes ignorées.


Donc je continuais de m'interroger : pourquoi un studio d'une telle qualité technique n'arrivait pas à créer quelque chose qui arrive pleinement à me convaincre ?
J'ai alors pensé que le souci c'était le matériel de base. N'adaptant que le travail des autres, Kyoto Animation n'a jamais vraiment pu s'exprimer pleinement, uniquement par bribe ou via détournement. C'est pourquoi j'ai décidé de tester Chuunibyou demo Koi Ga Shitai !Adaptation d'un light novel certes, mais d'un light novel maison, donc c'est ce qu'il y de plus original. Il y avait aussi Kyoukai no Kanata mais je n’en avais pas entendu parler à ce moment. J’ai donc fait avec ce que j’avais !



Eh bien ça faisait longtemps que je n’avais pas vu un Anime avec de tels airs de checklist, car si on devait établir ce qu’était une production typique de chez Kyoto Animation, Chuunibyou remplit parfaitement le cahier des charges du studio.

Une romance de lycéens, avec des personnages principaux en décalage avec le monde réel et qui créent un club farfelu dans lequel ils vont pouvoir profiter de leur jeunesse. Sonne familier ? Un peu trop. Et c’est bien là tout le drame.
Pourquoi, alors qu’ils avaient le champ libre pour raconter tout ce qu’ils voulaient, Kyoto Animation décide de partir sur un concept aussi… quelconque ?

Bien sûr on pourrait prendre la défense de l’intéressé en disant que c’est un genre dans lequel ils excellent et qu’ils en ont donc profité pour livrer l’aboutissement de toute une vie. Pas du tout. C’est tout juste sympa. Techniquement irréprochable ; des personnages mignons avec quelques séquences d’émotion bien calibrées comme il faut ! Comme Kobayashi, le plaisir au visionnage est indéniable, mais à contrario de ce dernier, il n’y a pas ce petit plus qui le démarque un tant soi peu. Au contraire, on est dans ce qui se fait de plus standard dans le genre.
Bref, Kyoani avec cette série se dévoile comme le bon élève travailleur, qui a bien appris sa leçon par cœur mais qui est incapable d’apporter son grain de folie. Et c’est là, je pense modestement, que j’ai compris mon souci avec ce studio.

Kyoto Animation c’est un studio technique, mais qui n’a a son bord aucun auteur/réalisateur de talent. Des faiseurs, des artisans… ou tout autre joli adjectif que vous voulez leur attribuer. Mais pas un seul n’a de vision forte à offrir. Des idées graphiques ; des gimmicks de réalisation autant que vous voulez ! Mais un sens du récit ou de l’écriture, aucunement.
C’est pourquoi lorsqu’on leur donne carte blanche, ils adaptent un light novel pantouflard, qui leur permet de faire joujou visuellement mais qui n’a aucune ambition autre que de plaire à une frange d’otakus bien spécifique. Adaptation disposant d’ailleurs d’une saison 2 que j’ai été, à l’heure actuelle, incapable de terminer tant la vacuité de l’entreprise m’échappe.
Pas étonnant donc que leurs quelques séries ambitieuses soient toute en demi-teinte à mes yeux.

Du coup je crois pouvoir le dire avec certitude maintenant : Kyoto Animation c’est un studio que je respecte. Mais je n’aime pas vraiment ce qu’ils font.

Ah et j’ai même pas parlé de K-on que j’ai aussi commencé. Mais ça n’apporte rien de plus ou de moins à ma réflexion, donc je n’ai rien à dire dessus.


Désolé les filles, mais là je sature du Moe. Une prochaine fois donc...


Et d’autres séries j’en ai le double en réserve, mais je les regarde plus vite que j’écris. Alors on va stopper là pour le moment sinon je vais publier tout ça en 2021. Entorse à ma règle néanmoins, je vais toucher deux mots de séries en cours avant de revenir dessus le prochain coup :


Darling in the FranXX





Série ultra hypée au moment ou j’écris ces lignes, le dernier bébé de Trigger (et A-1) est censé être la série renouant avec le genre Mecha badass et torturé.

Et à l’heure où j’en suis rendu (15 épisodes), je reste prudent. Le début fut plus que laborieux, avec des persos introduits par pack de 12, un fanservice idiot et une esthétique un peu trop familière.
Plus clairement : c’est Evangelion. Mais pas juste un peu. C’est entièrement Evangelion. On pourrait dire que c’est normal car il s’agit d’anciens du studio Gainax et que c’est une sorte d’hommage. Mais il y a une différence entre hommage assumé et copie-carbone éhonté.
Après je m’en fiche ! Moi j’aime Evangelion ! Alors un ersatz, du moment que c’est bien fait ça me convient. Mais il est dommage d’avoir perdu autant de temps à se contenter de faire du sous Eva, alors que la série a clairement ses propres atouts et qu’il y avait dès le début une matière qui ne demandait qu’à être travaillée.

Cela dit, les choses ont enfin commencé à se décanter et certaines graines plantées ici et là finissent par pousser. Je ne sais pas si 9 épisodes suffiront pour faire de Darling in the FranXX une série vraiment révolutionnaire, mais en attendant je me laisse porter avec plaisir.


SAO Alternative GGO




Ben c’est vachement cool.

Du pitch au design je m’étais psychologiquement préparé à un truc absolument grotesque et je songeai à faire l’impasse... mais en fait c’est beaucoup mieux foutu et fun que les aventures de Kirito en général (mis de coté l’arc Mother Rosario… dont il est pratiquement absent. Coïncidence ?).
Maintenant, avec seulement cinq épisodes au compteur, je suis encore bien loin d’avoir un avis définitif. Mais dans son genre, je m’amuse vraiment beaucoup.
Mention spéciale au traitement de la violence tout en suggestion et pourtant incroyablement graphique. C’est hilarant et brillant à la fois.

Donc ouais. c’est cool !


Ah bah oui, ça peut servir

Sur ce vous m’excuserez, je m’en vais mourir devant ma liste de lecture/visionnage en retard.

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!


Dernière édition par chevaliershakka le Mer 23 Mai - 9:16, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gruic
Professeur de Slayers
avatar

Messages : 6034
Date d'inscription : 15/02/2009
Age : 36
Localisation : Dijon

MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   Mar 22 Mai - 8:23

C'est toujours avec plaisir que je lis tes analyses, même si plus je vieilli plus j'ai un mal de chien à tenir plus de 2 épisodes sur un anime. Disons que ça me permet de me tenir au courant. Dans ta liste, je n'ai survécu qu'à Rick & Morty, que j'apprécie beaucoup, et Evergarden, principalement parce que ma femme regardait.
Après, j'aurais pu poursuivre Devilman si je n'étais pas un totalitaire pro design de Go Nagaï et peut-être quelques autres.

Pour Rick & Morty, c'est marrant mais perso je préfère la saison 2, notamment pour son Raptor photographe qui me fera rire jusqu'à ma mort, même si je concède volontiers que les meilleurs épisodes sont dans la troisième saison. Pickle Rick restera un meme fort pendant des années, et The Ricklantis Mixup compte parmi ce que la télévision américaine peut offrir de mieux durant cette décennie.
Maintenant, l'annonce de 70 épisodes commandés d'un coup, c'est presque du jamais vu, donc wait and see.

Sinon c'est cool si Saiyuki vit encore. Si Xellos VS pouvait nous donner son avis sur ce retour, ce serait sympas également.

_________________
http://www.tvore.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://gruicprod.fr/
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4806
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 33
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   Mar 22 Mai - 9:24

Je pense qu'il faut être dans une sorte de flow.

On en parlait déjà avec un ami à l'époque de mes études ciné et il disait : "Plus je vois de films, plus je veux en voir. Mais moins j'en vois, moins j'ai envie". C'est une formule idiote mais elle m'est restée.

L'idée derrière ça c'est que lorsqu'on consomme beaucoup d'un média, on devient plus curieux et on va être plus enclin à passer du temps à dénicher la perle rare. Pour ça faut se gaver de trucs à la limite du digeste. On va même réussir à apprécier des trucs assez faiblard car on va y trouver la petite idée originale qu'on a pas vu ailleurs (et que le spectateur lambda ne va pas détecter).

Moins on en voit... plus on va être sélectif. Parce-qu'on a déjà peu de temps à consacrer au médium, alors c'est pas pour se taper des navets.

Perso je n'ai quasiment plus le temps de voir de films avec le petit. Donc quand je vais au Cinéma, il faut que ça en vaille la peine. Ça rend très pinailleur. Rien à voir avec l'époque ou j'allais au ciné deux fois par semaine. Mais comme toi, je me tiens quotidiennement au courant de l'actu Cinéma.
Le format Anime me convient bien actuellement car il est court et varié en genre (et que j'ai toujours aimé ça).
Maintenant je finirai sans doute par saturer, comme j'ai saturé de voir des films par paquets. Ça me l'a déjà fait par deux fois avec la Japanimation et il est fort probable que ça me le refasse.
De toute façon j'aime bien faire des pauses d'un médium et revenir dessus après quelques années.

Bref je digresse, mais tout ça pour dire que là-dedans, le nombre réel de série que j'ai vraiment aimé et assez faible et dans un autre état d'esprit, j'en aurai pas fini la moitié. Quant à celles que je conseillerai réellement... Je préfère ne pas le dire Laughing
Mais je suis porté par le courant ! Et pour le moment c'est assez agréable.

Citation :
Après, j'aurais pu poursuivre Devilman si je n'étais pas un totalitaire pro design de Go Nagaï et peut-être quelques autres.

Autant je peux comprendre d'être de marbre face au style de cette adaptation (voire réfractaire), autant je comprends pas ce que tu entends par pro design de Go Nagaï. Tu parles de son graphisme en général ou particulièrement de son bestiaire ? Parce-que pour le premier point, ça a très mal vieilli. Je me suis (re)lu les Devilman après avoir vu la série.... que ce soit les personnages en passant découpage parfois incompréhensible... ça n'a rien de flatteur.
Mais pour ce qui est du bestiaire, là je te rejoindrai plus. Le nouveau style marche peut-être bien pour Devilman, mais pour les autres ça a perdu en caractère. Et comme je l'ai dit, les combats ne ressemblent à rien.

Maintenant ça reste meilleur que l'adaptation live Cool

Citation :
Pour Rick & Morty, c'est marrant mais perso je préfère la saison 2

Alors sur ce point je précise que mon visionnage s'est fait au moment où Netflix a mis en ligne la seconde saison. Donc j'ai enchaîné la première et la deuxième d'une traite. Tandis que la S3, je l'ai découvert comme tout le monde après le hiatus qui aura permis de faire une bonne pause. je ne nie pas que ça a pu influencer mon jugement. Idéalement, il faudrait que je la regarde à nouveau le tout mais de façon moins boulimique. Même si je pense en effet que la S3 a les meilleurs épisodes.

Citation :
et The Ricklantis Mixup compte parmi ce que la télévision américaine peut offrir de mieux durant cette décennie.

C'est l'épisode qui, pour moi, a fait passer Rick & Morty a un cran au dessus en terme de qualité. Prouvant qu'elle pouvait être plus qu'une sitcom et proposer un vrai fil rouge passionnant en gardant tout son humour caustique. Chose que ni South Park ni les Simpsons n'ont réussi à accomplir.
J'hésite à dire que je serai prêt à acheter toute une saison comme ça (allez savoir si ça pourrait vraiment tenir la distance), mais je suis vraiment impatient de voir où tout ça va mener.

Pour l'annonce des 70 épisodes je reste prudent. Je suis persuadé que le network n'hésitera pas à annuler la série avant si les audiences s'écroulent.
Je pense que l'idée dans cette annonce c'est de dire que tant que ça marche, on est peinard pour un moment et ainsi éviter de se taper un hiatus à chaque fin de saison.

Citation :
Sinon c'est cool si Saiyuki vit encore. Si Xellos VS pouvait nous donner son avis sur ce retour, ce serait sympas également.

Je l'ai tanné avec ça; je lui ai dit de le faire avant moi car je trouvais que c'était plus légitime de sa part... mais elle traîne Laughing
Elle a promis qu'elle le ferait par contre. Il reste plus qu'à attendre !

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xellos VS Zelgadis
Mère du Chaos
avatar

Messages : 2469
Date d'inscription : 12/11/2009
Age : 35
Localisation : THIONVILLE

MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   Mar 22 Mai - 12:25

Citation :
Je l'ai tanné avec ça; je lui ai dit de le faire avant moi car je trouvais que c'était plus légitime de sa part... mais elle traîne Laughing
Elle a promis qu'elle le ferait par contre. Il reste plus qu'à attendre !
Ben oui, ben oui ! Mais déjà m'a fallu 1 heure pour lire tout le post, il me reste quoi comme temps pour répondre hein ? Laughing

Plus sérieusement j'avoue que je voulais, je voulais, mais, .... j'arrive pas à trouver le temps pour écrire un truc correct. Je n'ai pas la prose facile comme certains ^^ Cool

Quoi qu'il en soit, j'ai vu quelques uns de ces animes !


Re Zero : je rejoins Shakka, l'idée du héro qui essaie de changer les choses car il a la possibilité de revivre certains moments était sympa. Surtout qu'effectivement, il se rend compte que ça ne fonctionne pas comme il le souhaiterait du tout.
Mais pourquoi l'histoire de la chasse à la baleine volante ???? POURQUOI ???? Non mais en plus ça ne se conclu pas en 1 épisode hein !
Bref... Je n'ai pas lu les romans, peut être que cette histoire en fait est super importante...  Razz


Konosuba : Alors là oui, si on veut passer un moment détente et rigolade Konosuba est assez indiqué ! Habituellement les blagues "sous la ceinture" c'est pas mon truc, mais vu à quel point c'est assumé au final ce n'est pas vulgaire, du coup ça passe nettement mieux. Et les "héros" sont tellement... ya pas de mots... ce ne sont pas des héros geek  bref, à voir !


Mob Psycho 100 : il faut que j'avoue que quand j'ai vu le dessin je me suis dis, c'est pas possible... Je ne vais pas regarder un truc aussi moche... Pis, ben si Laughing
L'histoire est très bien menée et les persos, bien que souvent moches, très intéressants Razz


Youjo Senki : très bonne série, Tanya le perso principal est vraiment très développée et la bande son est au top ! Par contre comme l'a dit Shakka, en fait c'est LE perso, les autres sont quelconques, mis à part 2 à l'état major. Le grand méchant, à un charadesign complètement oubliable Laughing
Mais je conseille ! Very Happy


L'Attaque des Titans S2 : ça fait longtemps.... Je ne me souviens plus de tout... Mais je me souviens que j'avais apprécié et qu'effectivement, j'avais trouvé ça escroc mais malin le fait d'avoir fait une petite saison pour ne pas avoir à traiter le côté politique et avoir du coup une saison à 2 vitesses. A voir comment ils s'en sortiront pour la suite ! Wink


MLP Saison 7 : Effectivement je plussoie, nettement moins sympa que les autres saisons. Je n'en dirai pas plus je sais que Shakka le vit mal Laughing Razz


SAO Alternative GGO : J'avais apprécié les saisons de SAO mais sans plus mis à part Mother Rosario qui était vraiment top. Par contre les romans sont nettement mieux.
Mais quand j'ai vu les images de GGO Alternative, je me suis dis "non mais c'est quoi cette conneries avec cette naine en rose avec son béret en lapin.... "
Et.... ben en fait c'est vachement bien ! Pour le moment je n'ai vu que 5 épisodes mais franchement j'ai apprécié !
Citation :
Mention spéciale au traitement de la violence tout en suggestion et pourtant incroyablement graphique.
Exact ! Cool


Saiyuki Reload Blast : ben oui je garde le meilleur pour la fin ! Cool
Mmmmm c'était top ! Very Happy  
J'ai aimé les anciennes saisons mais il faut bien avouer que les dessins était parfois moches, même très moches, et souvent des épisodes qui ne servent pas à grand chose... Quand on lit les mangas on voit à quel point ils ont rajouté des choses qui ne servent à rien et qui rendent l'animé long...
Mais Reload Blast... Tip top ! Dessins magnifiques, pas de temps morts, bande son génialissime Very Happy
On voit qu'il y avait moins de moyen et que parfois ils utilisent des plans fixes mais on pardonne tellement le reste est beau et bien ! Je ne sais pas si on pourra un jour avoir les mangas mais j'aimerais vraiment ! sunny

_________________
Have a nice day and keep smiling despite difficulties. :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4806
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 33
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   Mar 22 Mai - 15:07

Citation :
Plus sérieusement j'avoue que je voulais, je voulais, mais, .... j'arrive pas à trouver le temps pour écrire un truc correct. Je n'ai pas la prose facile comme certains ^^

Question d'habitude, tout simplement.
Et toi tu as trop tendance à croire que tu n'as rien d'intéressant à ajouter. Forcément ça va pas aider.
Fais comme nous ! Dis ce qui te passes par la tête. On parle de série hein ! On refait pas le monde (ou alors celui de l'animation).

Citation :
Non mais en plus ça ne se conclu pas en 1 épisode hein !
Bref... Je n'ai pas lu les romans, peut être que cette histoire en fait est super importante...

De mémoire 4 ou 5...
Pour le roman on y est pas rendu en France. Peut-être qu'il y a la une volonté de développer un background plus étoffé de peur que le spectateur/lecteur finisse par se lasser du gimmick de résurrection. Mais quand bien même je ne comprends pas d'avoir mis l'accent sur cette pseudo histoire de Moby Dick alors qu'il y avait autrement de quoi faire à côté.

Citation :
Konosuba :Habituellement les blagues "sous la ceinture" c'est pas mon truc, mais vu à quel point c'est assumé au final ce n'est pas vulgaire

C'est joliment formulé Laughing
Je reste un orphelin inconsolable de cette série. Le light novel est vraiment sympa et je le lis avec plaisir, mais c'est sans commune mesure avec l'anime. Pour le coup une adaptation qui tire sa source vers le haut. Et le travail sur les faciès est tout bonnement génial. Beaucoup avaient qualifié la série de parfois laide, alors que tout le charme est justement dans cette philosophie particulière de ne pas corriger les dessins des animateurs au niveau du visage afin que chacun y insuffle son style (cf : l'interview passionnante de Koichi Kikuta sur le sujet).
Un projet était soi-disant dans les cartons, mais je commence à en douter grandement.
On se "contentera" donc des bouquins !

Assez surpris d'ailleurs du quasi-anonymat dans lequel est la série en France.


Citation :
Youjo Senki : mis à part 2 à l'état major.

Et encore. Ceux auxquels tu penses (si on pense aux mêmes) doivent surtout à leurs Seiyuu le fait qu'on se souvienne d'eux.
Le casting de la série étant 4 étoiles, ils ont collés de sacrés bons comédiens pour des petits rôles. Du coup ils arrivent à développer leurs personnages avec trois fois rien. C'était malin de la part du studio de faire ça.
Après j'ai lu ici et là que la série était censée être plus longue à la base. Je sais pas si c'est une rumeur ou quelque chose d'avéré, mais j'ai bien ressenti après lecture que ce sont les persos secondaires qui ont le plus souffert du faible nombre d'épisodes.

Le film est censé être une suite directe à la saison animée. J'espère que la faible durée du métrage ne va pas handicaper le scénario encore plus. J'aurai préféré une saison 2 tant qu'à faire. Un film c'est spectaculaire (si ils font un effort sur la 3D), mais pour adapter une saga qui a déjà 9 tomes au compteur, c'est pas forcément le format le plus indiqué. A moins qu'ils partent sur une fin originale histoire de boucler l'affaire... qui sait ?

Bah pas grave. Pour le coup les romans me suffisent quoiqu'il arrive.


Citation :
L'Attaque des Titans S2 : ça fait longtemps.... Je ne me souviens plus de tout...

Traduisez cette phrase par "Je ne me souviens plus de rien" Cool

Citation :
SAO :Par contre les romans sont nettement mieux.

Pas compliqué étant-donné le médiocre travail d'adaptation du studio A-1. Entre le choix douteux de remettre la chronologie de tous les romans dans l'ordre (c'est un peu comme remonter Irréversible à l'endroit hein) et le fait d'avoir transformé Kirito en héros censé être charismatique alors qu'il était clairement dépeint comme le type portant un cosplay trop grand pour lui... oui les romans sont mieux sans trop forcer !
Et pourtant Kawahara est loin d'être un bon auteur. D'ailleurs son arc Alicization illustre parfaitement ses limites. Mais l'arc Aincrad en bouquin était bon car il était court et concis (c'est l'équivalent d'un tome de Slayers en vrai). Le bonhomme sait aller à l'essentiel dans ses histoires et c'est là sa force.
L'Anime s'est concentré sur Kirito qui est le personnage le moins intéressant de tout le casting et a rallongé tout sans comprendre pourquoi la moitié des récits sont l'équivalent de "Special" dans le format papier.

Citation :
Et.... ben en fait c'est vachement bien ! Pour le moment je n'ai vu que 5 épisodes mais franchement j'ai apprécié !

Parce-que c'est simple est rythmé !
Et que ce n'est pas le studio A-1 aux commandes. Quoique je les charge alors qu'ils sont techniquement plus que compétents. Mais content que ce spin-off soit entre d'autres mains pour le coup.

Citation :
Saiyuki : Je ne sais pas si on pourra un jour avoir les mangas mais j'aimerais vraiment !

A mon avis, on est face à un double drame faisant que c'est pratiquement impossible.
D'une part le fait que Minekura n'avance pas ne va pas motiver les éditeurs à publier un manga avec seulement trois tomes au compteur.

Second souci : c'est Panini qui a édité les deux premières séries. Et vu leur engagement plus que discutable envers leurs licences, j'ai peur qu'ils aient un peu plombé l'affaire.
Je ne sais pas le succès de la nouvelle saison au Japon, mais en Europe je crains que ça n'ait pas eu beaucoup d'impact.
Maintenant les miracles de ce genre, on en a déjà eu ! Qui sait ?

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Xellos VS Zelgadis
Mère du Chaos
avatar

Messages : 2469
Date d'inscription : 12/11/2009
Age : 35
Localisation : THIONVILLE

MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   Sam 26 Mai - 7:50

Citation :
Fais comme nous ! Dis ce qui te passes par la tête.
Oui enfin si c'est pour dire n'importe quoi hein Laughing




Citation :
Konosuba. On se "contentera" donc des bouquins !
Bah vu qu'il ne sont qu'en anglais pour le moment j'avoue que ça ne me tente pas, je n'ai déjà pas le temps de lire du Slayers en anglais je ne vais pas me disperser...



Citation :
Youjo Senki. Le casting de la série étant 4 étoiles, ils ont collés de sacrés bons comédiens pour des petits rôles.
Oui les 2 mecs de l'état major sont interprétés par Ootsuka Houchuu et Miki Shinichiro ce dernier que l'on retrouve dans Bleach, Kill la Kill, Escaflowne et j'en passe !



Citation :
Le film est censé être une suite directe à la saison animée. J'espère que la faible durée du métrage ne va pas handicaper le scénario encore plus. J'aurai préféré une saison 2 tant qu'à faire. Un film c'est spectaculaire (si ils font un effort sur la 3D), mais pour adapter une saga qui a déjà 9 tomes au compteur, c'est pas forcément le format le plus indiqué. A moins qu'ils partent sur une fin originale histoire de boucler l'affaire... qui sait ?
C'est surtout que la série a une fin plus qu'ouverte, ce qui est assez frustrant il faut l'avouer.
Pour les bouquins, pareil ils ne sont qu'en anglais et avec les termes techniques et militaires ça ne m'a pas l'air très simple...



Citation :
L'Attaque des Titans. Traduisez cette phrase par "Je ne me souviens plus de rien"
Non mais n'importe quoi.... C'est juste qu'avec le manga en parallèle je mélange un peu les 2 forcément.

_________________
Have a nice day and keep smiling despite difficulties. :-)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chevaliershakka
Hellmaster
avatar

Messages : 4806
Date d'inscription : 02/04/2009
Age : 33
Localisation : 75/57

MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   Mer 30 Mai - 19:33

Citation :
Oui enfin si c'est pour dire n'importe quoi hein

Bah comme nous tous, non ?

Citation :
Bah vu qu'il ne sont qu'en anglais pour le moment j'avoue que ça ne me tente pas, je n'ai déjà pas le temps de lire du Slayers en anglais je ne vais pas me disperser...

C'est... pas pareil.
Au demeurant, si il ne devait en rester qu'un, évidemment que je te dirais de finir les tomes de Slayers qui te manquent, quitte à lire de l'Anglais.
Mais je me dois de souligner la simplicité de lecture de Konosuba face à Slayers. On est dans la même philosophie, mais Slayers développe un background nécessitant un minimum de concentration. Konosuba est avant-tout une comédie, donc plus simple à appréhender. Malgré la traduction trop Japonaise dans sa philosophie.

Citation :
C'est surtout que la série a une fin plus qu'ouverte, ce qui est assez frustrant il faut l'avouer.

C'est malheureusement le constat d'une époque où les Animes sont surtout des pubs géantes pour les livres.
Dans un sens je ne peux qu'apprécier cet engouement pour la lecture quelle que soit sa forme. De l'autre, ça réduit le médium série/Anime à un spot publicitaire de luxe.

Citation :
Pour les bouquins, pareil ils ne sont qu'en anglais et avec les termes techniques et militaires ça ne m'a pas l'air très simple...

Soyons clairs : le terme light novel est ici usurpé. On est plus proche du roman en terme de construction, de langage ainsi que de l'intrigue que du light novel. Oui il y a des pitits dessins des fois. Mais c'est très verbeux, avec beaucoup de descriptions, de vocabulaire technique... et j'en passe. Youjo Senki c'est un roman. Et donc en Anglais, ça demande un niveau certain.
Je ne dénigre nullement le light novel ! C'est juste que là ça m’apparaît être une appellation plus marketing qu'autre chose.

Citation :
Non mais n'importe quoi.... C'est juste qu'avec le manga en parallèle je mélange un peu les 2 forcément.

Les deux racontant exactement la même chose, je suis pas sûr de comprendre en quoi ça t'embrouille Razz

_________________
Love sur vous les Pixels !
Keep Smiling !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Critiques séries Animées en vrac   

Revenir en haut Aller en bas
 
Critiques séries Animées en vrac
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vos 5 séries animées préférées
» [Séries] Les bandes dessinées adaptées en série télés
» Vos séries MECHA préférées :)
» Vos meilleurs moment de films/serie/dessin animé
» [ANIM] vidéos d'animation en vrac

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Slayers Evolution-R :: Les héritiers de Lei Magnus :: Les autres univers-
Sauter vers: